À la traîne sur ses concurrents, Estée Lauder revoit ses prévisions à la baisse

[vc_row njt-role= »people-in-the-roles » njt-role-user-roles= »administrator,editor,author,armember »][vc_column][vc_column_text]

Vendredi dernier, Estée Lauder a annoncé des prévisions de ventes annuelles et de bénéfices en-deçà des attentes, mettant en évidence un redressement plus lent que prévu de son activité de vente au détail axée sur les voyages, principalement en Asie, et une demande en déclin aux États-Unis. Cette situation a entraîné une diminution d’environ 3% de la valeur de ses actions.

 

L’entreprise mondiale de produits cosmétiques Estée Lauder a dévoilé vendredi 18 août des projections de ventes et de profits annuels en dessous des attentes. Ces dernières mettent en lumière une reprise plus lente que prévu dans son activité de vente au détail liée aux voyages, principalement en Asie, ainsi qu’une chute de la demande, sur ses propres terres, aux États-Unis.

 

Les analystes soulignent que le déclin de la demande des consommateurs en Chine et la reprise lente des transactions au détail axées sur les voyages en Asie – incluant les ventes en aéroports et dans les destinations de voyage telles que la Corée et Hainan en Chine – pourraient avoir un impact négatif auprès d’entreprises de luxe comme Estée Lauder, qui génère environ 30% de son chiffre d’affaires annuel dans la région Asie-Pacifique.

 

« La situation a été un peu volatile en ce qui concerne les voyageurs individuels se rendant à Hainan… c’est allé plus lentement que ce que nos clients pensaient, et certainement plus lentement que ce que nous pensions également », a déclaré la directrice financière du groupe américain, Tracey Travis.

 

Ainsi, Estée Lauder prévoit une augmentation des ventes annuelles comprise entre 5% et 7%, en comparaison à une augmentation estimée à 8,8% d’après les données de Refinitiv. L’entreprise anticipe un bénéfice ajusté annuel se situant entre 3,50 et 3,75 dollars par action, par rapport à une attente de 4,83 dollars.

 

Perspectives instables

 

Le mois dernier, le fabricant français de cosmétiques L’Oréal a également fait savoir que le marché chinois ne retrouvait pas son dynamisme aussi rapidement que prévu, tandis que le concurrent européen LVMH a fait état d’un refroidissement de la demande aux États-Unis.

 

La région des Amériques d’Estée Lauder a enregistré des ventes nettes stables, tandis que la région Asie-Pacifique a connu une augmentation de 29% au cours du trimestre. Cependant, les prévisions pessimistes de l’entreprise ont suscité des interrogations parmi les analystes concernant l’incertitude persistante à Hainan et sur le continent chinois.

 

« La réduction des stocks et les niveaux d’inventaire dans la vente au détail tournées vers les voyages en Asie resteront probablement le plus grand obstacle à la croissance au cours des prochains trimestres », a déclaré l’analyste Callum Elliott de Bernstein.

 

Estée Lauder a également sous-investi dans la publicité, renonçant ainsi à une occasion en or de renforcer ses ventes, affirment certains analystes. De plus, le mois dernier, des pirates informatiques ont perturbé le courrier électronique de l’entreprise pendant plusieurs jours, retardant certaines commandes en ligne et entraînant potentiellement des pertes de ventes de plusieurs millions de dollars.

 

En difficulté sur son propre terrain

 

Malgré son histoire illustre aux États-Unis – l’entreprise y a été fondée en 1946 par la célèbre entrepreneure américaine – Estée Lauder connaît des difficultés sur son marché historique. Sa part de marché dans le secteur des produits de beauté et de soins personnels aux États-Unis a baissé d’environ un cinquième, selon Euromonitor. Là où l’Oréal a vu sa part de marché augmenter d’un dixième, atteignant 13,7 % sur la même période, consolidant ainsi sa position de leader dans le secteur des produits de beauté et de soins personnels aux États-Unis.

 

L’Oréal a également une légère avance sur Estée Lauder dans la catégorie dite des produits de beauté et de soins personnels »de prestige » aux États-Unis, ce qui représente un revers pour Estée Lauder, qui se spécialise dans des produits haut de gamme par rapport à L’Oréal. L’entreprise française possède davantage de marques grand public telles que Maybelline et Garnier.

 

L’Oréal domine en partie en raison de sa taille : il a généré environ 42 milliards de dollars au taux de change actuel l’année dernière et emploie environ 88 000 personnes. En revanche, Estée Lauder a réalisé près de 18 milliards de dollars de chiffre d’affaires en 2022 et emploie plus de 60 000 collaborateurs. Cette situation n’est pas qu’une affaire de taille. Les produits de soins de la peau de L’Oréal semblent mieux correspondre aux consommateurs américains que ceux d’Estée Lauder, selon une analyse préparée par Yogi. Parmi les 50 produits de soins de la peau les mieux notés des deux entreprises, Yogi a constaté que L’Oréal en vendait 40.

