Vous lisez en ce moment
[Luxus+ Magazine] Femer, le cuir de poisson pour un nouveau luxe circulaire ?

[Luxus+ Magazine] Femer, le cuir de poisson pour un nouveau luxe circulaire ?

Dans un contexte économique troublé, les consommateurs se posent plus que jamais de nombreuses questions sur l’origine des produits qu’ils achètent et sur la manière dont ils ont été fabriqués. Le cuir est l’un des matériaux qui soulèvent, avec le textile, le plus de questions éthiques : bientraitance animale, procédé de tannage respectueux de l’environnement, et de la santé des consommateurs,…

 

Les entreprises du la filière du cuir ont donc fait de ces questions leur priorité. Au delà d’un veau, d’un agneau ou d’un crocodile, certains jeunes entrepreneurs ont cherché et trouvé de nouvelles sources d’approvisionnement et d’autres types de peaux en retournant à la source de l’humanité, l’océan.

 

L’économie circulaire pour un luxe durable et éthique

 

Marielle Philip, créatrice de Femer, la start-up qu’elle a fondée en 2014 en Aquitaine, sur le Bassin d’Arcachon, a donc choisi de se servir des peaux de poisson généralement inutilisées par les poissonniers ou les industriels de la pêche.

 

Certains lui en font don, comprenant l’intérêt de cette valorisation de leurs déchets, d’autres les lui vendent. Comme elle le précise durant notre entretien, toutes les peaux viennent de la région Aquitaine, riche en côtes et en ports de pêche.

 

La seconde étape est le nettoyage et le tannage des peaux. Pour cela, fidèle à son modèle éthique, elle fait appel à un Centre d’Aide par le Travail dont le travail lui permet, ainsi qu’à son associée, de produire plus de peaux. Elle tanne ainsi 200kg de peaux par mois, issues de quinze espèces différentes, ce qui représente environ 400 peaux par mois.

 

Et l’e-commerce pour renforcer les relations avec les amateurs

 

Au-delà de l’aspect technique du procédé employé, Femer crée également des objets de maroquinerie en cuir de poisson. Marielle peut laisser libre cours à son talent de designer : sac, pochette, porte-monnaie, porte clef sont vendus sous la marque Femer.

 

Deux collections revendiquent en particulier un positionnement luxe à la marque : la collection 40 et la collection 87 (quelles sont leurs particularités qui permettent de revendiquer ce positionnement luxe?). La fabrication à la demande nécessite une attente d’environ un mois pour recevoir son bel objet. Si la cliente est un peu plus pressée, de petits objets tout aussi qualitatifs qui lui permettront de patienter.

© Fémer

 

Voir aussi


Le circuit de distribution intégralement digital repose sur la distribution sélective : impossible de trouver les créations de Marielle ailleurs que sur sa boutique en ligne. A une exception près : elle s’est associée avec un fabricant de sandales locales, La Pylataise, qui vend une sandale intemporelle en cuir de poisson.

 

Circuit court, production locale, collaboration avec un CAT, tous les ingrédients sont réunis pour faire de Femer la marque de luxe locale et solidaire qu’en ces temps de questionnement nombre d’amateurs de qualité et de rareté marqués au sceau de l’éthique attendaient.

 

 

RETROUVEZ CET ARTICLE DANS LE NOUVEAU NUMERO DE LUXUS+ MAGAZINE.

 

VOUS POUVEZ EGALEMENT RETROUVER CET ARTICLE EN VOUS ABONNANT À LA FORMULE DIGITAL+

Photo à la une : Vacances côtière noir et bleu © Fémer

Comment avez vous trouvez l'article ?
Excited
1
Happy
1
In Love
0
Not Sure
0
Silly
0

COPYRIGHT 2021 LUXUS + ALL RIGHTS RESERVED

Revenir en haut