Richemont chute en bourse après des résultats trimestriels jugés décevants

[vc_row njt-role= »people-in-the-roles » njt-role-user-roles= »administrator,editor,author,armember »][vc_column][vc_column_text]

L’action du groupe de luxe suisse a décroché de 8% ce lundi matin. Une réaction au recul des ventes sur le marché américain, alors que les autres marchés et toutes les activités sont orientées à la hausse.

 

Gueule de bois ce lundi matin pour les actions des géants du luxe en général, et pour Richemont plus particulièrement.

 

Dans la foulée de la publication de résultats trimestriels décevants, le groupe suisse a ainsi chuté de 8,0%, soit sa “plus forte baisse en pourcentage sur un jour depuis plus d’un an”. 

 

Alors que l’indice paneuropéen STOXX 600 (.STOXX) était lui-même en recul de 0,3% à 8h02 GMT,  LVMH, Hermes et Kering ont eux-même perdu entre 1% et 3,7%.

 

Richemont : -8%

 

La chute de Richemont, la plus spectaculaire, est liée à la publication d’ ”une croissance organique de ses ventes plus faible que prévu au premier trimestre” , à cause des Amériques. Les ventes y ont ainsi reculé de 2 %, avec une “baisse des ventes en gros et au détail, globalement alignées sur la période de l’année précédente”. 

 

Ce signe de faiblesse inquiète les investisseurs alors que les Etats-Unis font partie des marchés prioritaires du luxe. 

 

Le tableau d’ensemble n’est pourtant pas si mauvais pour Richemont qui explique afficher un “solide début d’exercice avec une croissance” de ses “ventes de 14% à taux de change réels (+19% à taux de change constants)” à 5,3 milliards d’euros.

 

Bon tableau d’ensemble

 

A l’exception du marché américain, ses ventes évoluent ainsi positivement “dans presque toutes les régions et canaux de distribution et dans tous les domaines d’activité, à taux de change réels”.

 

Sur le plan géographique, “le fort rebond de l’Asie-Pacifique” (+40%  soit la plus forte performance régionale.!) a ainsi “plus que compensé la faiblesse des ventes dans les Amériques”.

 

La levée des restrictions liées au Covid et la réouverture début 2023 des frontières en Chine continentale, à Hong Kong  et Macao en janvier 2023, y ont généré une croissance à deux chiffres dans la première et à…trois chiffres dans les deux dernières régions ! 

 

On relève encore des ventes “solides sur les autres marchés asiatiques, notamment en Australie et à Taïwan” et une croissance de 14% au Japon, malgré une base de comparaison élevée (+90% au cours de la période précédente !). Ce dernier a bénéficié de la bonne orientation de la demande locale et des dépenses touristiques, dopées par un yen faible. 

 

Combinaison gagnante

 

Le même combinaison gagnante (demande intérieure résistante et dépenses touristiques, portées par les clients américains, moyen-orientaux et, plus récemment, chinois sur le vieux continent) a porté le marché Européen, mais aussi le Moyen-Orient et en Afrique.

 

 Les ventes ont encore augmenté sur le vieux continent de 11 % au premier trimestre après déjà +52 % l’année précédente.  Ce dynamisme s’observe dans la plupart des pays -et en particulier en  France, Italie et Suisse. 

 

Au Moyen-Orient et en Afrique, les ventes, portées notamment par la destination Dubaï, ont progressé de 15 %.

 

Des activités qui progressent partout

 

Sur le plan des activités, Richemont a fait mieux que l’an dernier partout. Les Maisons de Joaillerie ont mené la danse à un rythme élevé (+19% à taux de change réels, +24% à taux constants) à 3,6 milliards d’euros.

 

Ses trois Maisons de joaillerie – Buccellati, Cartier et Van Cleef & Arpels – ont ainsi cartonné (+ 24%), grâce à la vigueur des ventes de bijoux et montres.

 

Les Horlogers spécialisés (+6% à taux de change réels, +10% à taux constants) et les Autres Maisons -soit  Watchfinder & Co, ses Maisons de mode et d’accessoires (Alaïa, Chloé, Delvaux, Dunhill,  Peter Millar) et Monblanc   (+5% à taux de change réels, +8% à taux constants) ont également été à la hausse mais de façon moins spectaculaire.

 

La griffe américaine de Sportswear Peter Millar se distingue avec une croissance à deux chiffres,malgré le ralentissement relatif” de son marché d’origine  et “une base de comparaison élevée”. 

