[Point Bourse] Stabilité à Paris malgré les défis économiques mondiaux

Ce vendredi, la Bourse de Paris maintient une stabilité apparente malgré les défis économiques mondiaux. Alors que la fermeture jeudi de Wall Street, la crise budgétaire en Allemagne et les préoccupations liées à la Chine influent sur les marchés, les investisseurs restent attentifs aux indicateurs économiques et aux évolutions géopolitiques.

 

La Bourse de Paris a ouvert de manière stable ce vendredi, affichant une légère baisse de 0,04%. Vers 13 heures 30, l’indice CAC 40 se maintenait à l’équilibre, augmentant de 0,18% pour atteindre 7 290,47 points.

 

Cette stabilité fait suite à une progression de 0,24% la veille, portant le gain total du CAC 40 à 0,65% depuis le début de la semaine.

 

En France, les créations d’entreprises ont enregistré un recul de 1,4% en octobre, principalement en raison d’une baisse des immatriculations de micro-entrepreneurs, selon l’Insee.

 

Retour de Wall Street

 

La fermeture de Wall Street jeudi, en raison de la célébration de Thanksgiving, s’est fait ressentir à l’échelle mondiale avec des volumes d’échanges en baisse. Ce vendredi, la Bourse de New York reprend ses activités pour une demi-séance. Elle fermera ses portes à 19 heures (heure de Paris), soit trois heures plus tôt que d’ordinaire, en raison du Black Friday qui marque le début des achats de Noël.

 

La période actuelle pose des questions sur la résilience de la consommation américaine. Malgré la résistance observée jusqu’à présent, des signes de faiblesse apparaissent, avec une légère baisse des ventes au détail en octobre et une diminution de la confiance des consommateurs.

 

Les investisseurs adoptent donc une attitude attentiste, avant « la publication des PMIs (l’indice manufacturier) américains qui pourraient signaler une nouvelle décélération économique à même de rassurer la banque centrale américaine » (Fed), estime John Plassard, spécialiste de l’investissement chez Mirabaud.

 

Crise budgétaire en Allemagne

 

En Europe, les investisseurs ont pris connaissance des chiffres définitifs de l’Office fédéral de la statistique, confirmant une contraction de 0,1% de l’économie allemande au troisième trimestre par rapport au deuxième. Cette baisse est attribuée à la crise énergétique impactant le secteur manufacturier. La correction de la baisse du PIB s’établit à 0,4% en rythme annuel, modifiant la précédente estimation de -0,3%.

 

Le pays se prépare à suspendre, pour la quatrième année consécutive, sa règle de stricte limitation du déficit public, pour tenter de résoudre une crise budgétaire et politique nationale. La nouvelle, tombée la veille, « a fait chuter les taux obligataires allemands », a observé Ipek Ozkardeskaya, analyste de Swissquote Bank.

 

En Allemagne, l’indicateur IFO du climat des affaires pour le mois de novembre figure aussi à l’agenda de vendredi.

 

« L’économie allemande est devenue l’un des retardataires de la croissance dans la zone euro. Avec les vents contraires cycliques et structurels, la répercussion en cours du resserrement de la politique monétaire de la BCE, l’absence de renversement du cycle des stocks et les incertitudes géopolitiques, il est difficile de voir la stagnation économique de l’Allemagne s’arrêter de sitôt », commente le responsable de la macroéconomie d’ING, Carsten Brzeski.

 

Préoccupations en Chine et impact sur le Luxe

 

Les investisseurs restent attentifs aux évolutions géopolitiques au Moyen-Orient, notamment avec la trêve entre Israël et le Hamas dans la bande de Gaza, marquant une première étape vers la fin des hostilités après des semaines de conflit.

 

Mais c’est bien à cause de la Chine que les investisseurs expriment des inquiétudes, à cause du ralentissement des grandes entreprises du pays. Les marchés boursiers affichaient des baisses significatives hier, jeudi 23 novembre, avec une diminution de 0,68% à Shanghai et de 1,96% à Hong Kong. Ces fluctuations ont eu un impact en France, influençant les cours des actions sensibles au marché chinois, notamment dans le secteur du luxe.

 



Pour continuer à lire cet article, abonnez-vous ou connectez-vous à votre espace abonné

Découvrez nos offres

Je m'abonne pour 1€

Devenez un membre actif de la communauté des leaders du luxe.

Luxus+ Abonnement Digital + Papier

 

Lire aussi>LA BOURSE DE PARIS ENREGISTRE UNE SEMAINE DE HAUSSE DANS UN CONTEXTE DE RALENTISSEMENT INFLATIONNISTE

Photo à la Une : ©Wikipédia

Hugues Reydellet
Hugues Reydellet
Hugues Reydellet est un jeune journaliste passionné, dont les sujets de prédilection sont l'économie, la culture, la gastronomie, mais aussi l'automobile et le sport. Avec une plume acérée et une curiosité insatiable, Hugues est constamment à la recherche de nouvelles informations brûlantes à rapporter.

Inscription à notre Newsletter

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir nos émissions et articles en avant-première !

Offre de lancement:

Votre participation à la Masterclass Camille Fournet réservée aux abonnés annuels !

Newletter Luxus Plus