Vous lisez en ce moment
Crise du Covid-19 : Faut-il s’inquiéter (ou non) pour Arnault (LVMH) et Pinault (Kering)?

Crise du Covid-19 : Faut-il s’inquiéter (ou non) pour Arnault (LVMH) et Pinault (Kering)?

Le PDG de Kering, François-Henri Pinault, vient d’annoncer dans un communiqué paru ce vendredi 10 avril avoir décidé de diminuer son salaire fixe de 25%. De son côté, Forbes, qui a publié un classement des plus grandes fortunes mondiales le 7 avril dernier, a révélé que Bernard Arnault, troisième fortune mondiale et PDG de LVMH, avait perdu au total 14 milliards d’euros sur les marchés-actions. Analyse.

 

Les grandes fortunes, dont les capitaux sont investis sur les marchés-actions et notamment dans les entreprises qu’elles dirigent ou dont elles sont les principales actionnaires, sont fortement impactées par la récession actuelle estimée pour 2020 à 6% du PIB par Bruno Le Maire, ministre de l’économie.

 

C’est le cas des deux dirigeants du luxe et de leurs groupes qui accusent ainsi une double peine.

 

De fin janvier à fin mars, les actions de LVMH sont en effet passées de 87 dollars à 74 dollars selon un rapport de l’Institut de recherche Hurun.

 

Conséquence : la fortune du Français Bernard Arnault, PDG de LVMH est passée de 91,7 milliards d’euros à 76 milliards de dollars, selon la 34e édition du classement annuel des milliardaires dans le monde, que vient de dévoiler Forbes.

 

Le classement montre en effet qu’en raison de la dégradation de l’économie, “de nombreux milliardaires valent quelques centaines de millions de dollars de moins”, que certains “ont disparu de la liste” et qu’il y a “moins de milliardaires aujourd’hui qu’il y a un an”.

 

De son côté Kering vient de publier un communiqué dans lequel il a annoncé que son PDG François-Henri Pinault,  dont la fortune est estimée à 6,8 milliards d’euros, avait décidé de diminuer son salaire fixe de 25% à compter du 1er avril et ceci jusqu’à la fin l’année.

 

Le groupe de luxe précise que son directeur général délégué, Jean-François-Palus, et lui-même ont renoncé à la totalité de leur rémunération variable annuelle pour 2020.

 

A l’occasion de la publication de ses résultats annuels pour 2019 le 28 mars, LVMH avait annoncé ne pas pouvoir encore chiffrer les conséquences globales de la pandémie sur les maisons qui lui appartiennent. Mais, le communiqué précisait que si le chiffre des ventes consolidées n’est pas connu aujourd’hui « On peut raisonnablement supposer qu’il baissera dans une fourchette comprise entre 10 et 20 % par rapport à l’an dernier». Le groupe réalisera un point de situation le 16 avril prochain.

Voir aussi


 

Kering envisageait quant à lui le 20 mars une baisse de 15% de son chiffre d’affaires au premier trimestre 2020, un très fort impact sur son chiffre d’affaires du second trimestre et une marge opérationnelle courante au titre du premier semestre en net recul.

 

Cette situation n’empêche pas les géants du luxe de s’être mobilisés dans la lutte contre le Covid-19. LVMH a notamment converti ses unités de production de parfums françaises et italiennes (Christian Dior, Guerlain et Givenchy, Bulgari) pour qu’elles produisent du gel hydroalcoolique à destination des hôpitaux et fait fabriquer des masques dans les ateliers de Louis Vuitton. Kering a fait acheminer depuis la Chine trois millions de masques chirurgicaux à destination des services de santé français et a réalisé une donation financière exceptionnelle à l’Institut Pasteur afin de soutenir la recherche sur le coronavirus. Les ateliers français des maisons Balenciaga et Saint Laurent se préparent également à la fabrication de masques.

 

 

 

 

Photo à la une : François-Henri Pinault, Bernard Arnault © Wikipedia

Comment avez vous trouvez l'article ?
Excited
0
Happy
1
In Love
0
Not Sure
0
Silly
0

COPYRIGHT 2020 LUXUS + ALL RIGHTS RESERVED

Revenir en haut