Farfetch : des bénéfices qui faiblissent face à une concurrence renforcée

[vc_row njt-role= »people-in-the-roles » njt-role-user-roles= »administrator,editor,author,armember »][vc_column][vc_column_text]

Le groupe londonien Farfetch vient de publier ses résultats pour le deuxième trimestre. Si le GMV de la plateforme de luxe (volume d’affaires) est en hausse, les bénéfices accusent une chute, suite à la décélération du marché américain, en prise avec l’inflation. Ce durcissement de l’environnement comme l’accentuation de la concurrence expliquent pour partie la volonté de ne plus distribuer de produits de beauté sur sa plateforme digitale.

 

Farfetch, un des leaders de l’e-commerce de mode et de luxe a publié le 30 juin dernier ses résultats pour le deuxième trimestre clos le 30 juin dernier. 

 

Le chiffre d’affaires enregistre une chute de 1,3% à 527 millions de dollars au cours des 3 mois précédant le 30 juin, en raison de la baisse des revenus de la plateforme et du revenu en magasin. 

 

Le GMV de la plateforme digitale et les revenus de la plateforme de service enregistrent respectivement une hausse de 7% et 10% d’une année sur l’autre. Farfetch salue également un record d’audience avec 4,1 millions de consommateurs actifs, en hausse de 7% par rapport à l’année précédente. A cela s’ajoute une extension de l’offre de 40% en comparable, totalisant un inventaire de 17 millions de produits unitaires, distribué par 1400 vendeurs (multi-marques et e-concession de marques). 

Une tendance baissière sur les revenus et bénéfices

 

Dans le détail, la société a déclaré un chiffre d’affaires de 572,09 millions de dollars, contre 579,35 millions de dollars, un an plus tôt. La perte nette s’est élevée à 271,87 millions de dollars, contre un bénéfice net de 70,48 millions de dollars il y a un an. 

 

De son côté, le GMV du groupe Farfetch a augmenté de 1,2 % au deuxième trimestre pour atteindre 1 032,6 millions de dollars, tandis que les revenus ont diminué de 7,3 millions de dollars pour atteindre 572,1 millions de dollars, soit une baisse de 1,3 %.

 

Pour le semestre, le chiffre d’affaires s’est élevé à 1 128,48 millions de dollars, contre 1 094,15 millions de dollars il y a un an. La perte nette s’est quant à elle élevée à 443,79 millions de dollars, contre un bénéfice net de 804,81 millions de dollars l’année précédente.

 

Dans un communiqué, la société a déclaré que cette baisse trouve sa source dans une diminution de 42,2 % des revenus de la plateforme de marque, à 67,4 millions de dollars, ainsi que dans une chute de 15,1 % des revenus en magasin, à 22,7 millions de dollars. Ces baisses, ont toutefois selon la société été partiellement compensées par une augmentation des revenus de la plateforme numérique de 10,5 pour cent à 482 millions de dollars.

 

D’après José Neves, fondateur, président et directeur général de Farfetch : « Nos résultats du deuxième trimestre montrent que Farfetch se développe, devient plus efficace et exécute nos priorités stratégiques clés.”

Il ajoute “Nous avons également pris des mesures décisives pour nous adapter à l’environnement macroéconomique des 18 derniers mois. 2023 s’annonce comme une grande année pour Farfetch, avec une forte croissance du GMV, une rentabilité de l’EBITDA ajusté et un flux de trésorerie disponible positif.« 

 

Derrière cette tendance baissière, Farfetch aurait eu du mal à gérer ses stocks et a vu ses marges bénéficiaires se réduire dans un contexte de ralentissement économique aux États-Unis.

 

Les difficultés rencontrées par le leader du e-commerce de luxe pourrait être à l’origine d’une sortie de l’univers beauté de la société britannique. 

