CAC 40 : la Bourse de Paris rebondit grâce aux banques et au luxe

[vc_row njt-role= »people-in-the-roles » njt-role-user-roles= »administrator,editor,author,armember »][vc_column][vc_column_text]

Quelques semaines après la chute de la Silicon Valley Bank (SVB), les index boursiers, et notamment le CAC 40, connaissent une timide hausse grâce aux banques et au secteur du luxe. Les craintes sur le système financier semblent s’être apaisées, mais il est toujours jugé fragile. Alors qu’un risque de récession plane Outre-Atlantique, les estimations de résultats devraient être révisées.

 

Presque un retour à la normale. La Bourse de Paris continue de rebondir après avoir enregistré un gain de 0,9% lundi. Aux alentours de 9h15, ce mardi, le CAC 40 affichait une hausse de 0,74% à 7 130,42 points.

 

Les inquiétudes de contagion liées à la faillite de la Silicon Valley Bank (SVB) et à l’acquisition de Credit Suisse semblent s’être atténuées pour l’instant. Mais bien que le marché ait effacé ses pertes de vendredi, il reste fragile et susceptible de réagir négativement à la moindre mauvaise nouvelle.

 

Cette tendance à la hausse est notamment soutenue par les banques. BNP Paribas, Crédit Agricole et Société Générale connaissent des progressions allant de 1,6% à 2,4%. De même, le secteur du luxe connait une hausse de ses valeurs, LVMH (+0,72%) et Dior (+0,63%) qui atteignant ainsi de nouveaux records.

 

Les grandes entreprises industrielles bénéficient de la croissance en France, qui a permis de réduire la dette publique. Le déficit public a ainsi diminué plus que prévu et s’élève désormais à 4,7% du PIB. Alstom et Saint-Gobain affichent ainsi une augmentation de plus de 2%, tandis que Valeo enregistre une augmentation de 2,6%. L’équipementier automobile français a déposé l’année dernière  588 demandes de brevets, selon le baromètre annuel de l’Office européen des brevets publié ce mardi. Il s’agit ainsi du plus grand nombre de demandes parmi les entreprises françaises.

 

La faillite de SVB dans tous les esprits

 

Les autorités de régulation ont apporté leur soutien au rachat d’une grande partie des dépôts et prêts de Silicon Valley Bank (SVB) par First Citizens Bank, ce qui a apaisé quelque peu les marchés. De plus, les autorités américaines envisagent de prolonger la garantie des dépôts pour permettre à First Republic Bank de consolider son bilan.

 

 Michael Barr, vice-Président de la Fed et Martin Gruenberg, dirigeant de la FDIC, l’organisme de garantie des dépôts bancaires, ont assuré que le système financier est « solide et résilient ». Les régulateurs seront interrogés aujourd’hui à partir de 16 heures par la commission bancaire du Sénat américain, afin d’évoquer la situation de SVB, plus de deux semaines après sa faillite.

 

Risques de récession Outre-Atlantique

 

Mais les banques centrales pourraient être contraintes de poursuivre leur politique de resserrement monétaire pour endiguer l’inflation, ce qui fait planer sur le marché un risque de récession  outre-Atlantique. Le rendement de l’emprunt américain à deux ans est repassé sous la barre des 4%, à 3,9733%, mais reste au-dessus de celui de l’échéance à 10 ans, qui est à 3,5270%. Cette inversion de la courbe est souvent annonciatrice d’une récession à venir.

 

La Fed va « maintenir les taux à un niveau élevé parce que c’est le seul outil dont elle dispose, le seul dont elle sait qu’il provoquera un ralentissement de l’économie et une réduction de l’inflation », a commenté Cheryl Smith, de Trillium Asset Management, sur Bloomberg Radio.

 

Les analystes de Morgan Stanley prévoient ainsi une baisse de la valorisation des actions et des estimations de résultats, en raison de l’anticipation d’une récession qui devrait limiter le potentiel de croissance du marché.

 

 

Lire aussi >Faillite de la banque SVB : se dirige-t-on vers une nouvelle crise financière ?

Photo à la Une : © Presse[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row njt-role= »not-logged-in »][vc_column][vc_column_text]

Quelques semaines après la chute de la Silicon Valley Bank (SVB), les index boursiers, et notamment le CAC 40, connaissent une timide hausse grâce aux banques et au secteur du luxe. Les craintes sur le système financier semblent s’être apaisées, mais il est toujours jugé fragile. Alors qu’un risque de récession plane Outre-Atlantique, les estimations de résultats devraient être révisées.

 

Presque un retour à la normale. La Bourse de Paris continue de rebondir après avoir enregistré un gain de 0,9% lundi. Aux alentours de 9h15, ce mardi, le CAC 40 affichait une hausse de 0,74% à 7 130,42 points.

 

Les inquiétudes de contagion liées à la faillite de la Silicon Valley Bank (SVB) et à l’acquisition de Credit Suisse semblent s’être atténuées pour l’instant. Mais bien que le marché ait effacé ses pertes de vendredi, il reste fragile et susceptible de réagir négativement à la moindre mauvaise nouvelle.

 

Cette tendance à la hausse est notamment soutenue par les banques. BNP Paribas, Crédit Agricole et Société Générale connaissent des progressions allant de 1,6% à 2,4%. De même, le secteur du luxe connait une hausse de ses valeurs, LVMH (+0,72%) et Dior (+0,63%) qui atteignant ainsi de nouveaux records.

