Estée Lauder s’effondre après de sombres perspectives pour 2023

[vc_row njt-role= »people-in-the-roles » njt-role-user-roles= »administrator,editor,author,armember »][vc_column][vc_column_text]

L’action d’Estée Lauder s’est effondrée hier, dans la foulée de prévisions revues à la baisse de la part du groupe pour l’année 2023. Une projection qui concerne autant le chiffre d’affaires que les bénéfices du géant américain de la beauté.

 

L’année 2023 n’est pas franchement positive pour Estée Lauder. Le groupe anticipe une baisse de son chiffre d’affaires pour l’exercice en cours, avec notamment une reprise de l’activité qui tarde à se manifester en’Asie.

 

Suite à ces prévisions revues à la baisse pour son exercice 2023, le groupe américain de parfums et cosmétiques a vu ses actions atteindre un creux de six mois à 190,30 dollars durant les heures de négociation, clôturant ainsi en baisse de 17 % à 202,70 dollars.

 

Une reprise difficile

 

Estée Lauder déplore une reprise des ventes en Asie, plus lente que prévue, sur son segment produits de voyage. Une situation qui reste d’autant plus marquée en Chine.

 

En parallèle, ses rivaux européens, LVMH et l’Oréal, ont vu, quant à eux, leurs ventes augmenter au premier trimestre, stimulées par un rebond de la demande sur le marché chinois.

 

Ces prévisions étaient « la dernière chose » à laquelle Wall Street s’attendait, déclare Lauren Lieberman, analyste chez Barclays.

 

Le groupe américain accuse également des ventes à la peine sur son marché domestique. Après des ventes organiques dopées par une croissance à deux chiffres aux Etats-Unis en 2022, celles-ci n’ont pas tardé à entamer une chute au cours du premier trimestre 2023.

 

Un analyste de Bernstein a déclaré que les marques d’Estée Lauder touchent des clients plus âgés, alors même que les générations Millennials et Z augmentent de plus en plus leur part de dépenses dans les cosmétiques. Autre facteur important à prendre en compte, le groupe fait face à la croissance de petits concurrents dans le domaine de la beauté.

 

Des prévisions dans le rouge

 

Estée Lauder s’attend à ce que son chiffre d’affaires net de l’année 2023 baisse de 10 à 12 %, alors que le groupe américain prévoyait auparavant une baisse de 5 à 7 %.

 

Le numéro 2 mondial des produits de beauté et cosmétiques – derrière l’Oréal – prévoit également une chute de son bénéfice ajusté par action de 50 à 51 %, alors qu’il s’attendait à une baisse de 27 à 29 %.

 

Depuis la pandémie, le groupe Estée Lauder est confronté à de grandes difficultés. Il avait ainsi vu la valeur de ses obligations fondre à 86% du nominal en février dernier. Le groupe met beaucoup d’espoir dans le développement de la marque Tom Ford Beauty – acquise en novembre dernier – pour remonter la pente.

 

Lire aussi >L’obligation d’Estée Lauder au plus bas depuis le début de l’année 2023

 

Photo à la Une : © Presse[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row njt-role= »not-logged-in »][vc_column][vc_column_text]

L’action d’Estée Lauder s’est effondrée hier, dans la foulée de prévisions revues à la baisse de la part du groupe pour l’année 2023. Une projection qui concerne autant le chiffre d’affaires que les bénéfices du géant américain de la beauté.

 

L’année 2023 n’est pas franchement positive pour Estée Lauder. Le groupe anticipe une baisse de son chiffre d’affaires pour l’exercice en cours, avec notamment une reprise de l’activité qui tarde à se manifester en’Asie.

 

Suite à ces prévisions revues à la baisse pour son exercice 2023, le groupe américain de parfums et cosmétiques a vu ses actions atteindre un creux de six mois à 190,30 dollars durant les heures de négociation, clôturant ainsi en baisse de 17 % à 202,70 dollars.

 

Une reprise difficile

 

Estée Lauder déplore une reprise des ventes en Asie, plus lente que prévue, sur son segment produits de voyage. Une situation qui reste d’autant plus marquée en Chine.

 

En parallèle, ses rivaux européens, LVMH et l’Oréal, ont vu, quant à eux, leurs ventes augmenter au premier trimestre, stimulées par un rebond de la demande sur le marché chinois.

