Vous lisez en ce moment
Balenciaga se lance dans la seconde main

Balenciaga se lance dans la seconde main

Balenciaga s’associe à la plateforme de revente Reflaunt pour proposer un service de seconde main pour ses produits.

 

Avec une demande constante de produits Balenciaga sur le marché de l’occasion,  la maison a décidé de proposer elle-même ce service.

 

La marque du groupe Kering a donc pris le parti de s’associer avec Reflaunt, un site de revente en ligne en marque blanche. Le partenariat permettra d’offrir aux clients un service complet. Les produits pourront être déposés dans les boutiques Balenciaga participantes, d’où ils seront envoyés pour être authentifiés et évalués avant d’être photographiés et répertoriés puis vendus en ligne.

 

Ce n’est pas la première fois que Demna Gvasalia, le directeur de la création de la marque, manifeste son intérêt pour la circularité. En effet, la collection printemps-été 2021 de Balenciaga a été presque entièrement réalisée à partir de pièces ré-utilisées ou certifiées durables.

 

Pourtant, les acteurs du luxe se sont d’abord méfiés des plateformes de seconde main  en ligne, craignant qu’elles ne cannibalisent les ventes et encouragent les contrefaçons. Mais la croissance rapide du marché de l’occasion et la durabilité associée à ce marché, ont rapidement fait évoluer les idées. Balenciaga emboîte ainsi le pas de Gucci, qui avait dévoilé sa plateforme Vault l’an passé.

Le luxe d’occasion en Chine

 

Zhu Tainiqi, fondateur à Shanghai de la place de marché de produits de luxe d’occasion ZZER constate, lui, que le nombre de consignataires de sa plateforme a augmenté de 40% et compte désormais 12 millions de membres.

 

« De plus en plus de gens sont maintenant conscients qu’ils peuvent vendre des produits de luxe pour un peu d’argent tandis que les acheteurs remarquent qu’il peuvent faire une bonne affaire » explique-t il « Ils se disent : « Pourquoi ne pas tenter le coup ? »

 

Cette tendance indique un changement significatif dans le secteur du luxe en Chine, qui représente 74 milliards de dollars et où le sous-segment du luxe d’occasion a mis du temps à décoller.

 

Voir aussi

« L’intérêt de la Chine  peut vraiment faire bouger les choses pour que certaines marques réfléchissent à la manière dont elles vont gérer ce marché (de la revente) et au rôle qu’elles vont jouer dans l’ensemble du processus » commente Iris Chan, partenaire et responsable du développement de la clientèle au sein du cabinet de conseil Digital Luxury Group.

Le marché chinois du luxe d’occasion devrait atteindre 30 milliards de dollars en 2025, contre 8 milliards en 2020, selon le cabinet de conseil iResearch.

 

 

Lire aussi > Balenciaga s’offre Kim Kardashian comme ambassadrice pour la lutte pour le climat

 

Photo à la Une : © Balenciaga

Comment avez vous trouvez l'article ?
Excited
0
Happy
1
In Love
0
Not Sure
0
Silly
0
Revenir en haut