Chanel, Armani, Ralph Lauren : le luxe fait face à un ralentissement des ventes aux États-Unis

[vc_row njt-role= »people-in-the-roles » njt-role-user-roles= »administrator,editor,author,armember »][vc_column][vc_column_text]

Chanel, Armani et Ralph Lauren enregistrent des ventes en hausse pour le premier trimestre 2023. Toutes évoquent cependant un ralentissement aux États-Unis, lié à une réduction des dépenses après la crise sanitaire et à une augmentation du coût de la vie.

 

Chanel : ralentissement aux États-Unis et reprise en Chine

 

Les ventes de Chanel ont ralenti à un taux de croissance à un chiffre au cours des six derniers mois. Cette baisse est causée par une décélération des achats de la part des clients américains, et ce alors qu’Oncle Sam est l’un des principaux marchés de la Maison.

 

« Il est clair que la tendance s’est adoucie depuis novembre » a admis le directeur financier de Chanel, Philippe Blondiaux, à propos du marché américain, en précisant qu’il avait connu une croissance à deux chiffres en 2022.

 

Cependant, la marque précise que l’augmentation des ventes en Chine continentale est « plus que suffisante pour compenser la mollesse passagère aux Etats-Unis« .

 

La Maison française, connue pour ses les costumes en tweed, ses sacs à main et son célèbre parfum N°5, réalise 50 % de ses ventes en Asie. Cependant, elle ne précise pas la proportion de celles réalisées aux États-Unis. À titre de comparaison, LVMH et Kering génèrent 27 % de leur chiffre d’affaires dans le pays.

 

 Ce ralentissement Outre-Atlantique s’explique par le fait que les jeunes acheteurs américains, les plus dépensiers, ne consomment plus autant qu’avant, du fait de la hausse du coût de la vie et de l’incertitude économique.

 

« La morosité persistante du marché américain s’annonce comme le principal point d’attention pour ce deuxième trimestre” ont déclaré des analystes d’HSBC.

 

Malgré cette baisse, la marque au double C ne baisse pas les bras et continue d’investir aux États-Unis, comme le montre notamment l’ouverture récente d’une boutique à Los Angeles.

 

L’entreprise, qui compte plus de 32 000 salariés, prévoit d’accélérer les recrutements cette année en augmentant ses effectifs de 16 %, après déjà une hausse de 12 % en 2022.

 

Armani : l’Asie rebondit mais baisse de rythme aux États-Unis

 

Armani a déclaré hier que ses ventes ont bondi de 18 % au premier trimestre, grâce à un rebond en Asie. Comme Chanel, le groupe note cependant une croissance plus modeste dans le pays de l’oncle Sam, où  il s’attend à un ralentissement dans les prochains mois.

 

Ses revenus 2022 ont augmenté de 16,5 % à 2,35 milliards d’euros, stimulées par les ventes en Europe et aux États-Unis, quand l’Asie a affiché une baisse, causée par les restrictions sanitaires en vigueur.

 

Cette bonne dynamique de 2022 s’est poursuivie durant le premier trimestre 2023, grâce notamment à une augmentation des ventes de 14 % en Asie.

 

Pendant ce même trimestre, « L’Europe poursuit sa tendance positive (+22%), tout comme – quoique plus modestement – l’Amérique (+10%), où les mois à venir devraient apporter un ralentissement, que l’on espère compensé par la tendance positive de l’Asie« , a déclaré le groupe.

 

Ralph Lauren : hausse surprise de son chiffre d’affaires

 

Malgré un ralentissement des dépenses sur le continent américain, Ralph Lauren a annoncé hier une hausse surprise de son chiffre d’affaires au quatrième trimestre ainsi qu’un bénéfice largement supérieur aux attentes, grâce à ses nouvelles collections saisonnières et ses sacs.

 

Comme Armani et Chanel, le groupe a également bénéficié d’une forte reprise de la demande en Chine après l’assouplissement des restrictions, et note une nette augmentation de 30 % de ses ventes dans le pays. En revanche, outre atlantique, le chiffre d’affaires a reculé de 3 %. Un repli cependant moins marqué que prévu.

 

Le volume des ventes net de Ralph Lauren a augmenté pour atteindre 1,54 milliard de dollars au quatrième trimestre, alors que les analystes prévoyaient une baisse à 1,47 milliard de dollars. Concernant l’exercice 2024, la marque s’attend à ce que ces ventes augmentent entre 1 et 5 % à taux de change constants.