 

Ces prévisions étaient « la dernière chose » à laquelle Wall Street s’attendait, déclare Lauren Lieberman, analyste chez Barclays.

[…][/vc_column_text][vc_cta h2= »Cet article est réservé aux abonnés. » h2_font_container= »tag:h2|font_size:16|text_align:left » h2_use_theme_fonts= »yes » h4= »Abonnez-vous dès maintenant ! » h4_font_container= »tag:h2|font_size:32|text_align:left|line_height:bas » h4_use_theme_fonts= »yes » txt_align= »center » color= »black » add_button= »right » btn_title= »JE M’ABONNE ! » btn_color= »danger » btn_size= »lg » btn_align= »center » use_custom_fonts_h2= »true » use_custom_fonts_h4= »true » btn_button_block= »true » btn_custom_onclick= »true » btn_link= »url:https%3A%2F%2Fluxus-plus.com%2Fnouveaux-abonnements-et-newsletter%2F »]Accédez en illimité à tous les articles et vivez une expérience de lecture inédite, contenus en avant première, newsletter exclusives…

Déjà un compte ? Connectez-vous.[/vc_cta][vc_column_text]Photo à la Une : ©Presse [/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row njt-role= »people-in-the-roles » njt-role-user-roles= »subscriber,customer »][vc_column][vc_column_text]

L’action d’Estée Lauder s’est effondrée hier, dans la foulée de prévisions revues à la baisse de la part du groupe pour l’année 2023. Une projection qui concerne autant le chiffre d’affaires que les bénéfices du géant américain de la beauté.

 

L’année 2023 n’est pas franchement positive pour Estée Lauder. Le groupe anticipe une baisse de son chiffre d’affaires pour l’exercice en cours, avec notamment une reprise de l’activité qui tarde à se manifester en’Asie.

 

Suite à ces prévisions revues à la baisse pour son exercice 2023, le groupe américain de parfums et cosmétiques a vu ses actions atteindre un creux de six mois à 190,30 dollars durant les heures de négociation, clôturant ainsi en baisse de 17 % à 202,70 dollars.

 

Une reprise difficile

 

Estée Lauder déplore une reprise des ventes en Asie, plus lente que prévue, sur son segment produits de voyage. Une situation qui reste d’autant plus marquée en Chine.

 

En parallèle, ses rivaux européens, LVMH et l’Oréal, ont vu, quant à eux, leurs ventes augmenter au premier trimestre, stimulées par un rebond de la demande sur le marché chinois.

 

Ces prévisions étaient « la dernière chose » à laquelle Wall Street s’attendait, déclare Lauren Lieberman, analyste chez Barclays.

[…][/vc_column_text][vc_cta h2= »Cet article est réservé aux abonnés. » h2_font_container= »tag:h2|font_size:16|text_align:left » h2_use_theme_fonts= »yes » h4= »Abonnez-vous dès maintenant ! » h4_font_container= »tag:h2|font_size:32|text_align:left|line_height:bas » h4_use_theme_fonts= »yes » txt_align= »center » color= »black » add_button= »right » btn_title= »JE M’ABONNE ! » btn_color= »danger » btn_size= »lg » btn_align= »center » use_custom_fonts_h2= »true » use_custom_fonts_h4= »true » btn_button_block= »true » btn_custom_onclick= »true » btn_link= »url:https%3A%2F%2Fluxus-plus.com%2Fnouveaux-abonnements-et-newsletter%2F »]Accédez en illimité à tous les articles et vivez une expérience de lecture inédite, contenus en avant première, newsletter exclusives…

Déjà un compte ? Connectez-vous.[/vc_cta][vc_column_text]Photo à la Une : ©Presse [/vc_column_text][/vc_column][/vc_row]

La rédaction
La rédaction
Grâce à une veille accrue et à une excellente connaissance de ces secteurs, la rédaction de Luxus + décrypte pour ses lecteurs les principaux enjeux économiques et technologiques de la mode, l’horlogerie, la joaillerie, la gastronomie, les parfums et cosmétiques, l’hôtellerie, et l’immobilier de prestige.

Luxus+ recommande

Inscription à notre Newsletter

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir nos émissions et articles en avant-première !

Offre de lancement:

Votre participation à la Masterclass Camille Fournet réservée aux abonnés annuels !

Newletter Luxus Plus