 

Malgré le fait qu’Estée Lauder ait acquis des marques axées sur les ingrédients tels que The Ordinary et lancé Clinique il y a des décennies, elle n’a pas « exploité cela de la même manière que L’Oréal a été capable de le faire ».

 

Espoirs portés sur le marché asiatique

 

Les espoirs d’Estée Lauder pour un redressement reposent désormais en grande partie sur l’Asie. L’une des raisons pour lesquelles les revenus ont souffert est que l’entreprise n’a pas suffisamment investi dans la fabrication locale pour soutenir les ventes régionales, selon l’analyste de Barclays, Lauren Lieberman.

 

Par exemple, au cours de l’exercice cloturé en juin 2012, Estée Lauder avait 21 % de ses installations opérationnelles dans la région Asie-Pacifique, en ligne avec sa part de ventes dans la région. Dix ans plus tard, la région représentait environ un tiers des ventes, mais seulement 14 % des installations opérationnelles.

 

Bien que les nouvelles installations asiatiques contribueront à corriger ce déséquilibre, les usines n’ont pas ouvert assez rapidement pour permettre à Estée Lauder de naviguer dans la réouverture de la Chine en début d’année. Au lieu de cela, les longues chaînes d’approvisionnement de l’entreprise l’ont contrainte à envoyer des marchandises dans les boutiques hors taxes chinoises et d’autres détaillants au moins six mois à l’avance. Lorsqu’ils ont expédié les produits, les dirigeants d’Estée Lauder ont parié sur le fait que la réouverture de la Chine serait croissante : une forte augmentation de la demande qui s’accélérerait rapidement. Ils ont donc expédié beaucoup de marchandises.

 

Cependant, la reprise pour Estée Lauder a été plus progressive. Cela a laissé les boutiques de vente au détail axées sur les voyages avec trop de marchandises et pas assez de demande.

 

Questions de succession

 

Les défis auxquels Estée Lauder fait face ont soulevé des interrogations au sein et en dehors de l’entreprise concernant le choix d’un successeur au poste de PDG actuellement occupé par Fabrizio Freda, âgé de 65 ans et en fonction depuis 2009. Freda souhaite ardemment rester en poste au moins jusqu’au 30 juin 2024, date à laquelle il recevra des paiements en actions. Lors d’une conférence en décembre, il a exprimé sa « détermination totale à continuer de diriger cette entreprise dans un avenir prévisible ».

 

Bien qu’il soit encore trop tôt pour qu’un candidat favori émerge dans les discussions sur la succession, plusieurs candidats internes ont été évoqués ces derniers mois. Parmi eux, on trouve Jane Lauder, directrice des données et petite-fille du fondateur ; Stéphane de la Faverie, l’un des deux présidents du groupe exécutif ; et Tracey Travis, directrice financière depuis 2012, selon des sources proches de l’entreprise qui ont souhaité conserver l’anonymat.

 

Les trois dirigeants n’ont pas répondu aux demandes de commentaires. En mai, le président exécutif William Lauder a adressé une note aux employés pour saluer Fabrizio Freda : « Sous la direction de Fabrizio, l’entreprise met en œuvre une stratégie à long terme couronnée de succès. »

 

La famille Lauder détient environ 86 % des droits de vote dans l’une des plus grandes entreprises familiales d’Amérique. Cependant, les investisseurs et les analystes attribuent à Freda le mérite d’avoir instauré une discipline financière et professionnelle, ayant plus que doublé le chiffre d’affaires de l’entreprise, passant de 7,8 milliards de dollars en 2010 à 17,7 milliards de dollars en 2022.

 

 

Lire aussi >Beauté : les ventes d’Estée Lauder reculent, celles de Bogart progressent

Photo à la Une :  ©Estée Lauder [/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row njt-role= »not-logged-in »][vc_column][vc_column_text]

 

Vendredi dernier, Estée Lauder a annoncé des prévisions de ventes annuelles et de bénéfices en-deçà des attentes, mettant en évidence un redressement plus lent que prévu dans son activité de vente au détail liée aux voyages, principalement en Asie, et une demande en déclin aux États-Unis. Cette situation a entraîné une diminution d’environ 3% de la valeur de ses actions.

 

L’entreprise mondiale de produits cosmétiques Estée Lauder a dévoilé vendredi 18 août des projections de ventes et de profits annuels en dessous des attentes. Ces dernières mettent en lumière une reprise plus lente que prévu de son activité de vente au détail axée sur les voyages, principalement en Asie, ainsi qu’une chute de la demande sur ses propres terres, aux États-Unis.

