Vous lisez en ce moment
Dans une industrie du luxe post-Covid, pourquoi les fusions et acquisitions vont se multiplier ?

Dans une industrie du luxe post-Covid, pourquoi les fusions et acquisitions vont se multiplier ?

Voir la galerie

En ce début d’année compliquée, de nombreux constats peuvent être établis vis à vis des stratégies financières mises en place par les acteurs du luxe. Les entreprises connaissent une légère reprise économique et se préparent à entamer de la meilleure façon l’année 2021, notamment avec les fusions et acquisitions. Analyse.

 

La pandémie aura touché de plein fouet l’industrie du luxe, notamment dans le secteur de la mode et du luxe, peu de marques continueront d’être indépendantes mis à part Chanel, Hermès et Rolex selon Erwan Rambourg qui a écrit “Future luxe” et directeur général et responsable mondial de la recherche sur les actions dans le secteur de la consommation et de la distribution. En effet, la plupart feront soit faillite, soit l’objet d’une acquisition ou alors fusionneront avec d’autres.

 

Concernant les grandes marques qui feront faillite, elles ne disparaissent jamais définitivement, elles se reconvertissent ou ré-apparaissent sous un autre nom, ou une nouvelle propriété. C’est le cas par exemple de Barneys qui après avoir fait faillite et été racheté par Authentic Brands, prévoit d’ouvrir une unité en 2021 située dans le vaisseau amiral new-yorkais de Saks Fifth Avenue.

 

Le dernier trimestre de l’année dernière par ailleurs a été marqué par 3 acquisitions des plus importantes, dont une étant la plus grosse opération jamais réalisée dans le secteur du luxe : en octobre, le rachat de Tiffany and Co par LVMH d’un montant de 15,8 milliards de dollars.  En novembre, VF Corporation, propriétaire de Timberland, Vans et The North Face, a acheté la marque de streetwear Supreme pour 2,1 milliards de dollars. Et enfin, début décembre, Moncler a acquis la marque de vêtements pour hommes Stone Island pour 1,4 milliard de dollars.

 

Ce phénomène de fusions et acquisitions devrait se poursuivre sur l’année 2021 à venir selon de nombreux analystes du secteur du luxe, l’avantage pour les entreprises en bonne situation financière c’est que les coûts d’emprunt demeurent extrêmement bas par rapport aux normes historiques.

 

“Le Covid a ajouté à la pression de la demande un nombre très concentré de marques gagnantes, cela crée les conditions favorables à la vente à d’autres, à la fusion avec d’autres ou à l’union des forces pour être en mesure de s’étendre, mais aussi pour tirer parti de l’expertise ou du talent” , confie Francesca Di Pasquantonio, responsable des produits de luxe, recherche d’actions à la Deutsche Bank.

Voir aussi


 

Selon Tommaso Nastasi, associé chez Deloitte Italie, qui suit les transactions dans le secteur du luxe, les fusions acquisitions se justifient de 3 manières : les conglomérats à la recherche d’une opportunité de consolidation, les marques de luxe qui intensifient l’intégration verticale en investissant dans les parties en difficulté de leur chaîne d’approvisionnement, et l’accent mis sur l’investissement dans l’expertise numérique et la région Asie-Pasifique.

 

[…]

Cet article est réservé aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant !

Accédez en illimité à tous les articles et vivez une expérience de lecture inédite, contenus en avant première, newsletter exclusives…

Déjà un compte ? Connectez-vous.

Photo à la Une: © Moncler

Comment avez vous trouvez l'article ?
Excited
0
Happy
0
In Love
0
Not Sure
0
Silly
0

COPYRIGHT 2021 LUXUS + ALL RIGHTS RESERVED

Revenir en haut