Vous lisez en ce moment
Tourisme de luxe : Forte dynamique du tourisme en Europe, dont profite le secteur du luxe

Tourisme de luxe : Forte dynamique du tourisme en Europe, dont profite le secteur du luxe

Malgré la guerre en Ukraine et les restrictions de voyage toujours d’actualité dans de nombreux pays, le tourisme mondial affiche une très bonne dynamique depuis janvier 2022. Une des conséquences engendrée par cette croissance : le tourisme de luxe.

 

Quelles régions attirent ?

 

Depuis janvier 2022, deux régions du monde tirent leur épingle du jeu : il s’agit des régions Europe et Amériques. Même si ces deux régions n’ont pas encore atteint leur niveau prépandémique, le cabinet ForwardKeys souligne que le deuxième trimestre 2022 semble prometteur pour les voyages internationaux ; en particulier pour les destinations estivales telles que les Caraïbes ou l’Amérique Latine. « J’ai voyagé en début de semaine et je peux vous dire que les aéroports, les terminaux internationaux aux États-Unis sont très encombrés et qu’il y a une demande ou un intérêt pour voyager en Europe […] Il nous manque donc de venir à Paris, d’aller à Rome et à Berlin » , explique de son côté Larry Cuculic, le directeur général de Best Western, une chaîne d’hôtels américaine.

 

La région Europe, quant à elle, ne demeure pas moins sollicitée par les touristes, en particulier la France. Selon Jean-Baptiste Lemoyne, ministre délégué en charge du Tourisme, la France est « très bien positionnée », destination « numéro un des voyages en Europe pour les Américains, les Belges, les Italiens, les Espagnols ». Suivent ensuite l’Espagne, le Portugal, la Grèce et enfin, l’Islande, qui sont les destinations les plus sollicitées par les touristes depuis 2022. La reprise du tourisme en Europe est notamment portée par les Américains au deuxième trimestre 2022, +27% par rapport à la même période en 2019.

 

Absente des radars des touristes en raison des restrictions liée à la pandémie de Covid-19 et de l’inaccessibilité de plusieurs de ses destinations phares, la région Asie-Pacifique, elle, a vu baisser de 93% les arrivées de touristes internationaux sur ses terres, par rapport à celles observées avant la pandémie.

 

Le tourisme de luxe, conséquence directe de la croissance du tourisme européen

 

L’Europe, qui voit enfin le retour de touristes étrangers en grand nombre dans plusieurs de ses pays peut en partie dire merci aux Américains. Et c’est notamment le secteur du luxe qui bénéficie le plus de cette dynamique touristique.

 

« L’Europe est la première destination touristique mondiale et le tourisme haut de gamme et de luxe européen représente entre 130 et 170 milliards d’euros » par an, selon Matteo Lunelli, président d’Altagamma et nouveau président de l’ECCIA (European Cultural and Creative Industries Alliance).

 

Au niveau européen, les dépenses des touristes en produits de luxe ont augmenté de façon exponentielle, de 829% en avril, d’après les données de Planet, un organisme de transmissions de données spécialisé dans la détaxe.

 

En volume, les touristes de luxe génèrent près de 22% des recettes touristiques européennes globales, représentent 22% des dépenses d’hébergement et jusqu’à 33% des dépenses de shopping culture et de divertissement. À savoir qu’ils dépensent huit fois plus que la moyenne.

 

En nombre, la France est en tête devant l’Italie, l’Espagne et le Royaume-Uni ; où tous les quatre constatent un tourisme de luxe dépassant les 20 milliards d’euros de chiffre d’affaires. De plus, un quart du marché français est presque uniquement motivé par les Américains, qui représentaient en avril 23% des achats détaxés, pour environ 1515€ de dépenses par achat ; toujours selon Planet.

 

La place prépondérante de Paris dans le tourisme haut de gamme

 

À plus petite échelle, la capitale française et notamment les nombreuses boutiques de luxe qu’elle possède, profitent tous deux du retour des touristes étrangers et notamment américains.

 

« Pour le week-end de Pâques, Paris a connu un taux d’occupation supérieur à ce qu’il était en 2019 et cela se conjugue avec le retour d’une clientèle étrangère, y compris long-courrier – les Américains, les Canadiens, etc. – et qui est présente sur le segment du luxe », précise Jean-Baptiste Lemoyne.

Voir aussi

 

Le comité des Champs-Elysées réalise également le même constat : « Il y a un tourisme nord-américain qui revient, les Champs-Élysées reparlent américain et ce sont eux qui laissent les ardoises les plus importantes » , explique Marc-Antoine Jamet, président du comité des Champs-Élysées.

 

Par conséquent, l’hôtellerie de luxe voit sa clientèle affluer depuis le début de l’année. Les hôtels cinq étoiles connaissent un taux d’occupation supérieur à la période prépandémique, à hauteur de 3,6 points. C’est notamment ce que constate Géraldine Dobey, la directrice générale du Mandarin Oriental, situé rue Saint-Honoré : « Nous observons depuis le début de l’année […] un retour de notre clientèle. Dès que les frontières s’ouvrent et que les restrictions sont levées, on constate que l’affluence de visiteurs reprend assez rapidement » . Il affiche un taux d’occupation global de 50%, « très satisfaisant » pour cette période de l’année et « quasiment au niveau de 2019 » , poursuit-elle.

 

Toutefois, ne sont pas à mettre de côté les touristes européens, qui jouent pour beaucoup dans la croissance du tourisme de luxe en Europe. Si le Mandarin Oriental constate que sa clientèle est composée à 30% d’Américains, les Européens en représentent 35% – puis 15% de Moyen-Orientaux et, enfin, 10% d’Asiatiques.

 

Du côté du comité des Champs-Elysées, même conclusion : « On voit aussi revenir les Européens, qui se voient interdire des destinations comme la Chine, la Russie et qui font des sauts de puce à Paris. On a un retour des Belges, Allemands, Néerlandais qui viennent deux ou trois jours et auxquels il faut ajouter les Espagnols, les Italiens, les Anglais » déclare, enfin, Marc-Antoine Jamet. Les très nombreuses boutiques de luxe présentes sur cette Avenue peuvent donc d’ores-et-déjà observer leur clientèle et chiffre d’affaires impactés positivement ;  bien qu’elles ne communiquent peu sur ces données.

 

Lire aussi > A COURCHEVEL, LES ACTEURS DU TOURISME TENTENT DE SAUVER LA SAISON

 

Photo à la Une : © Maison Albar

Comment avez vous trouvez l'article ?
Excited
0
Happy
0
In Love
0
Not Sure
0
Silly
0

COPYRIGHT 2021 LUXUS + ALL RIGHTS RESERVED

Revenir en haut