Vous lisez en ce moment
Volkswagen met fin au rumeurs d’une quelconque vente de Ducati et Lamborghini

Volkswagen met fin au rumeurs d’une quelconque vente de Ducati et Lamborghini

Lundi 14 décembre, Volkswagen, à l’issue de son conseil de surveillance, a annoncé la conservation de Ducati et de Lamborghini au sein de son groupe. Cette annonce s’est faite en parallèle de la décision du conseil, de garder Herbert Diess à la tête de Volkswagen. 

 

Volkswagen compte à ce jour de nombreuses marques dans son portefeuille, que ce soit en terme de bas de gamme avec Seat, de moyen de gamme avec Volkswagen, ou encore du luxe avec Audi, Bugatti, Porsche, Lamborghini, Bentley, Ducati. 

 

Cela fait quelques années que des bruits de couloir, par ailleurs entretenus par le patron du groupe allemand, circulent au sujet d’une éventuelle cession de deux de ses marques emblématiques : Ducati et Lamborghini. Le patron a d’ailleurs évoqué le mois dernier une remise en question de ces marques au sein de l’entreprise. 

 

Herbert Diess avait émis cette possibilité dans le cadre d’un projet de restructuration du groupe Volkswagen qui consistait à obtenir davantage de financements pour investir massivement dans l’électrique et la connectivité. En effet celui-ci, arrivé à la tête du groupe en 2018, n’avait pas attendu pour faire part de ses intentions en terme de changement de stratégie : mettre fin au Dieselgate et lancer Volkswagen dans l’ère de l’électrique et de la digitalisation pour rattraper Tesla. 

 

Contre toute attente Volkswagen met enfin les choses au clair et affirme ne pas se séparer de Ducati et de Lamborghini malgré le fait que les deux marques soient encore très dépendantes des moteurs thermiques et mettent du temps à se tourner vers l’hybridation. Même si la décision en étonne plus d’un après avoir entendu de nombreuses rumeurs, rumeurs confirmées à plusieurs reprises par le dirigeant, le groupe n’a pas donné davantage de détails. 

 

En revanche il y a un constat à faire : pas de nouvelles concernant l’avenir de Buggati qui avait également fait l’objet de ces rumeurs en Automne, la marque ne subirait donc peut-être pas le même sort que ses voisines. Une cession auprès du constructeur Rimac avait été évoquée.

 

Bentley en revanche rejoint le contrôle d’Audi à partir du 1 er mars 2021 ce qui lui permettra d’atteindre ses objectifs de reconversion en marque 100 % électrique bien plus rapidement. 

 

« Dans les prochaines années, nous allons continuer à investir » dans la voiture du futur « et baisser en parallèle considérablement les coûts fixes et des matériaux chez toutes les marques et dans toutes les régions » avait-il ainsi énoncé. 

 

Cette stratégie n’a pas été approuvée par tous et c’est pour cela que la place du patron du grand groupe allemand avait été remis en cause il y a quelques mois. En juin dernier les attaques multiples des syndicats ont porté leurs fruits et ont ainsi retiré la direction directe de Volkswagen à Herbert Diess. 

 

Voir aussi


Mais au détriment des syndicats, le patron de Volkswagen reprend les rênes grâce à au soutient unanime du conseil de surveillance qui par ailleurs approuve totalement la nouvelle stratégie mis en place par celui-ci. Une possible démission écartée, Herbert Diess est revenu en force en fixant la composition du directoire financier et technique. En revanche, le patron qui espérait voir son contrat renouveler prématurément n’est pas parvenu à convaincre le conseil de son prolongement de son contrat après 2023. 

 

Ce projet de transformation appelée “Together 25” sera donc dirigé par une toute nouvelle équipe et comme dit ci-dessus l’attribution des postes revient aux hommes d’Hebert Diess : Arno Antlitz endossera le poste de directeur financier de la filiale Audi après le départ de Frank Witter fin juin 2021. Dès le début de l’année prochaine Thomas Schmall sera à la tête de la filiale Volkswagen Components en tant que directeur technique. Pour terminer le poste de responsable des achats du groupe entier sera occupé par Murat Aksel. 

 

Il était donc temps que les agitations dans le groupe tirent leur chapeau afin que ce dernier puisse se concentrer sur la concurrence qui est loin d’être absente. Cela fait déjà un moment que les marques concurrentes telles que Mercedes et Tesla jouent dans la mobilité électrique et connectée, alors pourquoi tant de vétos face à la décision d’Herbert Diess de rentrer dans la compétition ?

 

Lire aussi > LA DIFFICILE TRANSITION DES VOITURES DE LUXE VERS LE TOUT-ELECTRIQUE

 

Photo à la Une : © Volkswagen

Comment avez vous trouvez l'article ?
Excited
0
Happy
0
In Love
0
Not Sure
0
Silly
0

COPYRIGHT 2021 LUXUS + ALL RIGHTS RESERVED

Revenir en haut