Les Émirats arabes unis, nouvelle plaque tournante du commerce de l’or russe

[vc_row njt-role= »people-in-the-roles » njt-role-user-roles= »administrator,editor,author,armember »][vc_column][vc_column_text]

Selon une enquête menée par l’agence de presse britannique Reuters, les archives des douanes russes révèlent que les Émirats arabes unis sont devenus la nouvelle plaque tournante pour le commerce de l’or russe.

 

Les archives des douanes russes ont révélé que les Émirats arabes unis se sont imposés comme un hub majeur pour le commerce de l’or russe, suite aux sanctions occidentales qui ont entravé les voies d’exportation traditionnelles de la Russie.

 

Les documents, fournis à l’agence de presse Reuters, contiennent les détails de près d’un millier de cargaisons d’or au cours de l’année écoulée depuis le début de la guerre en Ukraine. L’État du Golfe a importé 75,7 tonnes d’or russe d’une valeur de 4,3 milliards de dollars, alors qu’il n’en importait que 1,3 tonnes en  2021. Les documents révèlent également les noms de plus de 100 sociétés non russes qui ont manipulé de l’or russe.

 

La Chine et la Turquie ont également émergé comme deux autres destinations majeures, important chacune environ 20 tonnes d’or russe. En combinant ces chiffres avec ceux des Émirats arabes unis, ces trois pays ont représenté 99,8 % des exportations d’or russe, selon les données douanières pour cette période.

 

Régulation londonienne

 

Peu après le début du conflit en Ukraine, de nombreux acteurs clés tels que les banques multinationales, les prestataires de services logistiques et les affineurs de métaux précieux ont cessé de traiter l’or russe. Avant cela, cet or était expédié vers Londres, la plaque tournante traditionnelle du commerce et du stockage de l’or.

 

La London Bullion Market Association, le marché des lingots de Londres, a interdit les lingots russes fabriqués dès le 7 mars 2022 et, à la fin du mois d’août, la Grande-Bretagne, l’Union européenne, la Suisse, les États-Unis, le Canada et le Japon avaient tous interdit l’importation de lingots russes.

 

Toutefois, pour Louis Marechal, expert en approvisionnement en or auprès de l’Organisation de coopération et de développement économiques, il n’est pas impossible que l’or russe soit fondu et refondu, puis qu’il soit réintroduit sur les marchés américains et européens en masquant son origine. « Si l’or russe arrive, qu’il est refondu par un raffineur local, qu’il est acheté par une banque ou un négociant local et qu’il est ensuite vendu sur le marché, il y a un risque ».

 

Plaque tournante

 

Possédant une industrie aurifère prospère depuis longtemps, Les Émirats arabes unis sont connus comme un important exportateur de lingots et de bijoux,. Les données commerciales indiquent qu’ils ont importé en moyenne environ 750 tonnes d’or pur par an entre 2016 et 2021, ce qui signifie que les cargaisons enregistrées par la Russie ne représenteraient qu’environ 10 % de leurs importations totales.

 

Selon une source anonyme, les entreprises russes auraient vendu des lingots aux Émirats arabes unis avec une décote d’environ 1 % par rapport aux prix mondiaux de référence, offrant ainsi une incitation au commerce. Ces lingots auraient été destinés aux raffineries, où ils seraient fondus et remoulés.

 

Les registres révèlent encore que Temis Luxury Middle East, une filiale basée à Dubaï de l’entreprise française de logistique Temis Luxury, est le plus grand exportateur d’or russe vers les Émirats arabes unis. Entre le 20 avril 2022 et le 3 mars 2023, celle-ci a expédié 15,6 tonnes d’or d’une valeur de 863 millions de dollars.

 

Le deuxième plus grand gestionnaire de lingots russes aux Émirats arabes unis est Transguard, une entreprise de logistique faisant partie du groupe Emirates, la compagnie aérienne et hôtelière détenue par le fonds d’investissement de l’État du Golfe.  Il a  participé à des expéditions de 14,6 tonnes d’or d’une valeur de 820 millions de dollars SUR QUELLE P2ERIODE ?.

