Les vins australiens souffrent en Chine

[vc_row njt-role= »people-in-the-roles » njt-role-user-roles= »administrator,editor,author,armember »][vc_column][vc_column_text]

Depuis 2020, les exportations de vins de la société australienne Treasury Wine Estate se sont beaucoup ralenties sur le marché chinois, en raison de droits de douanes élevés. Une situation de crise pour  la société viticole, alors que la Chine représentait naguère un tiers de ses bénéfices.

 

«  Il faudra des années pour reconstruire le marché des vins de luxe australiens en Chine » déclarait la semaine dernière la société australienne Treasury Wine Estate. L’entreprise productrice de vins de luxe basée à Melbourne annonce ainsi la couleur d’un marché des vins australiens affaibli en Chine.

 

Pour Tim Ford, directeur général de Treasury, les ventes de vin en Chine de la société ne reviendront pas au même niveau qu’avant crise, même si les droits de douane élevés imposés en 2020 étaient abandonnés.

 

Treasury Wine Estate, qui est le plus grand producteur de vins indépendant au monde, tirait auparavant un tiers de ses bénéfices de la Chine. Mais c’était avant que des mesures antidumping, imposant des droits d’importation supplémentaires très importants, ne soient imposés en 2020 par les chinois sur le vin australien.

 

Le ministre australien du commerce a rencontré son homologue chinois à Pékin la semaine dernière, cherchant à mettre fin à tous les obstacles commerciaux dans le cadre de l’amélioration des relations diplomatiques. Et cela alors que les droits de douane chinois sur le vin australien sont aujourd’hui toujours en place.

 

« Treasury suit de près la manière dont les gouvernements chinois et australien travaillent à la résolution des droits de douane sur l’orge, en dehors de l’Organisation mondiale du commerce, en espérant que la même voie sera suivie pour le vin », a déclaré Tim Ford mardi dernier.

 

Maintenir les relations

 

La société a continué à investir dans la commercialisation de sa marque de vin de luxe Penfolds en Chine au cours des trois dernières années et à soutenir le personnel sur place. L’idée était de  maintenir les relations, même si Treasury Wine Estate n’a pas réalisé de bénéfices pendant cette période.

 

« La notoriété de notre marque en Chine a augmenté au cours des deux dernières années grâce à Penfolds », a déclaré Tim Ford à l’Institut des relations Australie-Chine de l’Université de technologie de Sydney.

 

Pour lui, la principale leçon à tirer de cette situation est que Treasury aurait dû investir plus tôt et davantage dans l’industrie viticole chinoise locale.

 

« Nous n’avons pas de vin supplémentaire prêt à être vendu à plus de 100 dollars australiens », a-t-il ajouté. « À partir de 30 dollars australiens la bouteille, nous pourrions commencer à approvisionner la Chine assez rapidement, mais il nous faudra quand même deux, trois ou quatre ans pour commencer à développer cette offre ».

 

Marché affaibli

 

Depuis le début de la crise en 2020, de nombreux viticulteurs australiens se sont retirés du secteur, tandis qu’en Chine, le segment des vins de luxe s’est rétréci. Dès lors, Treasury Wine Estate ne renouera pas avec le précédent niveau du marché chinois au cours des six prochaines années, sans le faire au détriment de ses autres marchés. Ce qui n’est toutefois pas prévu par la société, a déclaré Tim Ford.

 

En février dernier, Treasury Wine Estate a déclaré que le bénéfice net pour la première moitié de l’exercice (clos en décembre) avait bondi de près de 75% à 188,2 millions de dollars australiens (131,51 millions de dollars) par rapport à la même période de l’année précédente, mais qu’il était inférieur à l’estimation des analystes.

 

Lire aussi >Vins et spiritueux : les exportations françaises s’envolent en valeur en 2022

Photo à la Une : © Treasury Wine Estates[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row njt-role= »not-logged-in »][vc_column][vc_column_text]

 

Depuis 2020, les exportations de vins de la société australienne Treasury Wine Estate se sont beaucoup ralenties sur le marché chinois, en raison de droits de douanes élevés. Une situation de crise pour  la société viticole, alors que la Chine représentait naguère un tiers de ses bénéfices.

 

«  Il faudra des années pour reconstruire le marché des vins de luxe australiens en Chine » déclarait la semaine dernière la société australienne Treasury Wine Estate. L’entreprise productrice de vins de luxe basée à Melbourne annonce ainsi la couleur d’un marché des vins australiens affaibli en Chine.

 

Pour Tim Ford, directeur général de Treasury, les ventes de vin en Chine de la société ne reviendront pas au même niveau qu’avant crise, même si les droits de douane élevés imposés en 2020 étaient abandonnés.

 

Treasury Wine Estate, qui est le plus grand producteur de vins indépendant au monde, tirait auparavant un tiers de ses bénéfices de la Chine. Mais c’était avant que des mesures antidumping,  imposant des droits d’importation supplémentaires très importants, ne soient imposés en 2020 par les chinois sur le vin australien.

 

Le ministre australien du commerce a rencontré son homologue chinois à Pékin la semaine dernière, cherchant à mettre fin à tous les obstacles commerciaux dans le cadre de l’amélioration des relations diplomatiques. Et cela alors que les droits de douane chinois sur le vin australien sont aujourd’hui toujours en place.

