Shiseido : des résultats 2022 décevants à cause de la Chine et du Japon

[vc_row njt-role= »people-in-the-roles » njt-role-user-roles= »administrator,editor,author,armember »][vc_column][vc_column_text]

Shiseido, le géant japonais des cosmétiques, a publié vendredi des résultats annuels en baisse, impactés par la Chine et le Japon, ses deux principaux marchés. La marque s’attend à un exercice 2023 tout aussi compliqué.

 

Shiseido, qui détient des marques telles que Ulé, Nars, Shiseido ou encore Serge Lutens a annoncé en fin de semaine dernière des résultats pour l’année 2022, qui ne sont pas très enthousiasmants.

 

Shiseido a enregistré une croissance de 5,7 % de ses revenus à  8,1 milliards de dollars, pour l’exercice clos le 31 décembre, tandis que le bénéfice net a fondu de 27,1 % à 260,6 millions de dollars (34,2 millions de yens). Les ventes nettes au Japon et en Chine ont respectivement baissé de 8,2 % et 6% en glissement annuel, pour s’établir à 1,8 milliard et 1,9 milliard de dollars.

 

Pour son exercice calendaire 2023, le groupe prévoit un bénéfice net de 28 milliards de yens (environ 211 millions de dollars), soit une baisse de 18,1 % comparé à 2022.

 

Cette contre-performance attendue est liée à l’impact des coûts des matières premières plus élevés, et de façon plus générale à l’augmentation des dépenses du groupe, causée par l’inflation.

 

Le groupe nippon se dit cependant « optimiste » quant aux perspectives de reprise dans son secteur en 2023. La normalisation de l’économie  l’arrêt des restrictions en Chine et « la transition vers une nouvelle normalité post-Covid » au Japon sous l’impulsion du gouvernement, qui a notamment rouvert toutes les frontières depuis octobre dernier. Le tout permet un regain de l’économie, du marché, mais aussi du tourisme.

 

Shiseido  souhaite par ailleurs poursuivre ses investissements stratégiques « dans des domaines comme le soin de la peau et le développement numérique » de ses activités ainsi que l’amélioration de sa rentabilité en optimisant ses coûts.

 

Accélérer sa croissance

 

Fin janvier, l’agence Bloomberg, spécialisée dans l’économie et la finance, a annoncé qu’après LVMH et l’Oréal, le groupe Shiseido se lançait elle aussi dans la course au rachat de l’entreprise australienne Aesop. Propriété du groupe brésilien Natura, la société pourrait être valorisée à 2 milliards de dollars.

 

Le groupe japonais vient par ailleurs de lancer l’une de ses divisions, NARS Cosmetics en Inde, dans le cadre d’un accord de distribution stratégique avec l’entreprise Global SS Beauty Brands. Son partenaire local est une filiale de l’entreprise indienne Shoppers Stop, détaillant de mode et de beauté haut-de-gamme. Celle-ci exploite huit concepts stores et 142 magasins de produits de beauté spécialisés.

 

Ce lancement en Inde fait partie de la stratégie du groupe japonais visant à renforcer son portefeuille de marques et à accélérer sa croissance en Asie-pacifique.

 

Lire aussi >L’Oréal : chiffre d’affaires record en 2022

Photo à la Une : ©Marionnaud [/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row njt-role= »not-logged-in »][vc_column][vc_column_text]

Shiseido, le géant japonais des cosmétiques, a publié vendredi des résultats annuels en baisse, impactés par la Chine et le Japon, ses deux principaux marchés. La marque s’attend à un exercice 2023 tout aussi compliqué.

 

Shiseido, qui détient des marques telles que Ulé, Nars, Shiseido ou encore Serge Lutens a annoncé en fin de semaine dernière des résultats pour l’année 2022, qui ne sont pas très enthousiasmants.

 

Shiseido a enregistré une croissance de 5,7 % de ses revenus à  8,1 milliards de dollars, pour l’exercice clos le 31 décembre, tandis que le bénéfice net a fondu de 27,1 % à 260,6 millions de dollars (34,2 millions de yens). Les ventes nettes au Japon et en Chine ont respectivement baissé de 8,2 % et 6% en glissement annuel, pour s’établir à 1,8 milliard et 1,9 milliard de dollars.

