Vous lisez en ce moment
[The Luxury Journals] L’édito de Claire Domergue : Un marché horloger à deux vitesses

[The Luxury Journals] L’édito de Claire Domergue : Un marché horloger à deux vitesses

La pandémie mondiale survenue en 2020 a entraîné des mesures de confinement à répétition, provoquant fermeture temporaire des boutiques et arrêt du tourisme mondial.

 

De nombreux secteurs en ont pâti, comme l’horlogerie suisse, qui assiste depuis à une solide reprise en retrouvant des niveaux financiers pré-pandémique, portés en effet par la Chine et les États-Unis. La crise sanitaire a néanmoins souligné des disparités entre quelques marques indépendantes qui dominent actuellement le marché et le reste de l’industrie. Patek Philippe, Rolex, Audemars Piguet et Richard Mille – les quatre grandes marques indépendantes du milieu – représentent 55% des profits de l’horlogerie de luxe, et creusent un fossé avec le reste de l’industrie développant un marché à deux vitesses.

 

En effet, le très haut gamme, en d’autres termes les montres vendues plus de 7500 francs, se démarquent avec une plus grande progression et une hausse des exportations, laissant sur le côté l’entrée et le moyen de gamme.

 

De ce fait, les modèles emblématiques de ces quatre Maisons horlogères sont devenus des objets d’investissement très convoités par les collectionneurs, provoquant une rareté de l’offre et une flambée des prix pour le marché de la seconde main.

 

Vous lisez l’édito de Claire Domergue publié dans le numéro spécial Geneva Watch Week 2022 des Luxury Journals by Luxus Plus – #3

Lire le numéro

 

 

 

 

Voir aussi

 

 

Lire aussi > [THE LUXURY JOURNALS] JEAN-CHRISTOPHE BABIN (BVLGARI) : « JE SUIS FIER QU’UNE ENTREPRISE ITALIENNE SOIT PARVENUE À RÉINVENTER L’HORLOGERIE SUISSE »

 

Photo à la Une : © Luxus Plus

 

Comment avez vous trouvez l'article ?
Excited
0
Happy
0
In Love
0
Not Sure
0
Silly
0

COPYRIGHT 2021 LUXUS + ALL RIGHTS RESERVED

Revenir en haut