 

Une offre beauté remise en cause

 

Révélé par le média WWD, Farfetch a décidé de fermer sa division beauté  (produits de soin de la peau, capillaires et parfums) sur sa plateforme numérique, après seulement 18 mois d’existence. Ce nouvel univers avait pourtant été lancé en avril dernier suite à l’acquisition de Violet Grey, un détaillant spécialisé disposant d’une centaine de marques telles que Charlotte Tilbury et La Mer. 

 

La suppression de l’offre de produits parfums et cosmétiques suit la décision de la plateforme de revente de produits de luxe The RealReal de se retirer de l’univers beauté en mars dernier. Le site e-commerce avait toutefois précisé que ce type de produits ne représentait qu’une infime partie de son offre. 

Pour cette dernière, la manœuvre consiste à se recentrer sur son activité de consignation de produits de luxe et réaffecter les ressources de son activité directe.

 

Il faut dire que l’année dernière, de nombreuses plateformes se sont intéressées à ce segment prometteur de la beauté, évalué selon le cabinet McKinsey à 430 milliards de dollars (391 milliards d’euros). 

Dans le sillage de Farfetch et The RealReal, Moda Operandi et Best Buy se sont mis à vendre des produits de beauté, entraînant une saturation de l’offre. 

 

Toutefois, si The RealReal a choisi d’écouler ses stocks avant de fermer définitivement le segment, Farfetch a fait le choix de maintenir l’activité de Violet Grey en tant qu’entité indépendante au sein du groupe. 

 

La raison de désenchantement porte également sur les freins liés à l’acte d’achat à distance d’un produit de beauté. 

En effet, la clientèle beauté reste éprise de consultation en face en face et d’essayage en boutique auprès de marques à la réputation solidement établie. 

Pas de quoi permettre aux plateformes de développer leurs propres marques “distributeur” qui permettrait d’accroître marge et contrôle de l’image.

 

 

Lire aussi > Valentino se met à l’essayage virtuel grâce à Farfetch

Photo à la Une :  ©Presse [/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row njt-role= »not-logged-in »][vc_column][vc_column_text]

 

Le groupe londonien Farfetch vient de publier ses résultats pour le deuxième trimestre. Si le GMV de la plateforme de luxe (volume d’affaires) est en hausse, les bénéfices accusent une chute, suite à la décélération du marché américain, en prise avec l’inflation. Ce durcissement de l’environnement comme l’accentuation de la concurrence expliquent pour partie la volonté de ne plus distribuer de produits de beauté sur sa plateforme digitale.

 

Farfetch, un des leaders de l’e-commerce de mode et de luxe a publié le 30 juin dernier ses résultats pour le deuxième trimestre clos le 30 juin dernier. 

 

Le chiffre d’affaires enregistre une chute de 1,3% à 527 millions de dollars au cours des 3 mois précédant le 30 juin, en raison de la baisse des revenus de la plateforme et du revenu en magasin. 

 

Le GMV de la plateforme digitale et les revenus de la plateforme de service enregistrent respectivement une hausse de 7% et 10% d’une année sur l’autre. Farfetch salue également un record d’audience avec 4,1 millions de consommateurs actifs, en hausse de 7% par rapport à l’année précédente. A cela s’ajoute une extension de l’offre de 40% en comparable, totalisant un inventaire de 17 millions de produits unitaires, distribué par 1400 vendeurs (multi-marques et e-concession de marques). 

Une tendance baissière sur les revenus et bénéfices

 

Dans le détail, la société a déclaré un chiffre d’affaires de 572,09 millions de dollars, contre 579,35 millions de dollars, un an plus tôt. La perte nette s’est élevée à 271,87 millions de dollars, contre un bénéfice net de 70,48 millions de dollars il y a un an. 

 

De son côté, le GMV du groupe Farfetch a augmenté de 1,2 % au deuxième trimestre pour atteindre 1 032,6 millions de dollars, tandis que les revenus ont diminué de 7,3 millions de dollars pour atteindre 572,1 millions de dollars, soit une baisse de 1,3 %.