 

YNAP en forte baisse

 

Yoox Net-a-Porter (YNAP), désormais présenté comme des « activités abandonnées« , a enregistré une baisse des ventes de 8 % (-10 % à taux de change réels)dans un environnement globalement difficile pour les « pure players » de la distribution numérique”. Richemont avait annoncé l’été dernier, la revente du leader du luxe en ligne, à Farfetch, selon un processus qui devait s’achever trois ans plus tard par le transfert de 100% des actions. 

 

Côté circuits, les ventes directes aux clients prennent de plus en plus d’importance, avec désormais 74 % des ventes du groupe, grâce à une augmentation de 200 points de base par rapport à l’année précédente. 

 

Le e.commerce a augmenté de 2 %, avec des performances variées selon les secteurs, et une hausse de 14% pour la Joaillerie ! 

 

Enfin, les ventes en gros ont augmenté de 11 %.

 

Prochains rendez-vous pour Richemont : son Assemblée générale annuelle, le 6 septembre prochain à Genève et l’annonce des résultats intermédiaires de l’exercice en cours, le 10 novembre 2023.

 

Lire aussi > Le directeur financier de Richemont devient le mieux payé du groupe

 

Photo à la Une :  © Presse[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row njt-role= »not-logged-in »][vc_column][vc_column_text]

L’action du groupe de luxe suisse a décroché de 8% ce lundi matin. Une réaction au recul des ventes sur le marché américain, alors que les autres marchés et toutes les activités sont orientées à la hausse.

 

Gueule de bois ce lundi matin pour les actions des géants du luxe en général, et pour Richemont plus particulièrement.

 

Dans la foulée de la publication de résultats trimestriels décevants, le groupe suisse a ainsi chuté de 8,0%, soit sa “plus forte baisse en pourcentage sur un jour depuis plus d’un an”. 

 

Alors que l’indice paneuropéen STOXX 600 (.STOXX) était lui-même en recul de 0,3% à 8h02 GMT,  LVMH, Hermes et Kering ont eux-même perdu entre 1% et 3,7%.

 

Richemont : -8%

 

La chute de Richemont, la plus spectaculaire, est liée à la publication d’ ”une croissance organique de ses ventes plus faible que prévu au premier trimestre” , à cause des Amériques. Les ventes y ont ainsi reculé de 2 %, avec une “baisse des ventes en gros et au détail, globalement alignées sur la période de l’année précédente”. 

 

Ce signe de faiblesse inquiète les investisseurs alors que les Etats-Unis font partie des marchés prioritaires du luxe. 

 

Le tableau d’ensemble n’est pourtant pas si mauvais pour Richemont qui explique afficher un “solide début d’exercice avec une croissance” de ses “ventes de 14% à taux de change réels (+19% à taux de change constants)” à 5,3 milliards d’euros.

 

Bon tableau d’ensemble

 

A l’exception du marché américain, ses ventes évoluent ainsi positivement “dans presque toutes les régions et canaux de distribution et dans tous les domaines d’activité, à taux de change réels”.

 

Sur le plan géographique, “le fort rebond de l’Asie-Pacifique” (+40%  soit la plus forte performance régionale.!) a ainsi “plus que compensé la faiblesse des ventes dans les Amériques”.

 

La levée des restrictions liées au Covid et la réouverture début 2023 des frontières en Chine continentale, à Hong Kong  et Macao en janvier 2023, y ont généré une croissance à deux chiffres dans la première et à…trois chiffres dans les deux dernières régions ! 

 

On relève encore des ventes “solides sur les autres marchés asiatiques, notamment en Australie et à Taïwan” et une croissance de 14% au Japon, malgré une base de comparaison élevée (+90% au cours de la période précédente !). Ce dernier a bénéficié de la bonne orientation de la demande locale et des dépenses touristiques, dopées par un yen faible. 

 

[…][/vc_column_text][vc_cta h2= »Cet article est réservé aux abonnés. » h2_font_container= »font_size:16″ h2_use_theme_fonts= »yes » h4= »Abonnez-vous dès maintenant ! » h4_font_container= »font_size:32|line_height:bas » h4_use_theme_fonts= »yes » txt_align= »center » color= »black » add_button= »right » btn_title= »JE M’ABONNE ! » btn_color= »danger » btn_size= »lg » btn_align= »center » use_custom_fonts_h2= »true » use_custom_fonts_h4= »true » btn_button_block= »true » btn_custom_onclick= »true » btn_link= »url:https%3A%2F%2Fluxus-plus

ed-italia.com.com%2Fabonnements-et-newsletter-2%2F||| »]Accédez en illimité à tous les articles et vivez une expérience de lecture inédite, contenus en avant première, newsletter exclusives…

Déjà un compte farmbrazil.com.br? Connectez-vous.[/vc_cta][vc_column_text]Photo à la Une : © Presse[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row njt-role= »people-in-the-roles » njt-role-user-roles= »subscriber,customer »][vc_column][vc_column_text]

L’action du groupe de luxe suisse a décroché de 8% ce lundi matin. Une réaction au recul des ventes sur le marché américain, alors que les autres marchés et toutes les activités sont orientées à la hausse.