 

Les analystes soulignent que le déclin de la demande des consommateurs en Chine et la reprise lente des ventes au détail axées sur les voyages en Asie – incluant les ventes en aéroports et dans les destinations de voyage telles que la Corée et Hainan en Chine – pourraient avoir un impact négatif sur les entreprises de luxe comme Estée Lauder, qui génère environ 30% de son chiffre d’affaires annuel dans la région Asie-Pacifique.

 

« La situation a été un peu volatile en ce qui concerne les voyageurs individuels se rendant à Hainan… c’est allé plus lentement que ce que nos clients pensaient, et certainement plus lentement que ce que nous pensions également », a déclaré la directrice financière du groupe américain, Tracey Travis.

 

Ainsi, Estée Lauder prévoit une augmentation des ventes annuelles comprise entre 5% et 7%, en comparaison à une augmentation estimée à 8,8% d’après les données de Refinitiv. L’entreprise anticipe un bénéfice ajusté annuel se situant entre 3,50 et 3,75 dollars par action, par rapport à une attente de 4,83 dollars.

 

Perspectives instables

 

Le mois dernier, le fabricant français de cosmétiques L’Oréal a également fait savoir que le marché chinois ne retrouvait pas son dynamisme aussi rapidement que prévu par tous, tandis que le concurrent européen LVMH a fait état d’un refroidissement de la demande aux États-Unis.

 

La région des Amériques d’Estée Lauder a enregistré des ventes nettes stables, tandis que la région Asie-Pacifique a connu une augmentation de 29% au cours du trimestre. Cependant, les prévisions pessimistes de l’entreprise ont suscité des interrogations parmi les analystes concernant l’incertitude persistante à Hainan et sur le continent chinois.

 

« La réduction des stocks et les niveaux d’inventaire dans la vente au détail axée sur les voyages en Asie resteront probablement le plus grand obstacle à la croissance au cours des prochains trimestres », a déclaré l’analyste Callum Elliott de Bernstein.

 

Estée Lauder a également sous-investi dans la publicité, renonçant ainsi à une occasion en or de renforcer ses ventes, affirment certains analystes. De plus, le mois dernier, des pirates informatiques ont perturbé le courrier électronique de l’entreprise pendant plusieurs jours, retardant certaines commandes en ligne et entraînant potentiellement des pertes de ventes de plusieurs millions de dollars.

 

En difficulté sur son propre terrain

 

Malgré son histoire illustre aux États-Unis – l’entreprise y a été fondée en 1946 par la célèbre entrepreneure américaine – Estée Lauder connaît des difficultés sur son marché historique. Sa part de marché dans le secteur des produits de beauté et de soins personnels aux États-Unis a baissé d’environ un cinquième, selon Euromonitor. Là où l’Oréal a vu sa part de marché augmenter d’un dixième, atteignant 13,7 % sur la même période, consolidant ainsi sa position de leader dans le secteur des produits de beauté et de soins personnels aux États-Unis.

 

[…][/vc_column_text][vc_cta h2= »Cet article est réservé aux abonnés. » h2_font_container= »font_size:16″ h2_use_theme_fonts= »yes » h4= »Abonnez-vous dès maintenant ! » h4_font_container= »font_size:32|line_height:bas » h4_use_theme_fonts= »yes » txt_align= »center » color= »black » add_button= »right » btn_title= »JE M’ABONNE ! » btn_color= »danger » btn_size= »lg » btn_align= »center » use_custom_fonts_h2= »true » use_custom_fonts_h4= »true » btn_button_block= »true » btn_custom_onclick= »true » btn_link= »url:https%3A%2F%2Fluxus-plus

ed-italia.com.com%2Fabonnements-et-newsletter-2%2F||| »]Accédez en illimité à tous les articles et vivez une expérience de lecture inédite, contenus en avant première, newsletter exclusives…

Déjà un compte farmbrazil.com.br? Connectez-vous.[/vc_cta][vc_column_text]Photo à la Une : © Estée Lauder[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row njt-role= »people-in-the-roles » njt-role-user-roles= »subscriber,customer »][vc_column][vc_column_text]

 

Vendredi dernier, Estée Lauder a annoncé des prévisions de ventes annuelles et de bénéfices en-deçà des attentes, mettant en évidence un redressement plus lent que prévu de son activité de vente au détail liée aux voyages, principalement en Asie, et une demande en déclin aux États-Unis. Cette situation a entraîné une diminution d’environ 3% de la valeur de ses actions.

 

L’entreprise mondiale de produits cosmétiques Estée Lauder a dévoilé vendredi 18 août des projections de ventes et de profits annuels en dessous des attentes. Ces dernières mettent ainsi en lumière une reprise plus lente que prévu dans son activité de vente au détail axée sur les voyages, principalement en Asie, ainsi qu’une demande en baisse aux États-Unis.

