Vous lisez en ce moment
Watches and Wonders aux prises avec les retombées du conflit Russie-Ukraine

Watches and Wonders aux prises avec les retombées du conflit Russie-Ukraine

Alors que de nombreux pays ont pris des sanctions face à la Russie, prenant position contre le conflit qui l’oppose à l’Ukraine, l’impact se fait sentir sur le marché de l’horlogerie.

 

Les horlogers suisses se réunissent à Genève cette semaine pour Watches and Wonders, leur premier grand événement professionnel depuis trois ans . Ils doivent néanmoins faire face à l’impact des sanctions imposées aux oligarques russes.

 

L’année dernière, la Russie n’était que le 17ème marché pour les exportations horlogères suisses, mais la gestion des affaires et des relations avec les clients pendant une période aussi sensible figurait en tête de liste des priorités. En effet, les sanctions à l’encontre de la Russie et l’interdiction d’exporter des produits de luxe ont amené les marques à fermer leurs magasins sur le territoire et à cesser leurs exportations vers le pays.

 

Les Russes représentent environ 2 à 3 % des dépenses mondiales en matière de luxe, soit environ 7 milliards d’euros, éclipsés par les États-Unis et la Chine, selon Claudia D’Arpizio, associée principale et responsable de la mode et du luxe au cabinet de conseil Bain. « Il s’agit de clients fidèles qui achètent chaque année et qui, je pense, entretiennent des relations solides avec certaines de ces marques à un niveau personnel » , a-t-elle noté.

 

Les détaillants russes n’ont pas pu assister au salon, selon Thierry Stern, directeur de Patek Philippe, qui travaille avec le grand détaillant de luxe russe Mercury Group.

 

Le groupe Richemont a déclaré qu’il avait cessé d’acheter des diamants russes, mais qu’il était convaincu de pouvoir s’en procurer ailleurs. La marque Oris, quant à elle, a expliqué qu’elle avait mis en attente ses projets d’expansion en Russie avec un nouveau partenaire détaillant. « Mais nous ne devons pas oublier qu’il y a aussi des gens là-bas, des familles dont l’existence est menacée » , expliquait à Reuters le co-PDG Rolf Studer, précisant que de nombreuses marques avaient des relations de longue date avec des partenaires russes.

Voir aussi

 

 

Lire aussi > WATCHES AND WONDERS 2022 : QUELLES MONTRES SERONT PRÉSENTÉES AU SALON DE L’HORLOGERIE DE GENÈVE ?

 

Photo à la Une : © Watches and Wonders

Comment avez vous trouvez l'article ?
Excited
0
Happy
0
In Love
0
Not Sure
0
Silly
0

COPYRIGHT 2021 LUXUS + ALL RIGHTS RESERVED

Revenir en haut