 

Gueule de bois ce lundi matin pour les actions des géants du luxe en général, et pour Richemont plus particulièrement.

 

Dans la foulée de la publication de résultats trimestriels décevants, le groupe suisse a ainsi chuté de 8,0%, soit sa “plus forte baisse en pourcentage sur un jour depuis plus d’un an”. 

 

Alors que l’indice paneuropéen STOXX 600 (.STOXX) était lui-même en recul de 0,3% à 8h02 GMT,  LVMH, Hermes et Kering ont eux-même perdu entre 1% et 3,7%.

 

Richemont : -8%

 

La chute de Richemont, la plus spectaculaire, est liée à la publication d’ ”une croissance organique de ses ventes plus faible que prévu au premier trimestre” , à cause des Amériques. Les ventes y ont ainsi reculé de 2 %, avec une “baisse des ventes en gros et au détail, globalement alignées sur la période de l’année précédente”. 

 

Ce signe de faiblesse inquiète les investisseurs alors que les Etats-Unis font partie des marchés prioritaires du luxe. 

 

Le tableau d’ensemble n’est pourtant pas si mauvais pour Richemont qui explique afficher un “solide début d’exercice avec une croissance” de ses “ventes de 14% à taux de change réels (+19% à taux de change constants)” à 5,3 milliards d’euros.

 

Bon tableau d’ensemble

 

A l’exception du marché américain, ses ventes évoluent ainsi positivement “dans presque toutes les régions et canaux de distribution et dans tous les domaines d’activité, à taux de change réels”.

 

Sur le plan géographique, “le fort rebond de l’Asie-Pacifique” (+40%  soit la plus forte performance régionale.!) a ainsi “plus que compensé la faiblesse des ventes dans les Amériques”.

 

La levée des restrictions liées au Covid et la réouverture début 2023 des frontières en Chine continentale, à Hong Kong  et Macao en janvier 2023, y ont généré une croissance à deux chiffres dans la première et à…trois chiffres dans les deux dernières régions ! 

 

On relève encore des ventes “solides sur les autres marchés asiatiques, notamment en Australie et à Taïwan” et une croissance de 14% au Japon, malgré une base de comparaison élevée (+90% au cours de la période précédente !). Ce dernier a bénéficié de la bonne orientation de la demande locale et des dépenses touristiques, dopées par un yen faible. 

 

[…][/vc_column_text][vc_cta h2= »Cet article est réservé aux abonnés. » h2_font_container= »tag:h2|font_size:16|text_align:left » h2_use_theme_fonts= »yes » h4= »Abonnez-vous dès maintenant ! » h4_font_container= »tag:h2|font_size:32|text_align:left|line_height:bas » h4_use_theme_fonts= »yes » txt_align= »center » color= »black » add_button= »right » btn_title= »JE M’ABONNE ! » btn_color= »danger » btn_size= »lg » btn_align= »center » use_custom_fonts_h2= »true » use_custom_fonts_h4= »true » btn_button_block= »true » btn_custom_onclick= »true » btn_link= »url:https%3A%2F%2Fluxus-plus.com%2Fen%2Fabonnements-et-newsletter-2-2%2F||| »]Accédez en illimité à tous les articles et vivez une expérience de lecture inédite, contenus en avant première, newsletter exclusives…

Déjà un compte ? Connectez-vous.[/vc_cta][vc_column_text]Photo à la Une :  ©Presse[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row]

Picture of Sophie Michentef
Sophie Michentef
Sophie Michentef a évolué plus de 30 ans dans la presse professionnelle. Pendant une quinzaine d’années, elle a encadré la rédaction France et international du Journal du Textile. Elle met désormais son expertise presse, textile, mode et luxe au service de journaux, organisations professionnelles et entreprises.

Luxus+ recommande

Inscription à notre Newsletter

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir nos émissions et articles en avant-première !

Newletter Luxus Plus