 

Les grandes entreprises industrielles bénéficient de la croissance en France, qui a permis de réduire la dette publique. Le déficit public a ainsi diminué plus que prévu et s’élève désormais à 4,7% du PIB. Alstom et Saint-Gobain affichent ainsi une augmentation de plus de 2%, tandis que Valeo enregistre une augmentation de 2,6%. L’équipementier automobile français a déposé l’année dernière  588 demandes   de brevets, selon le baromètre annuel de l’Office européen des brevets publié ce mardi. Il s’agit ainsi du plus grand nombre de demandes parmi les entreprises françaises.

 

La faillite de SVB dans tous les esprits

[…][/vc_column_text][vc_cta h2= »Cet article est réservé aux abonnés. » h2_font_container= »tag:h2|font_size:16|text_align:left » h2_use_theme_fonts= »yes » h4= »Abonnez-vous dès maintenant ! » h4_font_container= »tag:h2|font_size:32|text_align:left|line_height:bas » h4_use_theme_fonts= »yes » txt_align= »center » color= »black » add_button= »right » btn_title= »JE M’ABONNE ! » btn_color= »danger » btn_size= »lg » btn_align= »center » use_custom_fonts_h2= »true » use_custom_fonts_h4= »true » btn_button_block= »true » btn_custom_onclick= »true » btn_link= »url:https%3A%2F%2Fluxus-plus.com%2Fnouveaux-abonnements-et-newsletter%2F »]Accédez en illimité à tous les articles et vivez une expérience de lecture inédite, contenus en avant première, newsletter exclusives…

Déjà un compte ? Connectez-vous.[/vc_cta][vc_column_text]Photo à la Une : © Presse[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row njt-role= »people-in-the-roles » njt-role-user-roles= »subscriber,customer »][vc_column][vc_column_text]

Quelques semaines après la chute de la Silicon Valley Bank (SVB), les index boursiers, et notamment le CAC 40, connaissent une timide hausse grâce aux banques et au secteur du luxe. Les craintes sur le système financier semblent s’être apaisées, mais il est toujours jugé fragile. Alors qu’un risque de récession plane Outre-Atlantique, les estimations de résultats devraient être révisées.

 

Presque un retour à la normale. La Bourse de Paris continue de rebondir après avoir enregistré un gain de 0,9% lundi. Aux alentours de 9h15, ce mardi, le CAC 40 affichait une hausse de 0,74% à 7 130,42 points.

 

Les inquiétudes de contagion liées à la faillite de la Silicon Valley Bank (SVB) et à l’acquisition de Credit Suisse semblent s’être atténuées pour l’instant. Mais bien que le marché ait effacé ses pertes de vendredi, il reste fragile et susceptible de réagir négativement à la moindre mauvaise nouvelle.

 

Cette tendance à la hausse est notamment soutenue par les banques. BNP Paribas, Crédit Agricole et Société Générale connaissent des progressions allant de 1,6% à 2,4%. De même, le secteur du luxe connait une hausse de ses valeurs, LVMH (+0,72%) et Dior (+0,63%) qui atteignant ainsi de nouveaux records.

 

Les grandes entreprises industrielles bénéficient de la croissance en France, qui a permis de réduire la dette publique. Le déficit public a ainsi diminué plus que prévu et s’élève désormais à 4,7% du PIB. Alstom et Saint-Gobain affichent ainsi une augmentation de plus de 2%, tandis que Valeo enregistre une augmentation de 2,6%. L’équipementier automobile français a déposé l’année dernière  588 demandes   de brevets, selon le baromètre annuel de l’Office européen des brevets publié ce mardi. Il s’agit ainsi du plus grand nombre de demandes parmi les entreprises françaises.

 

La faillite de SVB dans tous les esprits

[…][/vc_column_text][vc_cta h2= »Cet article est réservé aux abonnés. » h2_font_container= »tag:h2|font_size:16|text_align:left » h2_use_theme_fonts= »yes » h4= »Abonnez-vous dès maintenant ! » h4_font_container= »tag:h2|font_size:32|text_align:left|line_height:bas » h4_use_theme_fonts= »yes » txt_align= »center » color= »black » add_button= »right » btn_title= »JE M’ABONNE ! » btn_color= »danger » btn_size= »lg » btn_align= »center » use_custom_fonts_h2= »true » use_custom_fonts_h4= »true » btn_button_block= »true » btn_custom_onclick= »true » btn_link= »url:https%3A%2F%2Fluxus-plus.com%2Fnouveaux-abonnements-et-newsletter%2F »]Accédez en illimité à tous les articles et vivez une expérience de lecture inédite, contenus en avant première, newsletter exclusives…

Déjà un compte ? Connectez-vous.[/vc_cta][vc_column_text]Photo à la Une : ©Presse[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row]

La rédaction
La rédaction
Grâce à une veille accrue et à une excellente connaissance de ces secteurs, la rédaction de Luxus + décrypte pour ses lecteurs les principaux enjeux économiques et technologiques de la mode, l’horlogerie, la joaillerie, la gastronomie, les parfums et cosmétiques, l’hôtellerie, et l’immobilier de prestige.

Inscription à notre Newsletter

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir nos émissions et articles en avant-première !

Offre de lancement:

Votre participation à la Masterclass Camille Fournet réservée aux abonnés annuels !

Newletter Luxus Plus