 

Pression des États-Unis

 

Dans le but d’isoler davantage la Russie, les États-Unis ont prévenu plusieurs pays, dont les Émirats arabes unis et la Turquie, qu’ils risquaient de perdre leur accès aux marchés du G7 s’ils entretenaient des relations commerciales avec des entités soumises à des sanctions américaines. Toutefois, les données examinées par Reuters ne suggèrent en rien que ces pays aient violé les sanctions américaines.

 

Le gouvernement des Émirats arabes unis, par le biais de son comité des lingots d’or, a affirmé que des mesures claires et robustes étaient mises en place pour combattre le commerce de marchandises illicites, le blanchiment d’argent et les entités sanctionnées.

 

« Les Émirats arabes unis continueront à commercer ouvertement et honnêtement avec leurs partenaires internationaux, dans le respect de toutes les normes internationales actuelles établies par les Nations unies ».

 

Alliance sino-russe

 

Selon les données douanières russes, il y a bien eu des exportations de 116,3 tonnes d’or russe entre le 24 février 2022 et le 3 mars de cette année. Cependant, le cabinet de conseil Metals Focus estime que la Russie a produit 325 tonnes d’or en 2022. Il est probable que le reste de l’or extrait en Russie soit resté dans le pays ou ait été exporté dans le cadre de transactions qui ne sont pas enregistrées. Reuters n’a pas pu déterminer quelle proportion des exportations totales d’or de la Russie était couverte par les données.

 

La plupart des expéditions d’or russe vers la Chine ont été dirigées vers Hong Kong. Le ministère chinois des Affaires étrangères a déclaré que la coopération avec la Russie « ne doit pas être disruptive ou coercitive de la part d’une tierce partie ».

 

 

Lire aussi >La Russie élargit la liste des marques de luxe importées sans leur autorisation

 

Photo à la Une :  © Presse [/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row njt-role= »not-logged-in »][vc_column][vc_column_text]

Dans une enquête menée par l’agence de presse britannique Reuters, les archives des douanes russes ont révélé que les Émirats arabes unis sont devenus la nouvelle plaque tournante pour le commerce de l’or russe.

 

Les archives des douanes russes ont révélé que les Émirats arabes unis se sont imposés comme un hub majeur pour le commerce de l’or russe, suite aux sanctions occidentales qui ont entravé les voies d’exportation traditionnelles de la Russie.

 

Les documents, fournis à l’agence de presse Reuters, contiennent les détails de près d’un millier de cargaisons d’or au cours de l’année écoulée depuis le début de la guerre en Ukraine. L’État du Golfe a importé 75,7 tonnes d’or russe d’une valeur de 4,3 milliards de dollars, alors qu’il n’en importait que 1,3 tonne au cours de l’année 2021. Les document révèlent également les noms de plus de 100 sociétés non russes qui ont manipulé de l’or russe.

 

La Chine et la Turquie ont également émergé comme deux autres destinations majeures, important chacune environ 20 tonnes d’or russe. En combinant ces chiffres avec ceux des Émirats arabes unis, ces trois pays ont représenté 99,8 % des exportations d’or russe, selon les données douanières pour cette période.

 

Régulation londonienne

 

Peu après le début du conflit en Ukraine, de nombreux acteurs clés tels que les banques multinationales, les prestataires de services logistiques et les affineurs de métaux précieux ont cessé de traiter l’or russe. Traditionnellement, cet or était expédié vers Londres, la plaque tournante traditionnelle du commerce et du stockage de l’or.

 

La London Bullion Market Association, le marché des lingots de Londres, a interdit les lingots russes fabriqués à partir du 7 mars 2022 et, à la fin du mois d’août, la Grande-Bretagne, l’Union européenne, la Suisse, les États-Unis, le Canada et le Japon avaient tous interdit l’importation de lingots russes.

 

Toutefois, pour Louis Marechal, expert en approvisionnement en or auprès de l’Organisation de coopération et de développement économiques, il existe un risque que l’or russe soit fondu et refondu, puis qu’il soit réintroduit sur les marchés américains et européens en masquant son origine. « Si l’or russe arrive, qu’il est refondu par un raffineur local, qu’il est acheté par une banque ou un négociant local et qu’il est ensuite vendu sur le marché, il y a un risque ».

