Les croisières reviennent en force

Décriées par les écologistes, mais de nouveau plébiscitées par des touristes en quête de nouvelles expériences, les croisières ont le vent en poupe. Alors que le plus grand paquebot au monde, l’Icon of the seas, vient de larguer les amarres à Miami (Floride) pour son voyage d’inauguration, plusieurs indices témoignent de ce retour en force de la “croisière s’amuse”. Et ce, sous des formes diverses, y compris plus confidentielles et écologiques.

 

Ce n’est sans doute pas un hasard si Paramount Channel vient de remettre dans son menu quotidien “la Croisière s’amuse”, la série mythique des années 70.

Certes, les paquebots de croisière continuent parfois de susciter un bad buzz. En juillet dernier, Amsterdam a ainsi décidé de fermer un important terminal de bateaux de croisière dans son centre-ville. Bien avant cette Venise du nord, l’originale italienne, la Sérénissime, avait dès 2021 interdit l’entrée des paquebots de plus de 25.000 tonnes (soit 95% des bateaux de croisière) d’entrer en son coeur, dans le bassin de Saint-Marc ou le canal de la Giudecca.

Ces initiatives suscitent des vagues ailleurs. Aux Etats-Unis, certaines villes, comme Monterey en Californie, essaient de mettre des freins à la liberté de circulation de ces bateaux troublant le calme de leurs habitants. Tandis qu’en France, dans des ports tels que Marseille, Nice et Ajaccio (Corse), des pétitions dénoncent les paquebots de croisière.

 

1% de la pollution maritime mondiale

 

Devant ces attaques, qui portent aussi sur le caractère polluant des paquebots, certains, comme Clément Mousset, co-fondateur de la jeune Compagnie française de croisière (CFC), font observer qu’ils représentent que seulement “300 unités sur 98.000 navires de commerce qui polluent beaucoup plus” et “que la croisière ne représente que 1% de la pollution maritime mondiale

Mais si ce mode de vacances fait polémique, il fait encore rêver beaucoup de personnes, aussi bien côté usagers que professionnels.

On en veut pour preuve le voyage inaugural du plus grand paquebot au monde, l’Icon of The Seas, lancé le 27 janvier dernier à Miami (Floride), par la Royal Caribbean, une compagnie américaine basée dans cette ville. Il évitera ainsi les destinations compliquées européennes et pour se rendre aux Caraïbes, il fera escale à Basseterre (capitale de l’Etat de Saint-Christophe-et-Niévès), aux Bahamas, en passant par les Iles Vierges américaines, avant de rentrer à Miami…



Pour continuer à lire cet article, abonnez-vous ou connectez-vous à votre espace abonné

Découvrez nos offres

Je m'abonne pour 1€

Devenez un membre actif de la communauté des leaders du luxe.

Luxus+ Abonnement Digital + Papier

Lire aussi > LE YACHT STEFANIA FERA L’OBJET D’UNE VENTE JUDICIAIRE À ANTIBES EN JANVIER

Photos à la Une : Icon of The Sea © Royal Caribbean

 

 

Sophie Michentef
Sophie Michentef
Sophie Michentef a évolué plus de 30 ans dans la presse professionnelle. Pendant une quinzaine d’années, elle a encadré la rédaction France et international du Journal du Textile. Elle met désormais son expertise presse, textile, mode et luxe au service de journaux, organisations professionnelles et entreprises.

Inscription à notre Newsletter

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir nos émissions et articles en avant-première !

Offre de lancement:

Votre participation à la Masterclass Camille Fournet réservée aux abonnés annuels !

Newletter Luxus Plus