Pernod Ricard et Remy Cointreau confrontés à une enquête anti-dumping en Chine

Une enquête anticoncurrentielle chinoise cible les importations d’alcools de l’UE dans l’Empire du milieu après à une plainte de l’Association chinoise des boissons alcoolisées. Suite à cette annonce vendredi 5 janvier, les marchés financiers ont vivement réagi, avec des baisses notables des valeurs des marques européennes de spiritueux. Cette enquête, sur fond de tensions sino-européennes, soulève des préoccupations quant aux relations économiques cruciales entre la Chine et les producteurs de spiritueux français.

 

La Chine a récemment annoncé le lancement d’une enquête antitrust sur les importations d’alcools en provenance de l’Union européenne, en particulier sur « l’eau-de-vie obtenue par distillation de vin de raisin dans des récipients d’une contenance inférieure à 200 litres ».

 

Cette démarche fait suite à une plainte déposée par l’Association chinoise des boissons alcoolisées, représentant l’industrie locale des eaux-de-vie de vin.

 

Les conséquences de cette enquête, initiée par le ministère chinois du Commerce, se sont déjà fait ressentir sur les marchés financiers, avec une baisse significative des valeurs des groupes de spiritueux. À la Bourse de Paris, vendredi 5 janvier, Remy Cointreau enregistrait la plus forte chute du SBF 120, cédant 12,16%, tandis que Pernod Ricard, moins concentré sur les eaux-de-vie de vin, abandonnait 5,48%. Le géant du luxe LVMH, commercialisant le cognac Hennessy, perdait également 2,21%.

 

À Londres, le groupe Diageo, spécialisé dans les spiritueux, enregistrait une baisse de 2,35%.

 

Contexte diplomatique aggravant

 

L’enquête chinoise intervient dans un contexte de tensions croissantes entre la Chine et l’Union européenne. La Chine avait adopté une méthode similaire en 2013 lors d’une enquête sur les importations de vins en provenance de l’UE, en réponse à des projets de droits de douane européens sur les panneaux photovoltaïques chinois.

 

Les analystes estiment que la Chine cherche à faire pression sur l’UE, notamment la France, en ciblant les exportations de brandy conditionné dans des récipients de moins de 200 litres. La Chine importe pour 1,57 milliard de dollars de spiritueux issus de la distillation du vin de raisin en 2023, la France représentant 99,8% de toutes les exportations de brandy de l’UE.

 

La Chine représente un marché crucial pour les groupes de spiritueux français, avec 10% des ventes de Pernod Ricard et 30% pour Remy Cointreau. Cependant, face à cette enquête, les entreprises restent discrètes. Remy Cointreau n’a pas souhaité faire de commentaires, et Pernod Ricard ainsi que LVMH n’étaient pas disponibles immédiatement pour réagir.

 

Les experts unanimes

 



Pour continuer à lire cet article, abonnez-vous ou connectez-vous à votre espace abonné

Découvrez nos offres

Je m'abonne pour 1€

Devenez un membre actif de la communauté des leaders du luxe.


 

Lire aussi>VINS ET SPIRITUEUX : PERNOD RICARD DANS LA TOURMENTE EN INDE

Photo à la Une : © Remy Cointreau

Picture of Hugues Reydellet
Hugues Reydellet
Hugues Reydellet est un jeune journaliste passionné, dont les sujets de prédilection sont l'économie, la culture, la gastronomie, mais aussi l'automobile et le sport. Avec une plume acérée et une curiosité insatiable, Hugues est constamment à la recherche de nouvelles informations brûlantes à rapporter.

Inscription à notre Newsletter

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir nos émissions et articles en avant-première !

Offre de lancement:

Votre participation à la Masterclass Camille Fournet réservée aux abonnés annuels !

Newletter Luxus Plus