Chanel : la vague de départs de cadres senior se poursuit

Le turnover s’accélère chez Chanel depuis l’arrivée, il y a deux ans, de Leena Nair à la tête du groupe. La Maison de luxe est confronté cette-fois-ci au départ de son président chargé du marché Asie-Pacifique. Si la pyramide des âges peut être tenue pour responsable, une crise culturelle en interne n’est toutefois pas à écarter.

 

Et de six ! Vincent Shaw, 30 ans de maison, est le prochain candidat au départ chez Chanel.

 

Après cinq autres cadres senior, le président du marché Asie-Pacifique pour le groupe de luxe quittera ses fonctions en juin prochain. Il sera remplacé par deux responsables déjà en poste : les actuels directeurs exécutifs Renaud Bailly pour la Chine et  Stéphanie Couette pour Hong Kong et Macao.

 

Son départ coïncide avec une série de démissions et de départs à la retraite de cadres hauts placés, trahissant une transformation de grande ampleur au sein de ce qui reste la deuxième marque de luxe la plus importante au monde.

Départs rapprochés

 

Avec John Galantic, Christine Dagousset, Alexandra McCauley, Richard Collasse, Olivier Nicolay et maintenant Vincent Shaw, Chanel a notamment ainsi perdu en dix mois son président et directeur d’exploitation (COO), sa responsable mondiale de la diversité et de l’inclusion, sa responsable Open Innovation ou encore son responsable travel retail monde. Soit autant de cadres dirigeants émérites en charge de ses marchés clés que sont le Royaume Uni, les Amériques, le Japon et l’Asie-Pacifique.

 

Le mercato des membres du top management a débuté un an après la prise de fonction de la nouvelle présidente de ce qui reste l’une des dernières Maisons de luxe indépendantes, Leena Nair, transfuge du marché des produits de grande consommation, d’origine indienne.

Ces profils expérimentés dans le luxe ont été remplacés par des personnes moins âgées au parcours plus hybride et des profils plus paritaires comme Elizabeth Angles, ex-Sephora désormais présidente de la région Royaume-Uni et Stéphane Blanchard, nouveau président de la région Etats-Unis et Chanel Inc.

 

Ces dernières années, la Maison Chanel était réputée comme étant l’une des entreprises de luxe les plus prestigieuses, autant que pour être le plus faible taux de turnover du secteur. Au point que selon un adage consacré, on ne quittait pas Chanel, on y mourait… mais les choses semblent avoir changé.

 

Leena Nair pour une nouvelle ère

Pour continuer à lire cet article, abonnez-vous ou connectez-vous à votre espace abonné

Découvrez nos offres

Je m'abonne pour 1€

Devenez un membre actif de la communauté des leaders du luxe.

Luxus+ Abonnement Digital + Papier

 

Lire aussi > INDE : CHANEL BEAUTÉ INAUGURE UNE PREMIÈRE BOUTIQUE À MUMBAI

 

Photo à la Une : Rendez-vous Beauté  © Chanel

Victor Gosselin
Victor Gosselin
Victor Gosselin est journaliste spécialisé luxe, RH, tech, retail et consultant éditorial. Diplômé de l’EIML Paris, il évolue depuis 9 ans dans le luxe. Féru de mode, d’Asie, d’histoire et de long format, cet ex-Welcome To The Jungle et Time To Disrupt aime analyser l’info sous l’angle sociologique et culturel.

Inscription à notre Newsletter

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir nos émissions et articles en avant-première !

Offre de lancement:

Votre participation à la Masterclass Camille Fournet réservée aux abonnés annuels !

Newletter Luxus Plus