 

Malgré un ralentissement des ventes sur le continent américain, le luxe résiste et les entreprises enregistrent une hausse des bénéfices, portées par d’autres continents. Sur le créneau  beaucoup plus accessible du sportswear, Oncle Sam tousse aussi. Le groupe VS Corp, qui détient notamment Supreme, Vans et Dickies affirme que ses profits sont conformes à ses attentes, mais il note une chute de 3% de ses ses  revenus au premier trimestre 2023, en raison d’une baisse dans la région Amériques.

 

Lire aussi >Le luxe italien continue de faire des étincelles

 

Photo à la Une :  © Presse [/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row njt-role= »not-logged-in »][vc_column][vc_column_text]

Pour le premier trimestre 2023, les trois entreprises de luxe enregistrent des ventes en hausse. Néanmoins, elles préviennent d’un ralentissement aux États-Unis, lié à une réduction des dépenses après la crise sanitaire et d’une augmentation du coût de la vie.

 

Chanel : ralentissement aux États-Unis et reprise en Chine

 

Le marché américain figure parmi l’un des principaux de Chanel, mais les ventes ont ralenti à un taux de croissance à un chiffre au cours des six derniers mois. Cette baisse est causée par une décélération d’achats de la part des clients américains.

 

« Il est clair que la tendance s’est adoucie depuis novembre » a affirmé le directeur financier de Chanel, Philippe Blondiaux, à propos du marché américain, en précisant qu’il avait connu une croissance à deux chiffres en 2022.

 

Cependant, pour combler le retard sur le marché outre-Atlantique, la marque précise que l’augmentation des ventes en Chine continentale est « plus que suffisante pour compenser la mollesse passagère aux Etats-Unis« .

 

La griffe française, connue pour ses produits phares tels que les costumes en tweed, les sacs à main et le célèbre parfum N°5, réalise 50 % de ses ventes en Asie. Cependant, elle ne précise pas la proportion de celles réalisées aux États-Unis. À titre de comparaison, LVMH et Kering génèrent eux 27 % de leur chiffre d’affaires dans le pays.

 

Cet abaissement s’explique par le fait que les acheteurs américains, plus jeunes et dépensiers, ne consomment plus autant qu’avant, du fait de la hausse du coût de la vie et de l’incertitude économique.

 

« La morosité persistante du marché américain s’annonce comme le principal point d’attention pour ce deuxième trimestre” ont déclaré des analystes d’HSBC.

 

Malgré cette baisse, la marque au double C ne baisse pas les bras et continue d’investir aux États-Unis, notamment avec l’ouverture récente d’une boutique à Los Angeles.

 

L’entreprise, qui compte plus de 32 000 salariés, prévoit d’accélérer les embauches cette année en augmentant ses effectifs de 16 %, après une hausse de 12 % en 2022.

 

Armani : l’Asie rebondit et les États-Unis s’évaporent

 

Comme son homologue français, Armani a déclaré hier que ses ventes ont bondi de 18 % au premier trimestre, grâce à un rebond en Asie. Le groupe note cependant une croissance plus modeste dans le pays de l’oncle Sam, où un ralentissement est attendu dans les prochains mois.

 

[…][/vc_column_text][vc_cta h2= »Cet article est réservé aux abonnés. » h2_font_container= »font_size:16″ h2_use_theme_fonts= »yes » h4= »Abonnez-vous dès maintenant ! » h4_font_container= »font_size:32|line_height:bas » h4_use_theme_fonts= »yes » txt_align= »center » color= »black » add_button= »right » btn_title= »JE M’ABONNE ! » btn_color= »danger » btn_size= »lg » btn_align= »center » use_custom_fonts_h2= »true » use_custom_fonts_h4= »true » btn_button_block= »true » btn_custom_onclick= »true » btn_link= »url:https%3A%2F%2Fluxus-plus

ed-italia.com.com%2Fabonnements-et-newsletter-2%2F||| »]Accédez en illimité à tous les articles et vivez une expérience de lecture inédite, contenus en avant première, newsletter exclusives…

Déjà un compte farmbrazil.com.br? Connectez-vous.[/vc_cta][vc_column_text]Photo à la Une : © Presse [/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row njt-role= »people-in-the-roles » njt-role-user-roles= »subscriber,customer »][vc_column][vc_column_text]

Pour le premier trimestre 2023, les trois entreprises de luxe enregistrent des ventes en hausse. Néanmoins, elles préviennent d’un ralentissement aux États-Unis, lié à une réduction des dépenses après la crise sanitaire et d’une augmentation du coût de la vie.