 

Pour le semestre, le chiffre d’affaires s’est élevé à 1 128,48 millions de dollars, contre 1 094,15 millions de dollars il y a un an. La perte nette s’est quant à elle élevée à 443,79 millions de dollars, contre un bénéfice net de 804,81 millions de dollars l’année précédente.

 

Dans un communiqué, la société a déclaré que cette baisse trouve sa source dans une diminution de 42,2 % des revenus de la plateforme de marque, à 67,4 millions de dollars, ainsi que dans une chute de 15,1 % des revenus en magasin, à 22,7 millions de dollars. Ces baisses, ont toutefois selon la société été partiellement compensées par une augmentation des revenus de la plateforme numérique de 10,5 pour cent à 482 millions de dollars.

 

D’après José Neves, fondateur, président et directeur général de Farfetch : « Nos résultats du deuxième trimestre montrent que Farfetch se développe, devient plus efficace et exécute nos priorités stratégiques clés.”

Il ajoute “Nous avons également pris des mesures décisives pour nous adapter à l’environnement macroéconomique des 18 derniers mois. 2023 s’annonce comme une grande année pour Farfetch, avec une forte croissance du GMV, une rentabilité de l’EBITDA ajusté et un flux de trésorerie disponible positif.« 

 

Derrière cette tendance baissière, Farfetch aurait eu du mal à gérer ses stocks et a vu ses marges bénéficiaires se réduire dans un contexte de ralentissement économique aux États-Unis.

 

Les difficultés rencontrées par le leader du e-commerce de luxe pourrait être à l’origine d’une sortie de l’univers beauté de la société britannique. 

 

Une offre beauté remise en cause

 

[…][/vc_column_text][vc_cta h2= »Cet article est réservé aux abonnés. » h2_font_container= »font_size:16″ h2_use_theme_fonts= »yes » h4= »Abonnez-vous dès maintenant ! » h4_font_container= »font_size:32|line_height:bas » h4_use_theme_fonts= »yes » txt_align= »center » color= »black » add_button= »right » btn_title= »JE M’ABONNE ! » btn_color= »danger » btn_size= »lg » btn_align= »center » use_custom_fonts_h2= »true » use_custom_fonts_h4= »true » btn_button_block= »true » btn_custom_onclick= »true » btn_link= »url:https%3A%2F%2Fluxus-plus

ed-italia.com.com%2Fabonnements-et-newsletter-2%2F||| »]Accédez en illimité à tous les articles et vivez une expérience de lecture inédite, contenus en avant première, newsletter exclusives…

Déjà un compte farmbrazil.com.br? Connectez-vous.[/vc_cta][vc_column_text]Photo à la Une : © Jacquemus[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row njt-role= »people-in-the-roles » njt-role-user-roles= »subscriber,customer »][vc_column][vc_column_text]

 

Le groupe londonien Farfetch vient de publier ses résultats pour le deuxième trimestre. Si le GMV de la plateforme de luxe (volume d’affaires) est en hausse, les bénéfices accusent une chute, suite à la décélération du marché américain, en prise avec l’inflation. Ce durcissement de l’environnement comme l’accentuation de la concurrence expliquent pour partie la volonté de ne plus distribuer de produits de beauté sur sa plateforme digitale.

 

Farfetch, un des leaders de l’e-commerce de mode et de luxe a publié le 30 juin dernier ses résultats pour le deuxième trimestre clos le 30 juin dernier. 

 

Le chiffre d’affaires enregistre une chute de 1,3% à 527 millions de dollars au cours des 3 mois précédant le 30 juin, en raison de la baisse des revenus de la plateforme et du revenu en magasin. 

 

Le GMV de la plateforme digitale et les revenus de la plateforme de service enregistrent respectivement une hausse de 7% et 10% d’une année sur l’autre. Farfetch salue également un record d’audience avec 4,1 millions de consommateurs actifs, en hausse de 7% par rapport à l’année précédente. A cela s’ajoute une extension de l’offre de 40% en comparable, totalisant un inventaire de 17 millions de produits unitaires, distribué par 1400 vendeurs (multi-marques et e-concession de marques). 