 

Les analystes soulignent que le déclin de la demande des consommateurs en Chine et la reprise lente des ventes au détail axées sur les voyages en Asie – incluant les ventes dans les aéroports et les destinations de voyage telles que la Corée et Hainan en Chine – pourraient avoir un impact sur les entreprises de luxe comme Estée Lauder, qui génère environ 30% de son chiffre d’affaires annuel dans la région Asie-Pacifique.

 

« La situation a été un peu volatile en ce qui concerne les voyageurs individuels se rendant à Hainan… c’est allé plus lentement que ce que nos clients pensaient, et certainement plus lentement que ce que nous pensions également », a déclaré la directrice financière Tracey Travis.

 

Ainsi, Estée Lauder prévoit une augmentation des ventes annuelles comprise entre 5% et 7%, en comparaison à une augmentation estimée à 8,8% d’après les données de Refinitiv. L’entreprise anticipe un bénéfice ajusté annuel se situant entre 3,50 et 3,75 dollars par action, par rapport à une attente de 4,83 dollars.

 

Perspectives instables

 

Le mois dernier, le fabricant français de cosmétiques L’Oréal a également fait savoir que le marché chinois ne retrouvait pas son dynamisme aussi rapidement que prévu par tous, tandis que le concurrent européen LVMH a fait état d’un refroidissement de la demande aux États-Unis.

 

La région des Amériques d’Estée Lauder a enregistré des ventes nettes stables, tandis que la région Asie-Pacifique a connu une augmentation de 29% au cours du trimestre. Cependant, les prévisions pessimistes de l’entreprise ont suscité des interrogations parmi les analystes concernant l’incertitude persistante à Hainan et sur le continent chinois.

 

« La réduction des stocks et les niveaux d’inventaire dans la vente au détail axée sur les voyages en Asie resteront probablement le plus grand obstacle à la croissance au cours des prochains trimestres », a déclaré l’analyste Callum Elliott de Bernstein.

 

Estée Lauder a également sous-investi dans la publicité, renonçant ainsi à une occasion de renforcer ses ventes, affirment certains analystes. De plus, le mois dernier, des pirates informatiques ont perturbé le courrier électronique de l’entreprise pendant plusieurs jours, retardant certaines commandes en ligne et entraînant potentiellement des pertes de ventes de plusieurs millions de dollars.

 

En difficulté sur son propre terrain

 

Malgré son histoire illustre aux États-Unis – l’entreprise y a été fondée en 1946 par la célèbre entrepreneure américaine – Estée Lauder connaît des difficultés sur son propre marché. Sa part de marché dans le secteur des produits de beauté et de soins personnels aux États-Unis a baissé d’environ un cinquième, selon Euromonitor. Là où l’Oréal a vu sa part de marché augmenter d’un dixième, atteignant 13,7 % sur la même période, consolidant ainsi sa position de leader dans le secteur des produits de beauté et de soins personnels aux États-Unis.

 

[…][/vc_column_text][vc_cta h2= »Cet article est réservé aux abonnés. » h2_font_container= »tag:h2|font_size:16|text_align:left » h2_use_theme_fonts= »yes » h4= »Abonnez-vous dès maintenant ! » h4_font_container= »tag:h2|font_size:32|text_align:left|line_height:bas » h4_use_theme_fonts= »yes » txt_align= »center » color= »black » add_button= »right » btn_title= »JE M’ABONNE ! » btn_color= »danger » btn_size= »lg » btn_align= »center » use_custom_fonts_h2= »true » use_custom_fonts_h4= »true » btn_button_block= »true » btn_custom_onclick= »true » btn_link= »url:https%3A%2F%2Fluxus-plus.com%2Fen%2Fabonnements-et-newsletter-2-2%2F||| »]Accédez en illimité à tous les articles et vivez une expérience de lecture inédite, contenus en avant première, newsletter exclusives…

Déjà un compte ? Connectez-vous.[/vc_cta][vc_column_text]Photo à la Une :  ©Estée Lauder[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row]

La rédaction
La rédaction
Grâce à une veille accrue et à une excellente connaissance de ces secteurs, la rédaction de Luxus + décrypte pour ses lecteurs les principaux enjeux économiques et technologiques de la mode, l’horlogerie, la joaillerie, la gastronomie, les parfums et cosmétiques, l’hôtellerie, et l’immobilier de prestige.

Inscription à notre Newsletter

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir nos émissions et articles en avant-première !

Offre de lancement:

Votre participation à la Masterclass Camille Fournet réservée aux abonnés annuels !

Newletter Luxus Plus