 

« Treasury suit de près la manière dont les gouvernements chinois et australien travaillent à la résolution des droits de douane sur l’orge, en dehors de l’Organisation mondiale du commerce, en espérant que la même voie sera suivie pour le vin », a déclaré Tim Ford mardi dernier.

 

Maintenir les relations

 

La société a continué à investir dans la commercialisation de sa marque de vin de luxe Penfolds en Chine au cours des trois dernières années et à soutenir le personnel sur place. L’idée était de  maintenir les relations, même si Treasury Wine Estate n’a pas réalisé de bénéfices pendant cette période.

 

[…][/vc_column_text][vc_cta h2= »Cet article est réservé aux abonnés. » h2_font_container= »tag:h2|font_size:16|text_align:left » h2_use_theme_fonts= »yes » h4= »Abonnez-vous dès maintenant ! » h4_font_container= »tag:h2|font_size:32|text_align:left|line_height:bas » h4_use_theme_fonts= »yes » txt_align= »center » color= »black » add_button= »right » btn_title= »JE M’ABONNE ! » btn_color= »danger » btn_size= »lg » btn_align= »center » use_custom_fonts_h2= »true » use_custom_fonts_h4= »true » btn_button_block= »true » btn_custom_onclick= »true » btn_link= »url:https%3A%2F%2Fluxus-plus.com%2Fnouveaux-abonnements-et-newsletter%2F »]Accédez en illimité à tous les articles et vivez une expérience de lecture inédite, contenus en avant première, newsletter exclusives…

Déjà un compte ? Connectez-vous.[/vc_cta][vc_column_text]Photo à la Une : © Treasury Wine Estates [/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row njt-role= »people-in-the-roles » njt-role-user-roles= »subscriber,customer »][vc_column][vc_column_text]

Depuis 2020, les exportations de vin de la société australienne Treasury Wine Estate sont largement affaiblies sur le marché chinois, en raison de droits de douanes élevés. Une situation de crise qui touche la société viticole, d’autant que la Chine représente un tiers des bénéfices de l’entreprise.

 

« Il faudra des années pour reconstruire les vins de luxe australiens vers la Chine ». Voilà ce que déclarait la semaine dernière la société australienne Treasury Wine Estate. L’entreprise productrice de vin de luxe basée à Melbourne annonce la couleur d’un marché des vins australien affaibli en Chine.

 

Pour Tim Ford, directeur général de Treasury, les ventes de vin en Chine de la société ne reviendront pas au même niveau qu’avant crise, même si les droits de douane élevés imposés lors du conflit politique avec Canberra ont été abandonnés.

 

Treasury Wine Estate, qui est le plus grand producteur de vin indépendant au monde, tirait auparavant un tiers de ses bénéfices de la Chine. Cependant, des mesures antidumping, c’est-à-dire des mesures imposant un droit d’importation supplémentaire sur le produit, ainsi que des droits de subvention allant jusqu’à 212 % ne soient imposés sur le vin australien, mettant ainsi fin aux ventes en 2020.

 

Le ministre australien du commerce a rencontré son homologue chinois à Pékin la semaine dernière, cherchant à mettre fin à tous les obstacles commerciaux dans le cadre de l’amélioration des relations diplomatiques, bien que les droits de douane sur le vin restent en place.

 

« Treasury suit de près la manière dont les gouvernements chinois et australien travaillent à la résolution des droits de douane sur l’orge, en dehors de l’Organisation mondiale du commerce, en espérant que la même voie sera suivie pour le vin », a déclaré Tim Ford mardi dernier.

 

Penfolds pour remonter la pente

 

La société a continué à investir dans la commercialisation de sa marque de vin de luxe Penfolds en Chine au cours des trois dernières années et à soutenir le personnel sur place pour maintenir les relations, bien qu’elle n’ait pas fait de bénéfices.

 

[…][/vc_column_text][vc_cta h2= »Cet article est réservé aux abonnés. » h2_font_container= »tag:h2|font_size:16|text_align:left » h2_use_theme_fonts= »yes » h4= »Abonnez-vous dès maintenant ! » h4_font_container= »tag:h2|font_size:32|text_align:left|line_height:bas » h4_use_theme_fonts= »yes » txt_align= »center » color= »black » add_button= »right » btn_title= »JE M’ABONNE ! » btn_color= »danger » btn_size= »lg » btn_align= »center » use_custom_fonts_h2= »true » use_custom_fonts_h4= »true » btn_button_block= »true » btn_custom_onclick= »true » btn_link= »url:https%3A%2F%2Fluxus-plus.com%2Fnouveaux-abonnements-et-newsletter%2F »]Accédez en illimité à tous les articles et vivez une expérience de lecture inédite, contenus en avant première, newsletter exclusives…

Déjà un compte ? Connectez-vous.[/vc_cta][vc_column_text]Photo à la Une : ©Treasury Wine Estates [/vc_column_text][/vc_column][/vc_row]

Picture of La rédaction
La rédaction
Grâce à une veille accrue et à une excellente connaissance de ces secteurs, la rédaction de Luxus + décrypte pour ses lecteurs les principaux enjeux économiques et technologiques de la mode, l’horlogerie, la joaillerie, la gastronomie, les parfums et cosmétiques, l’hôtellerie, et l’immobilier de prestige.

Inscription à notre Newsletter

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir nos émissions et articles en avant-première !

Offre de lancement:

Votre participation à la Masterclass Camille Fournet réservée aux abonnés annuels !

Newletter Luxus Plus