Vous lisez en ce moment
Chantal Thomass : Une vente aux enchères en ligne à l’approche de ses “40 ans de mode”

Chantal Thomass : Une vente aux enchères en ligne à l’approche de ses “40 ans de mode”

En raison du contexte actuel, la vente aux enchères exceptionnelle des collections mode créées par Chantal Thomass, initialement prévue pour mars avait été reportée ce mois-ci, ainsi qu’en mai. La vente se déroulera ainsi en deux temps, avec une vente en ligne organisée du 19 avril au 8 mai, avec 335 pièces, puis la vente traditionnelle le 6 mai à Paris avec 274 pièces uniques de prêt-à-porter, de lingerie, de défilé, et d’accessoires. Pour se mettre en bouche, une exposition se tient du 12 avril dans les vitrines de la Joyce Gallery Paris jusqu’au 2 mai.

 

Pour rappel, l’événement sera présidée par la créatrice elle-même et Didier Ludot, expert de la haute couture et du prêt-à-porter de luxe du XXe siècle et propriétaire d’une boutique de vêtements luxe « vintage » sous les arcades du Palais Royal suite à l’exposition Personnal Dressing consacré à Chantal Thomass. 

 

Cette vente aux enchères si exceptionnelles, est organisée par la Maison de vente Million. La vente « Madame Chantal Thomass, 40 ans de mode » sera accessible le jeudi 6 mai 2021 à 14h à l’Hôtel Drouot à Paris et du 19 avril au 8 mai online. Avis aux collectionneurs, il sera possible d’enchérir en ligne sur le site officiel de la Maison Millon.

 

Parmi les pièces iconiques présentes, le chapeau “soutien-gorge” en ruban de crin, la robe “trompe-l’œil corset en tulle lycra noir et à la ceinture “faux cul”en organza et cuir, le sac “revolver » à tapisserie petit point rouge et cuir marron issu de la collection automne-hiver 1993, ou encore la fameuse robe “doudoune” matelassée ivoire, à double boutonnage et longue traîne issue d’une collaboration avec Moncler pour l’automne-hiver 1992. 

 

 

Les estimations débutent à 100 euros pour les pièces les moins chères, et jusqu’à 600 euros pour les plus chères.

 

Bien plus qu’une simple créatrice

 

La vente retracera également la totalité du parcours de la créatrice, plus que remplie d’expérience dans les divers domaines de la mode et du design. En effet, Chantal Thomass a fait ses débuts dans la mode chez Dorothée Bis, a lancé la marque Ter et Bantine à la fin des années 1960 et a habillé Brigitte Bardot et Michèle Mercier. Elle fut avec Kenzo, Sonia Rykiel, Claude Montana, Anne Marie Beretta, et Thierry Mugler, une illustre figure de la mode dès les années 1970.

 

Connue pour avoir métamorphosé les codes traditionnels de la lingerie, c’est en 1975 qu’elle crée sa société à laquelle elle prête son nom et l’année suivante qu’elle organise son premier défilé. Elle est d’ailleurs la première à faire défiler la lingerie sur les podiums.

 

La créatrice met en avant l’extravagance élégance, le charnel et la liberté du vêtement plutôt que les tissus et coupes fonctionnelles. Instigatrices du masculin féminin, et fervente des tissus réservés aux hommes pour des créations féminines, elle s’approprie ces derniers pour réinventer le corset, le soutien-gorge, le porte-jarretelles et les bas, avec de la soie, de la dentelle, et des nœuds.

 

Voir aussi


« On dit : « Chantal Thomass, c’est de la lingerie », et bien non, j’ai fait d’autres choses. Les gens de moins de 50 ans n’ont jamais connu le prêt-à-porter, cela me fait plaisir de leur montrer aujourd’hui. En plus de ça, je ne sais pas ce que mes enfants pourraient en faire quand je ne serai plus là, » 

 

 

Visionnaire et futuriste, elle réinvente la mode et fait de celle-ci un moyen pour les femmes de s’affirmer, de se sentir belles, confiantes, fortes et séduisantes avant tout pour elles-mêmes, et surtout pas pour les hommes.

 

Lire aussi > DANS UNE INDUSTRIE DU LUXE POST-COVID, POURQUOI LES FUSIONS ET ACQUISITIONS VONT SE MULTIPLIER ?

 

Photo à la Une : © Presse

Comment avez vous trouvez l'article ?
Excited
0
Happy
0
In Love
0
Not Sure
0
Silly
0

COPYRIGHT 2021 LUXUS + ALL RIGHTS RESERVED

Revenir en haut