Berlines à hydrogène : un avenir incertain pour Hopium ?

[vc_row njt-role= »people-in-the-roles » njt-role-user-roles= »administrator,editor,author,armember »][vc_column][vc_column_text]

Hopium, c’est un projet futuriste de véhicules à hydrogène susceptibles d’être commercialisés  d’ici 2025. Après le Salon de l’auto, le financement du Crédit agricole, un projet d’usine en Normandie et de premières berlines en pré-commande, tout avait l’air de rouler.  Mais l’entreprise française pourrait bien réduire la voilure…

 

En octobre dernier, cette berline aux airs de Retour vers le futur, était annoncée comme la concurrente directe des voitures intelligentes Tesla. Présentée au Mondial de l’Auto à Paris, elle a rencontré un franc succès, avec déjà des pré-commandes sur le carnet et l’annonce de l’implantation d’une première usine en Normandie, capable de produire 20.000 véhicules par an. Cependant, tous les feux ne sont pas au vert en ce début de nouvelle année.

 

Il y a quelques jours, la start up française a annoncé une analyse de sa structure de financement et de coût ainsi qu’une potentielle réduction de sa masse salariale. Pour l’instant, l’entreprise n’évoque pas de problèmes ou difficultés, mais elle semble avoir perdu de sa splendeur. Lancée à la Bourse de Paris fin 2020, Hopium a vu sa valeur multipliée par quatre pendant quelques mois, avant de revenir à sa mise initiale. Vendredi dernier, le titre valait 6,40 euros.

 

Face à ces complications financières, la société apporte des précisions dans un communiqué, publié le 13 janvier. Parmi les mesures mises en place dans le cadre d’une nouvelle feuille de route, il y a notamment une restructuration de l’équipe de direction et du personnel : « Ces mesures, qui doivent permettre de finaliser le développement de la plateforme en vue de son industrialisation, consisteront notamment à séquencer le développement de prochains prototypes et à ajuster les effectifs, afin de mieux répartir le besoin de financement de la société dans les prochains mois. »

 

« Cette réduction dépendra des contours définitifs du plan stratégique qui est en cours d’élaboration« , ajoute la société. Il y a un an, celle-ci comptait 54 employés en France. En juin, ils sont passés à 126. Ils seront sûrement moins nombreux après ce réajustement stratégique.

 

À la recherche de solutions intermédiaires

 

L’objectif pour la marque française est de lancer et commercialiser une berline sportive, poussée par une pile à combustible basée sur l’hydrogène. Premier véhicule non utilitaire à hydrogène en France, le véhicule, d’une autonomie de 1000 km pour une puissance de 500 chevaux, est proposé au prix de 120 000 euros environ.

 

Dans le même communiqué, Hopium explique qu’elle étudie les différents scénarios, dont « le séquençage et le calendrier de la commercialisation » de leur premier véhicule ainsi que la possibilité de commercialiser ou de licencier sa pile à combustible : « Conçue pour répondre aux caractéristiques haut de gamme de l’Hopium Machina, notamment en termes de compacité, de durabilité et de performance, cette pile à combustible représente un actif technologique différenciant ayant fait l’objet de 16 dépôts de brevets« .

 

Malgré ces difficultés, le constructeur automobile estime pouvoir faire face à ses besoins de financement, au moins jusqu’au 30 juin 2023. Ce qui ne l’empêche pas d’ajouter qu’il « continue d’explorer d’autres sources de financement dans le cadre de son nouveau plan stratégique« .

 

 

Lire aussi >Mondial de l’auto : plein phare sur la voiture à hydrogène d’Hopium

Photo à la Une : © Presse [/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row njt-role= »not-logged-in »][vc_column][vc_column_text]

Hopium, c’est un projet futuriste de véhicules à hydrogène susceptibles d’être commercialisés  d’ici 2025. Après le Salon de l’auto, le financement du Crédit agricole, un projet d’usine en Normandie et de premières berlines en pré-commande, tout avait l’air de rouler.  Mais l’entreprise française pourrait bien réduire la voilure…

 

En octobre dernier, cette berline aux airs de Retour vers le futur, était annoncée comme la concurrente directe des voitures intelligentes Tesla. Présentée au Mondial de l’Auto à Paris, elle a rencontré un franc succès, avec déjà des pré-commandes sur le carnet et l’annonce de l’implantation d’une première usine en Normandie, capable de produire 20.000 véhicules par an. Cependant, tous les feux ne sont pas au vert en ce début de nouvelle année.

 

Il y a quelques jours, la start up française a annoncé une analyse de sa structure de financement et de coût ainsi qu’une potentielle réduction de sa masse salariale. Pour l’instant, l’entreprise n’évoque pas de problèmes ou difficultés, mais elle semble avoir perdu de sa splendeur. Lancée à la Bourse de Paris fin 2020, Hopium a vu sa valeur multipliée par quatre pendant quelques mois, avant de revenir à sa mise initiale. Vendredi dernier, le titre valait 6,40 euros.

