L’Oréal craint que ses résultats ne soient faussés par les ventes en Chine

Alors que les résultats du leader de produits cosmétiques L’Oréal tomberont à la clôture de la Bourse ce jeudi, le groupe craint que l’impulsion donnée par la Chine à ses ventes de produits de beauté ne soit pas durable.

 

Les marques de soins et de produits de beauté de L’Oréal devraient apporter une contribution significative à la croissance des ventes de la société au cours du troisième trimestre, en raison de l’accélération présumée des achats en Chine.

 

À la clôture de la Bourse jeudi, l’entreprise française dévoilera ses résultats du troisième trimestre, avec une augmentation des ventes mondiales qui devrait atteindre 11,5 % en termes organiques par rapport à l’année précédente, d’après un consensus cité par Barclays. De plus, les ventes en Asie du Nord, principalement tirées par la Chine continentale, ont augmenté de 14,4 %.

 

Cependant, les investisseurs seront vigilants quant à toute indication suggérant que les consommateurs chinois se tournent vers des produits moins onéreux ou d’origine locale.

 

« La nervosité des investisseurs à l’égard d’un ralentissement en Chine semble élevée », a déclaré Iain Simpson, analyste chez Barclays, notant que les rapports décevants de LVMH et d’Estée Lauder ont suscité des inquiétudes quant aux perspectives de L’Oréal.

 

L’Oréal, qui commercialise en Chine une gamme de marques allant de Maybelline à la marque nationale Yuesai en passant par la marque de luxe Lancôme, détenait l’an dernier la plus grande part du marché chinois des produits de beauté et de soins personnels, évalué à 78,9 milliards de dollars.

 

Ses actions ont surperformé celles de ses concurrents, mais elles ont tout de même enregistré une baisse d’environ 9 % au cours des six derniers mois, comparée à une chute de 45 % pour Estee Lauder.

 

Révision de croissance

 

La vague de dépenses post-pandémique ralentit en Europe et aux États-Unis, tandis qu’en Chine, une reprise inégale a écarté les espoirs d’un fort rebond économique. La semaine dernière, les résultats du troisième trimestre de LVMH ont montré un ralentissement de la croissance de ses ventes de parfums et de cosmétiques, passée de 16 % au trimestre précédent à 9 %. Cette observation a incité les investisseurs à revoir à la baisse leurs attentes concernant les dépenses dans le segment haut de gamme du marché.

 

Les analystes de JPMorgan ont réduit légèrement leur prévision de croissance des ventes annuelles de L’Oréal à 12,1 % à périmètre constant, en évoquant un ralentissement en Asie du Nord.

 



Pour continuer à lire cet article, abonnez-vous ou connectez-vous à votre espace abonné

Découvrez nos offres

Je m'abonne pour 1€

Devenez un membre actif de la communauté des leaders du luxe.


 

Lire aussi>SHISEIDO, L’ORÉAL ET ESTÉE LAUDER MISENT SUR L’INDE

Photo à la Une : ©Presse

Picture of Hugues Reydellet
Hugues Reydellet
Hugues Reydellet est un jeune journaliste passionné, dont les sujets de prédilection sont l'économie, la culture, la gastronomie, mais aussi l'automobile et le sport. Avec une plume acérée et une curiosité insatiable, Hugues est constamment à la recherche de nouvelles informations brûlantes à rapporter.

Inscription à notre Newsletter

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir nos émissions et articles en avant-première !

Newletter Luxus Plus