Vous lisez en ce moment
Filière française du cuir: Une rencontre sur les dispositifs de soutien à l’entrepreneuriat

Filière française du cuir: Une rencontre sur les dispositifs de soutien à l’entrepreneuriat

Le Conseil National du Cuir (CNC) a tenu ses 12ème rencontres du cuir en format digital le 18 mars dernier. À cette occasion, le CNC a présenté les dispositifs d’aide à la création d’entreprises de la Filière Française du Cuir, dont notamment Au-Delà du Cuir (ADC), l’incubateur des marques de la filière et le projet “Faire de lance”, plateforme de mise en relation entre marques et fabricants dans les secteurs de la maroquinerie et de la chaussures. ADC a également profité de l’événement pour inaugurer son showroom parisien de 150m2, en plein cœur du 2-ème arrondissement, au 64 rue de Cléry. 

 

Lors de cette 12e édition des Rencontres du Cuir, le CNC a tenu à rappeler la priorité qu’est son engagement auprès des jeunes entreprises et créateurs. Malgré la pandémie, la Filière Française du Cuir tient à rappeler qu’elle reste une filière créatrice d’emplois notamment à travers le dispositif ADC et le projet Faire de Lance.

 

 

Un réel soutient pour les entreprises de la filière cuir ainsi que ses nouveaux entrants

 

L’engagement du CNC envers les acteurs de la filière cuir s’illustre par la dynamisation des entreprises existantes ainsi qu’un réel soutient auprès des jeunes entrepreneurs grâce à de nombreux dispositifs innovants.

 

À titre d’exemple, afin d’encourager la création de nouvelles entreprises, la filière a apporté son soutien en abondant un fonds de garantie créé au sein de l’IFCIC (Institut pour le financement du cinéma et des industries culturelles). Elle a également participé à la mise en place du fonds d’investissement Cuir Invest qui accompagne les jeunes entreprises prometteuses en leur fournissant des fonds propres. 

 

Le Conseil n’a pas oublié de mentionner son intention de favoriser la transmission des TPE/PME, notamment des plus petites entreprises, afin de sécuriser la chaine de valeur. Dans cette démarche, le CNC, avec la FFC et CTC, ont souhaité étendre leur soutien à un plus grand nombre d’entrepreneurs avec le développement du dispositif ADC, l’unique incubateur d’entreprises de la filière.

 

Par ailleurs, les chiffres illustrent parfaitement l’influence de la filière du cuir auprès de ses membres : en effet, depuis sa création en 2012, ADC a bénéficié d’un investissement de 5,6 millions d’euros, dont 1,2 millions reversés sous forme de subvention à ses lauréats, et 3 millions investis en accompagnement à la fois individuels et collectifs. Cet appui financier a permis à ADC de soutenir à ce jour 79 TPE dont 60 d’entre elles encore en activité. 

 

En 2020, ces 60 entreprises représentaient un chiffre d’affaires cumulé de 37 millions d’euros et ont permis de créer 195 emplois directs et 89 emplois induits en France, et 74 en Europe. 

 

Dans un but de fédération des différents acteurs du vaste écosystème cuir, la filière a créé un lieu de rencontres au 64 rue de Cléry à Paris et l’a par ailleurs inauguré jeudi dernier durant la rencontre.

 

 

ADC, l’incubateur de la filière cuir

 

ADC, a été créé en 2012 par le Conseil National du Cuir ainsi que la Fédération Française de la Chaussure, avec l’appui de CTC (le Comité Professionnel de Développement Economique Cuir, Chaussure, Maroquinerie, Ganterie). Chaque année, une dizaine de lauréats sont sélectionnés par un jury d’experts afin de suivre un programme leur permettant d’avoir accès à des ateliers collectifs et individuels sur-mesure. 

 

Ces lauréats ont alors accès à un important accompagnement financier ainsi que l’opportunité d’élargir leur réseau, sans oublier les 150 m2 de showroom disponibles au 64 rue de Cléry pour exposer leurs créations.

 

Les principaux objectifs d’ADC et du CNC sont la valorisation du savoir-faire et de la créativité française tout en restant en phase avec les engagements RSE de la filière, c’est d’ailleurs ce qu’a rappelé Sophie VIOT COSTER, directrice générale d’ADC. 

 

L’incubateur accompagne des entreprises aux créations originales, confectionnées dans des matières respectueuses de l’environnement et mises en valeur par la qualité d’une fabrication française ou européenne.

 

Mais l’incubateur ne limite pas son accompagnement à ses seuls lauréats, il offre son soutient à tous les entrepreneurs membres des fédérations de la Filière Française du Cuir à travers des séminaires aux thématiques spécifiques à la création d’entreprise dans le cuir, la chaussure, et la maroquinerie.

Voir aussi


 

Faire de Lance, la plateforme qui facilite les échanges entre fabricants et créateurs

 

Crée en 2019 par Jean-Pierre TOLO, président de la Fédération Française de la Maroquinerie, Faire de Lance est une plateforme de mise en relation entre porteurs de projets et fabricants dont le but est de proposer des solutions aux difficultés auxquelles les professionnels de la filière sont régulièrement confrontés. 

 

Parmi ces difficultés on peut citer : le besoin de trouver de nouveaux clients, des industriels pour assurer la pérennité de leurs activités et de leur savoir-faire, l’accès aux outils de production adaptés aux activités pour les nouveaux entrants, ainsi que l’accès à une structure technique pour ces dernier dans le secteur de la maroquinerie.

 

La plate-forme permettra donc de fédérer les acteurs de la filière en accompagnant les créateurs dans leurs projets et en proposant aux jeunes marques de bénéficier d’un réseau de partenaires et fournisseurs. Elle possèdera également le rôle de guide pour nouveaux entrants, en mettant à leur disposition un réseau de fabrication de prototypes, d’échantillons et de mini-séries. 

 

Cette plateforme ambitieuse compte  rendre le « made in France » accessible aux jeunes professionnels, mais aussi donner l’opportunité aux industriels d’atteindre de nouveaux clients pour assurer la pérennité des emplois. Faire de Lance participe donc activement à la création d’emplois dans la filière maroquinerie moyen et haut de gamme, tout en accompagnant le développement d’un entrepreneuriat jeune, créatif et engagé. 

 

« Malgré une crise sanitaire sans précédent, nous sommes optimistes quant aux possibilités de création d’emplois dans notre Filière Française du Cuir. Les consciences se sont éveillées face à certains excès de l’industrie de la mode. La volonté de consommer des produits de qualité, fabriqués localement et dans des matériaux respectueux de l’environnement se manifeste plus que jamais. Les acteurs de notre filière répondent à un besoin grandissant de traçabilité et d’éco-responsabilité. Le CNC est fier de participer à la défense du cuir, cette matière noble de qualité qui s’inscrit dans une démarche d’éco-circularité », a déclaré Frank BOEHLY, président du Conseil National du Cuir.

 

Lire aussi > FILIERE CUIR : LA DURABILITE RESTE UN ENJEU PRIORITAIRE EN 2021

 

Photo à la Une : © ADC

Comment avez vous trouvez l'article ?
Excited
0
Happy
0
In Love
0
Not Sure
0
Silly
0

COPYRIGHT 2021 LUXUS + ALL RIGHTS RESERVED

Revenir en haut