LVMH invite à changer de regard sur la Samaritaine

Le fleuron parisien de la distribution sélective, propriété du groupe LVMH depuis 2001, change de positionnement. Objectif ? Rajeunir l’image et l’offre de son grand magasin afin de séduire les membres de la génération Z.

 

La Samaritaine Pont Neuf n’en a pas fini de faire sa mue. Après les 15 ans de grands travaux qui ont entraîné sa fermeture de 2005 à 2020, le grand magasin parisien, filiale de LVMH, veut s’aligner avec les modes de vie de la jeunesse. Acte I : de nouveaux espaces,  la promotion de jeunes artistes et créateurs, une exposition dédiée au mouvement surréaliste.

 

Autant d’initiatives qui visent à améliorer les performances du point de vente.

 

Une volonté d’image plus accessible

 

Quel point commun entre K-way, les débuts dans le parfum de la créatrice Victoria Beckham et Rains ? Ils viennent tous trois d’ouvrir leur pop-up store à la Samaritaine.

 

La Samaritaine est une institution parisienne du commerce connue pour sa fresque art nouveau et son escalier monumental desservant ses sept étages. Une curiosité culturelle qui lui vaut chaque année d’être prise d’assaut lors des journées européennes du patrimoine.

 

Le groupe LVMH est entré au capital du grand magasin en 2001, à hauteur de 57% , avant de racheter  en 2010 la participation de la fondation Cognacq-Jay (40,1%). Or, devant la vétusté et le caractère déficitaire de l’établissement, le leader mondial du luxe choisit de mettre les moyens dans sa rénovation (750 millions d’euros), convaincu du potentiel commercial et patrimonial qu’offre la bâtisse.

 

Depuis sa réouverture en juin 2021, le groupe LVMH a opté pour un positionnement luxe et ciblé en priorité une clientèle internationale, à travers notamment ses points de contact géré par son opérateur duty free maison : DFS. Une stratégie qui se matérialise notamment par l’ouverture d’un spa ou encore du premier établissement Cheval Blanc dans la capitale, dans un batiment Art Déco.

 

Or, deux années de covid et la succession d’épisodes sociaux particulièrement violents dans le quartier des Halles, à quelques encablures seulement, ont eu raison de cette stratégie visant les seuls touristes fortunés de passage.

 

Désormais, la Samaritaine rejoint la refonte stratégique opérée plus tôt par les autres grands magasins emblématiques de la capitale et en particulier le Printemps. Et il a ainsi décidé de mieux soigner sa clientèle locale.

 

Pour y parvenir, la Samaritaine vient notamment d’inaugurer un nouvel espace au premier étage du bâtiment Rivoli : le Sneaker Lounge.

 

Pour continuer à lire cet article, abonnez-vous ou connectez-vous à votre espace abonné

Découvrez nos offres

Je m'abonne pour 1€

Devenez un membre actif de la communauté des leaders du luxe.

 

 

Lire aussi > [LUXUS+ MAGAZINE] LE BON MARCHÉ FÊTE SES 170 ANS EN GRANDE POMPE

 

Photo à la Une : La Samaritaine Pont Neuf

Picture of Victor Gosselin
Victor Gosselin
Victor Gosselin est journaliste spécialisé luxe, RH, tech, retail et consultant éditorial. Diplômé de l’EIML Paris, il évolue depuis 9 ans dans le luxe. Féru de mode, d’Asie, d’histoire et de long format, cet ex-Welcome To The Jungle et Time To Disrupt aime analyser l’info sous l’angle sociologique et culturel.

Inscription à notre Newsletter

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir nos émissions et articles en avant-première !

Offre de lancement:

Votre participation à la Masterclass Camille Fournet réservée aux abonnés annuels !

Newletter Luxus Plus