 

Chanel : ralentissement aux États-Unis et reprise en Chine

 

Le marché américain figure parmi l’un des principaux de Chanel, mais les ventes ont ralenti à un taux de croissance à un chiffre au cours des six derniers mois. Cette baisse est causée par une décélération d’achats de la part des clients américains.

 

« Il est clair que la tendance s’est adoucie depuis novembre » a affirmé le directeur financier de Chanel, Philippe Blondiaux, à propos du marché américain, en précisant qu’il avait connu une croissance à deux chiffres en 2022.

 

Cependant, pour combler le retard sur le marché outre-Atlantique, la marque précise que l’augmentation des ventes en Chine continentale est « plus que suffisante pour compenser la mollesse passagère aux Etats-Unis« .

 

La griffe française, connue pour ses produits phares tels que les costumes en tweed, les sacs à main et le célèbre parfum N°5, réalise 50 % de ses ventes en Asie. Cependant, elle ne précise pas la proportion de celles réalisées aux États-Unis. À titre de comparaison, LVMH et Kering génèrent eux 27 % de leur chiffre d’affaires dans le pays.

 

Cet abaissement s’explique par le fait que les acheteurs américains, plus jeunes et dépensiers, ne consomment plus autant qu’avant, du fait de la hausse du coût de la vie et de l’incertitude économique.

 

« La morosité persistante du marché américain s’annonce comme le principal point d’attention pour ce deuxième trimestre” ont déclaré des analystes d’HSBC.

 

Malgré cette baisse, la marque au double C ne baisse pas les bras et continue d’investir aux États-Unis, notamment avec l’ouverture récente d’une boutique à Los Angeles.

 

L’entreprise, qui compte plus de 32 000 salariés, prévoit d’accélérer les embauches cette année en augmentant ses effectifs de 16 %, après une hausse de 12 % en 2022.

 

Armani : l’Asie rebondit et les États-Unis s’évaporent

 

Comme son homologue français, Armani a déclaré hier que ses ventes ont bondi de 18 % au premier trimestre, grâce à un rebond en Asie. Le groupe note cependant une croissance plus modeste dans le pays de l’oncle Sam, où un ralentissement est attendu dans les prochains mois.

 

[…][/vc_column_text][vc_cta h2= »Cet article est réservé aux abonnés. » h2_font_container= »tag:h2|font_size:16|text_align:left » h2_use_theme_fonts= »yes » h4= »Abonnez-vous dès maintenant ! » h4_font_container= »tag:h2|font_size:32|text_align:left|line_height:bas » h4_use_theme_fonts= »yes » txt_align= »center » color= »black » add_button= »right » btn_title= »JE M’ABONNE ! » btn_color= »danger » btn_size= »lg » btn_align= »center » use_custom_fonts_h2= »true » use_custom_fonts_h4= »true » btn_button_block= »true » btn_custom_onclick= »true » btn_link= »url:https%3A%2F%2Fluxus-plus.com%2Fen%2Fabonnements-et-newsletter-2-2%2F||| »]Accédez en illimité à tous les articles et vivez une expérience de lecture inédite, contenus en avant première, newsletter exclusives…

Déjà un compte ? Connectez-vous.[/vc_cta][vc_column_text]Photo à la Une :  © Presse [/vc_column_text][/vc_column][/vc_row]

La rédaction
La rédaction
Grâce à une veille accrue et à une excellente connaissance de ces secteurs, la rédaction de Luxus + décrypte pour ses lecteurs les principaux enjeux économiques et technologiques de la mode, l’horlogerie, la joaillerie, la gastronomie, les parfums et cosmétiques, l’hôtellerie, et l’immobilier de prestige.

Inscription à notre Newsletter

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir nos émissions et articles en avant-première !

Offre de lancement:

Votre participation à la Masterclass Camille Fournet réservée aux abonnés annuels !

Newletter Luxus Plus