 

Plaque tournante

 

Les Émirats arabes unis sont connus comme un important exportateur de lingots et de bijoux, possédant une industrie aurifère prospère depuis longtemps. Les données commerciales indiquent qu’ils ont importé en moyenne environ 750 tonnes d’or pur par an entre 2016 et 2021, ce qui signifie que les cargaisons enregistrées par la Russie ne représenteraient qu’environ 10 % de leurs importations totales.

 

Selon une source anonyme, les entreprises russes auraient vendu des lingots aux Émirats arabes unis avec une décote d’environ 1 % par rapport aux prix mondiaux de référence, offrant ainsi une incitation au commerce. Ces lingots auraient été destinés aux raffineries, où ils seraient fondus et remoulés.

 

Les registres révèlent que Temis Luxury Middle East, une filiale basée à Dubaï de l’entreprise française de logistique Temis Luxury, est le plus grand exportateur d’or russe vers les Émirats arabes unis. Entre le 20 avril 2022 et le 3 mars, ils ont expédié 15,6 tonnes d’or d’une valeur de 863 millions de dollars.

 

Le deuxième plus grand gestionnaire de lingots russes aux Émirats arabes unis est Transguard, une entreprise de logistique faisant partie du groupe Emirates, la compagnie aérienne et hôtelière détenue par le fonds d’investissement de l’État du Golfe. Ils ont participé à des expéditions de 14,6 tonnes d’or d’une valeur de 820 millions de dollars.

 

Pression des États-Unis

 

[…][/vc_column_text][vc_cta h2= »Cet article est réservé aux abonnés. » h2_font_container= »font_size:16″ h2_use_theme_fonts= »yes » h4= »Abonnez-vous dès maintenant ! » h4_font_container= »font_size:32|line_height:bas » h4_use_theme_fonts= »yes » txt_align= »center » color= »black » add_button= »right » btn_title= »JE M’ABONNE ! » btn_color= »danger » btn_size= »lg » btn_align= »center » use_custom_fonts_h2= »true » use_custom_fonts_h4= »true » btn_button_block= »true » btn_custom_onclick= »true » btn_link= »url:https%3A%2F%2Fluxus-plus

ed-italia.com.com%2Fabonnements-et-newsletter-2%2F||| »]Accédez en illimité à tous les articles et vivez une expérience de lecture inédite, contenus en avant première, newsletter exclusives…

Déjà un compte farmbrazil.com.br? Connectez-vous.[/vc_cta][vc_column_text]Photo à la Une : © Presse [/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row njt-role= »people-in-the-roles » njt-role-user-roles= »subscriber,customer »][vc_column][vc_column_text]

Dans une enquête menée par l’agence de presse britannique Reuters, les archives des douanes russes ont révélé que les Émirats arabes unis sont devenus la nouvelle plaque tournante pour le commerce de l’or russe.

 

Les archives des douanes russes ont révélé que les Émirats arabes unis se sont imposés comme un hub majeur pour le commerce de l’or russe, suite aux sanctions occidentales qui ont entravé les voies d’exportation traditionnelles de la Russie.

 

Les documents, fournis à l’agence de presse Reuters, contiennent les détails de près d’un millier de cargaisons d’or au cours de l’année écoulée depuis le début de la guerre en Ukraine. L’État du Golfe a importé 75,7 tonnes d’or russe d’une valeur de 4,3 milliards de dollars, alors qu’il n’en importait que 1,3 tonne au cours de l’année 2021. Les document révèlent également les noms de plus de 100 sociétés non russes qui ont manipulé de l’or russe.

 

La Chine et la Turquie ont également émergé comme deux autres destinations majeures, important chacune environ 20 tonnes d’or russe. En combinant ces chiffres avec ceux des Émirats arabes unis, ces trois pays ont représenté 99,8 % des exportations d’or russe, selon les données douanières pour cette période.