Une tendance baissière sur les revenus et bénéfices

 

Dans le détail, la société a déclaré un chiffre d’affaires de 572,09 millions de dollars, contre 579,35 millions de dollars, un an plus tôt. La perte nette s’est élevée à 271,87 millions de dollars, contre un bénéfice net de 70,48 millions de dollars il y a un an. 

 

De son côté, le GMV du groupe Farfetch a augmenté de 1,2 % au deuxième trimestre pour atteindre 1 032,6 millions de dollars, tandis que les revenus ont diminué de 7,3 millions de dollars pour atteindre 572,1 millions de dollars, soit une baisse de 1,3 %.

 

Pour le semestre, le chiffre d’affaires s’est élevé à 1 128,48 millions de dollars, contre 1 094,15 millions de dollars il y a un an. La perte nette s’est quant à elle élevée à 443,79 millions de dollars, contre un bénéfice net de 804,81 millions de dollars l’année précédente.

 

Dans un communiqué, la société a déclaré que cette baisse trouve sa source dans une diminution de 42,2 % des revenus de la plateforme de marque, à 67,4 millions de dollars, ainsi que dans une chute de 15,1 % des revenus en magasin, à 22,7 millions de dollars. Ces baisses, ont toutefois selon la société été partiellement compensées par une augmentation des revenus de la plateforme numérique de 10,5 pour cent à 482 millions de dollars.

 

D’après José Neves, fondateur, président et directeur général de Farfetch : « Nos résultats du deuxième trimestre montrent que Farfetch se développe, devient plus efficace et exécute nos priorités stratégiques clés.”

Il ajoute “Nous avons également pris des mesures décisives pour nous adapter à l’environnement macroéconomique des 18 derniers mois. 2023 s’annonce comme une grande année pour Farfetch, avec une forte croissance du GMV, une rentabilité de l’EBITDA ajusté et un flux de trésorerie disponible positif.« 

 

Derrière cette tendance baissière, Farfetch aurait eu du mal à gérer ses stocks et a vu ses marges bénéficiaires se réduire dans un contexte de ralentissement économique aux États-Unis.

 

Les difficultés rencontrées par le leader du e-commerce de luxe pourrait être à l’origine d’une sortie de l’univers beauté de la société britannique. 

 

Une offre beauté remise en cause

 

[…][/vc_column_text][vc_cta h2= »Cet article est réservé aux abonnés. » h2_font_container= »tag:h2|font_size:16|text_align:left » h2_use_theme_fonts= »yes » h4= »Abonnez-vous dès maintenant ! » h4_font_container= »tag:h2|font_size:32|text_align:left|line_height:bas » h4_use_theme_fonts= »yes » txt_align= »center » color= »black » add_button= »right » btn_title= »JE M’ABONNE ! » btn_color= »danger » btn_size= »lg » btn_align= »center » use_custom_fonts_h2= »true » use_custom_fonts_h4= »true » btn_button_block= »true » btn_custom_onclick= »true » btn_link= »url:https%3A%2F%2Fluxus-plus.com%2Fen%2Fabonnements-et-newsletter-2-2%2F||| »]Accédez en illimité à tous les articles et vivez une expérience de lecture inédite, contenus en avant première, newsletter exclusives…

Déjà un compte ? Connectez-vous.[/vc_cta][vc_column_text]Photo à la Une :  © Presse[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row]

Picture of Victor Gosselin
Victor Gosselin
Victor Gosselin est journaliste spécialisé luxe, RH, tech, retail et consultant éditorial. Diplômé de l’EIML Paris, il évolue depuis 9 ans dans le luxe. Féru de mode, d’Asie, d’histoire et de long format, cet ex-Welcome To The Jungle et Time To Disrupt aime analyser l’info sous l’angle sociologique et culturel.

Inscription à notre Newsletter

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir nos émissions et articles en avant-première !

Newletter Luxus Plus