Alors qu’il vient de dévoiler des résultats en baisse au deuxième trimestre de l’exercice 2023-2024, le groupe de cosmétiques et parfums a décidé de supprimer 3 à 5% de sa masse salariale.

 

Face à une conjoncture difficile, Estée Lauder Companies (ELC) prend le taureau par les cornes.

Alors qu’il vient de dévoiler un deuxième trimestre (clos fin décembre) en baisse pour l’exercice 2023-24, bien que supérieur aux attentes, le groupe américain de cosmétiques et parfums vient d’annoncer un plan de restructuration visant à relancer sa rentabilité à horizon 2025-2026.

3 à 5% des effectifs

Estée Lauder Companies (ELC) prévoit ainsi de supprimer de 1.800 à 3.000 emplois, soit 3 à 5 % de ses effectifs mondiaux (60.000 postes au 30 juin 2023). Le profil des postes concernés n’a pas été précisé.

« Nous sommes à un point d’inflexion » a expliqué aux analystes Fabrizio Freda, le Pdg d’Estée Lauder, lors d’une conférence téléphonique. « Bien que ce plan soit une décision difficile, nous pensons qu’il permettra à l’entreprise de retrouver une rentabilité plus forte et plus durable, tout en soutenant l’accélération de la croissance des ventes et en augmentant l’agilité et la rapidité de mise sur le marché.”



Pour continuer à lire cet article, abonnez-vous ou connectez-vous à votre espace abonné

Découvrez nos offres

Je m'abonne pour 1€

Devenez un membre actif de la communauté des leaders du luxe.


Lire aussi > SHISEIDO, L’ORÉAL ET ESTÉE LAUDER MISENT SUR L’INDE

Photos à la Une : © Estée Lauder

Picture of Sophie Michentef
Sophie Michentef
Sophie Michentef a évolué plus de 30 ans dans la presse professionnelle. Pendant une quinzaine d’années, elle a encadré la rédaction France et international du Journal du Textile. Elle met désormais son expertise presse, textile, mode et luxe au service de journaux, organisations professionnelles et entreprises.

Inscription à notre Newsletter

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir nos émissions et articles en avant-première !

Newletter Luxus Plus