Vous lisez en ce moment
Bourse : le pétrole au cœur des inquiétudes

Bourse : le pétrole au cœur des inquiétudes

Les prix du pétrole ont bondi de 3 dollars ce lundi, avec le Brent au-dessus de 110 dollars le baril, alors que les gouvernements de l’Union Européenne examineront l’opportunité d’imposer un embargo pétrolier à la Russie.

 

La plupart des marchés boursiers se sont redressés la semaine dernière en prévision d’un éventuel accord de paix entre la Russie et l’Ukraine. Mais cela n’a pas empêché les tarifs du pétrole de décoller ce lundi.

 

En effet, les prix ont augmenté avant les pourparlers de cette semaine entre les gouvernements de l’Union européenne et le président américain Joe Biden, qui rencontrera ses alliés de l’OTAN jeudi et se rendra en Pologne vendredi pour une série de sommets visant à durcir la réponse de l’Occident à Moscou https://ed-nederland.com/. Tant que le conflit ne s’apaise pas, l’attention revient sur la capacité du marché à remplacer les barils russes frappés par les sanctions.

 

Le dernier rapport de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) et de ses alliés, dont la Russie, a montré que certains producteurs n’atteignent toujours pas leurs quotas d’approvisionnement convenus. Les deux pays de l’OPEP capables d’augmenter instantanément leur production, l’Arabie Saoudite et les Émirats arabes unis, ont jusqu’à présent résisté aux appels des principaux pays consommateurs à augmenter leur production plus rapidement pour aider à faire baisser les prix du pétrole.

 

Les entreprises énergétiques américaines ont également du mal à maintenir le nombre de plates-formes pétrolières actives, malgré des prix élevés : le Brent a été coté 3,32 $ plus haut à 111,25 $, tandis que le brut américain a augmenté de 3,36 $ à 108,06 $ le baril.

 

Quid des autres matières premières ?

 

Le pétrole long et les matières premières étaient les échanges les plus encombrés et vulnérables à un recul. Le commerce a été lent avec le Japon en vacances, laissant les contrats à terme sur actions S&P 500 en baisse de 0,3% et les contrats à terme Nasdaq de 0,4%. Les contrats à terme EUROSTOXX 50 ont chuté de 0,3% et les contrats à terme FTSE sont restés stables. L’indice MSCI le plus large des actions Asie-Pacifique hors Japon a baissé de 0,2%.

 

La guerre en Ukraine impacte également les exportations de gaz, en particulier en Europe : « L’Europe est la plus exposée à la baisse de l’offre et à la hausse des prix des importations de gaz et de produits agricoles en provenance de Russie et d’Ukraine. « Une chute du PMI de la zone euro en territoire de contraction pourrait ramener l’EUR/USD plus près de son plus bas de guerre de 1,0806 $ » , d’après Joseph Capurso, responsable de l’économie internationale à la CBA.

Voir aussi

 

Sur les marchés des matières premières, l’or n’a pas réussi à tirer parti des flux de valeurs refuges ou des préoccupations inflationnistes, perdant plus de 3 % la semaine dernière. Il était en hausse de 0,3 % pour la dernière fois à 1 927 $ l’once.

 

 

Lire aussi > BOURSE : LES PRIX DU PÉTROLE AU PLUS HAUT DEPUIS 2008, LES MATIÈRES PREMIÈRES EXPLOSENT

 

Photo à la Une : © Getty Images

Comment avez vous trouvez l'article ?
Excited
0
Happy
0
In Love
0
Not Sure
0
Silly
0

COPYRIGHT 2021 LUXUS + ALL RIGHTS RESERVED

Revenir en haut