 

Pour son exercice calendaire 2023, le groupe prévoit un bénéfice net de 28 milliards de yens (environ 211 millions de dollars), soit une baisse de 18,1 % comparé à 2022.

 

Cette contre-performance attendue est liée à l’impact des coûts des matières premières plus élevés, et de façon plus générale à l’augmentation des dépenses du groupe, causée par l’inflation.

 

[…][/vc_column_text][vc_cta h2= »Cet article est réservé aux abonnés. » h2_font_container= »tag:h2|font_size:16|text_align:left » h2_use_theme_fonts= »yes » h4= »Abonnez-vous dès maintenant ! » h4_font_container= »tag:h2|font_size:32|text_align:left|line_height:bas » h4_use_theme_fonts= »yes » txt_align= »center » color= »black » add_button= »right » btn_title= »JE M’ABONNE ! » btn_color= »danger » btn_size= »lg » btn_align= »center » use_custom_fonts_h2= »true » use_custom_fonts_h4= »true » btn_button_block= »true » btn_custom_onclick= »true » btn_link= »url:https%3A%2F%2Fluxus-plus.com%2Fnouveaux-abonnements-et-newsletter%2F »]Accédez en illimité à tous les articles et vivez une expérience de lecture inédite, contenus en avant première, newsletter exclusives…

Déjà un compte ? Connectez-vous.[/vc_cta][vc_column_text]Photo à la Une : ©Marionnaud [/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row njt-role= »people-in-the-roles » njt-role-user-roles= »subscriber,customer »][vc_column][vc_column_text]

Shiseido, le géant japonais des cosmétiques, a publié vendredi des résultats annuels en baisse, impactés par la Chine et le Japon, ses deux principaux marchés. La marque s’attend à un exercice 2023 tout aussi compliqué.

 

Shiseido, qui détient des marques telles que Ulé, Nars, Shiseido ou encore Serge Lutens a annoncé en fin de semaine dernière des résultats pour l’année 2022, qui ne sont pas très enthousiasmants.

 

Shiseido a enregistré une croissance de 5,7 % de ses revenus à  8,1 milliards de dollars, pour l’exercice clos le 31 décembre, tandis que le bénéfice net a fondu de 27,1 % à 260,6 millions de dollars (34,2 millions de yens). Les ventes nettes au Japon et en Chine ont respectivement baissé de 8,2 % et 6% en glissement annuel, pour s’établir à 1,8 milliard et 1,9 milliard de dollars.

 

Pour son exercice calendaire 2023, le groupe prévoit un bénéfice net de 28 milliards de yens (environ 211 millions de dollars), soit une baisse de 18,1 % comparé à 2022.

 

Cette contre-performance attendue est liée à l’impact des coûts des matières premières plus élevés, et de façon plus générale à l’augmentation des dépenses du groupe, causée par l’inflation.

 

[…][/vc_column_text][vc_cta h2= »Cet article est réservé aux abonnés. » h2_font_container= »tag:h2|font_size:16|text_align:left » h2_use_theme_fonts= »yes » h4= »Abonnez-vous dès maintenant ! » h4_font_container= »tag:h2|font_size:32|text_align:left|line_height:bas » h4_use_theme_fonts= »yes » txt_align= »center » color= »black » add_button= »right » btn_title= »JE M’ABONNE ! » btn_color= »danger » btn_size= »lg » btn_align= »center » use_custom_fonts_h2= »true » use_custom_fonts_h4= »true » btn_button_block= »true » btn_custom_onclick= »true » btn_link= »url:https%3A%2F%2Fluxus-plus.com%2Fnouveaux-abonnements-et-newsletter%2F »]Accédez en illimité à tous les articles et vivez une expérience de lecture inédite, contenus en avant première, newsletter exclusives…

Déjà un compte ? Connectez-vous.[/vc_cta][vc_column_text]Photo à la Une : ©Marionnaud[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row]

Tags

Picture of La rédaction
La rédaction
Grâce à une veille accrue et à une excellente connaissance de ces secteurs, la rédaction de Luxus + décrypte pour ses lecteurs les principaux enjeux économiques et technologiques de la mode, l’horlogerie, la joaillerie, la gastronomie, les parfums et cosmétiques, l’hôtellerie, et l’immobilier de prestige.

Inscription à notre Newsletter

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir nos émissions et articles en avant-première !

Newletter Luxus Plus