 

Face à ces complications financières, la société apporte des précisions dans un communiqué, publié le 13 janvier. Parmi les mesures mises en place dans le cadre d’une nouvelle feuille de route, il y a notamment une restructuration de l’équipe de direction et du personnel : « Ces mesures, qui doivent permettre de finaliser le développement de la plateforme en vue de son industrialisation, consisteront notamment à séquencer le développement de prochains prototypes et à ajuster les effectifs, afin de mieux répartir le besoin de financement de la société dans les prochains mois. »

 

[…][/vc_column_text][vc_cta h2= »Cet article est réservé aux abonnés. » h2_font_container= »tag:h2|font_size:16|text_align:left » h2_use_theme_fonts= »yes » h4= »Abonnez-vous dès maintenant ! » h4_font_container= »tag:h2|font_size:32|text_align:left|line_height:bas » h4_use_theme_fonts= »yes » txt_align= »center » color= »black » add_button= »right » btn_title= »JE M’ABONNE ! » btn_color= »danger » btn_size= »lg » btn_align= »center » use_custom_fonts_h2= »true » use_custom_fonts_h4= »true » btn_button_block= »true » btn_custom_onclick= »true » btn_link= »url:https%3A%2F%2Fluxus-plus.com%2Fnouveaux-abonnements-et-newsletter%2F »]Accédez en illimité à tous les articles et vivez une expérience de lecture inédite, contenus en avant première, newsletter exclusives…

Déjà un compte ? Connectez-vous.[/vc_cta][vc_column_text]Photo à la Une : © Presse [/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row njt-role= »people-in-the-roles » njt-role-user-roles= »subscriber,customer »][vc_column][vc_column_text]

 

Hopium, c’est un projet futuriste de véhicules à hydrogène susceptibles d’être commercialisés  d’ici 2025. Après le Salon de l’auto, le financement du Crédit agricole, un projet d’usine en Normandie et de premières berlines en pré-commande, tout avait l’air de rouler.  Mais l’entreprise française pourrait bien réduire la voilure…

 

En octobre dernier, cette berline aux airs de Retour vers le futur, était annoncée comme la concurrente directe des voitures intelligentes Tesla. Présentée au Mondial de l’Auto à Paris, elle a rencontré un franc succès, avec déjà des pré-commandes sur le carnet et l’annonce de l’implantation d’une première usine en Normandie, capable de produire 20.000 véhicules par an. Cependant, tous les feux ne sont pas au vert en ce début de nouvelle année.

 

Il y a quelques jours, la start up française a annoncé une analyse de sa structure de financement et de coût ainsi qu’une potentielle réduction de sa masse salariale. Pour l’instant, l’entreprise n’évoque pas de problèmes ou difficultés, mais elle semble avoir perdu de sa splendeur. Lancée à la Bourse de Paris fin 2020, Hopium a vu sa valeur multipliée par quatre pendant quelques mois, avant de revenir à sa mise initiale. Vendredi dernier, le titre valait 6,40 euros.

 

Face à ces complications financières, la société apporte des précisions dans un communiqué, publié le 13 janvier. Parmi les mesures mises en place dans le cadre d’une nouvelle feuille de route, il y a notamment une restructuration de l’équipe de direction et du personnel : « Ces mesures, qui doivent permettre de finaliser le développement de la plateforme en vue de son industrialisation, consisteront notamment à séquencer le développement de prochains prototypes et à ajuster les effectifs, afin de mieux répartir le besoin de financement de la société dans les prochains mois. »

 

[…][/vc_column_text][vc_cta h2= »Cet article est réservé aux abonnés. » h2_font_container= »tag:h2|font_size:16|text_align:left » h2_use_theme_fonts= »yes » h4= »Abonnez-vous dès maintenant ! » h4_font_container= »tag:h2|font_size:32|text_align:left|line_height:bas » h4_use_theme_fonts= »yes » txt_align= »center » color= »black » add_button= »right » btn_title= »JE M’ABONNE ! » btn_color= »danger » btn_size= »lg » btn_align= »center » use_custom_fonts_h2= »true » use_custom_fonts_h4= »true » btn_button_block= »true » btn_custom_onclick= »true » btn_link= »url:https%3A%2F%2Fluxus-plus.com%2Fnouveaux-abonnements-et-newsletter%2F »]Accédez en illimité à tous les articles et vivez une expérience de lecture inédite, contenus en avant première, newsletter exclusives…

Déjà un compte ? Connectez-vous.[/vc_cta][vc_column_text]Photo à la Une : ©Presse[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row]

Tags

Picture of La rédaction
La rédaction
Grâce à une veille accrue et à une excellente connaissance de ces secteurs, la rédaction de Luxus + décrypte pour ses lecteurs les principaux enjeux économiques et technologiques de la mode, l’horlogerie, la joaillerie, la gastronomie, les parfums et cosmétiques, l’hôtellerie, et l’immobilier de prestige.

Inscription à notre Newsletter

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir nos émissions et articles en avant-première !

Offre de lancement:

Votre participation à la Masterclass Camille Fournet réservée aux abonnés annuels !

Newletter Luxus Plus