 

Régulation londonienne

 

Peu après le début du conflit en Ukraine, de nombreux acteurs clés tels que les banques multinationales, les prestataires de services logistiques et les affineurs de métaux précieux ont cessé de traiter l’or russe. Traditionnellement, cet or était expédié vers Londres, la plaque tournante traditionnelle du commerce et du stockage de l’or.

 

La London Bullion Market Association, le marché des lingots de Londres, a interdit les lingots russes fabriqués à partir du 7 mars 2022 et, à la fin du mois d’août, la Grande-Bretagne, l’Union européenne, la Suisse, les États-Unis, le Canada et le Japon avaient tous interdit l’importation de lingots russes.

 

Toutefois, pour Louis Marechal, expert en approvisionnement en or auprès de l’Organisation de coopération et de développement économiques, il existe un risque que l’or russe soit fondu et refondu, puis qu’il soit réintroduit sur les marchés américains et européens en masquant son origine. « Si l’or russe arrive, qu’il est refondu par un raffineur local, qu’il est acheté par une banque ou un négociant local et qu’il est ensuite vendu sur le marché, il y a un risque ».

 

Plaque tournante

 

Les Émirats arabes unis sont connus comme un important exportateur de lingots et de bijoux, possédant une industrie aurifère prospère depuis longtemps. Les données commerciales indiquent qu’ils ont importé en moyenne environ 750 tonnes d’or pur par an entre 2016 et 2021, ce qui signifie que les cargaisons enregistrées par la Russie ne représenteraient qu’environ 10 % de leurs importations totales.

 

Selon une source anonyme, les entreprises russes auraient vendu des lingots aux Émirats arabes unis avec une décote d’environ 1 % par rapport aux prix mondiaux de référence, offrant ainsi une incitation au commerce. Ces lingots auraient été destinés aux raffineries, où ils seraient fondus et remoulés.

 

Les registres révèlent que Temis Luxury Middle East, une filiale basée à Dubaï de l’entreprise française de logistique Temis Luxury, est le plus grand exportateur d’or russe vers les Émirats arabes unis. Entre le 20 avril 2022 et le 3 mars, ils ont expédié 15,6 tonnes d’or d’une valeur de 863 millions de dollars.

 

Le deuxième plus grand gestionnaire de lingots russes aux Émirats arabes unis est Transguard, une entreprise de logistique faisant partie du groupe Emirates, la compagnie aérienne et hôtelière détenue par le fonds d’investissement de l’État du Golfe. Ils ont participé à des expéditions de 14,6 tonnes d’or d’une valeur de 820 millions de dollars.

 

Pression des États-Unis

 

[…][/vc_column_text][vc_cta h2= »Cet article est réservé aux abonnés. » h2_font_container= »tag:h2|font_size:16|text_align:left » h2_use_theme_fonts= »yes » h4= »Abonnez-vous dès maintenant ! » h4_font_container= »tag:h2|font_size:32|text_align:left|line_height:bas » h4_use_theme_fonts= »yes » txt_align= »center » color= »black » add_button= »right » btn_title= »JE M’ABONNE ! » btn_color= »danger » btn_size= »lg » btn_align= »center » use_custom_fonts_h2= »true » use_custom_fonts_h4= »true » btn_button_block= »true » btn_custom_onclick= »true » btn_link= »url:https%3A%2F%2Fluxus-plus.com%2Fen%2Fabonnements-et-newsletter-2-2%2F||| »]Accédez en illimité à tous les articles et vivez une expérience de lecture inédite, contenus en avant première, newsletter exclusives…

Déjà un compte ? Connectez-vous.[/vc_cta][vc_column_text]Photo à la Une :  © iStock [/vc_column_text][/vc_column][/vc_row]

Picture of La rédaction
La rédaction
Grâce à une veille accrue et à une excellente connaissance de ces secteurs, la rédaction de Luxus + décrypte pour ses lecteurs les principaux enjeux économiques et technologiques de la mode, l’horlogerie, la joaillerie, la gastronomie, les parfums et cosmétiques, l’hôtellerie, et l’immobilier de prestige.

Inscription à notre Newsletter

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir nos émissions et articles en avant-première !

Offre découverte

S’abonner à partir de 1€ le premier mois

Newletter Luxus Plus