Saks et Neiman Marcus de nouveau en discussion pour un potentiel rapprochement

Neiman Marcus aurait rejeté la dernière offre de rachat proposée par Hudson Bay Company (HBC),  propriétaire des grands magasins de luxe Saks Fifth Avenue. Pour autant, les discussions se poursuivent et pourraient mener à une fusion courant 2024.

 

Neiman Marcus aurait rejeté la dernière offre du groupe canadien Hudson Bay Company (HBC), propriétaire de Saks Fifth Avenue et valorisant l’entreprise originaire de Dallas à 3 milliards de dollars, selon un article du Wall Street Journal, paru vendredi dernier.

 

C’est la troisième fois en dix ans que le groupe HBC propose un accord à son rival Neiman Marcus, après moults tentatives.

 

Les deux distributeurs étaient déjà en discussion en 2005, Neiman Marcus demandait alors 5,1 milliards de dollars, un prix jugé trop élevé par HBC. Les tractations reprennent en 2017. Toutefois, la dette de 5 milliards de dollars de Neiman Marcus, suite à deux rachats successifs, avait rendu impossible un tel rapprochement à l’époque.

 

De nouvelles négociations pour sortir de la crise

 

Symptômes de la crise qui touche la plupart des grands magasins et autres distributeurs américains depuis le milieu des années 2010 les deux groupes sont en souffrance. 

 

Leurs derniers exercices respectifs témoignent de cette situation, accentuée par le ralentissement de l’économie américaine.

 

Ainsi, Neiman Marcus a vu ses ventes dévisser de 8% à 948 millions de dollars au cours du trimestre clos le 28 octobre. De son côté, Saks Fifth Avenue a vu son volume d’affaires chuter de 11% tant pour son activité e-commerce que sa distribution physique, sur les trois derniers mois clôturés le 30 juillet.

 

Sous l’effet conjugué des confinements qui ont drastiquement diminué le trafic en magasin et de la dette contractée par deux acquéreurs successifs – Ares Management et Canada Pension Plan Investment – Neiman Marcus s’est déclaré en faillite en 2020.

 

Le groupe présente néanmoins des bases plus solides. Parvenu à sortir du statut du Chapitre 11 (loi sur les faillites aux Etats-Unis, ndlr) en septembre 2020, Neiman Marcus a réussi à éliminer 4 milliards de dollars de dettes ainsi que 200 millions de dollars de charge d’intérêts annuels.

 

De son côté, Saks Fifth Avenue a retardé le paiement de certains fournisseurs afin de sécuriser sa trésorerie. Sa maison mère, HBC, qui possède également la chaîne de grands magasins Hudson Bay, a récemment levé 340 millions de dollars, en vendant des actifs immobiliers, afin de consolider ses points de vente.

 

De plus, Saks Fifth Avenue a fait le choix de l’exclusivité. Ainsi, en avril dernier, le grand magasin de luxe a décidé d’étendre son programme Saks Limitless à tout l’écosystème Saks.

 

Un meilleur pouvoir de négociation à la clé

Pour continuer à lire cet article, abonnez-vous ou connectez-vous à votre espace abonné

Découvrez nos offres

Je m'abonne pour 1€

Devenez un membre actif de la communauté des leaders du luxe.

Luxus+ Abonnement Digital + Papier

 

Lire aussi > LE THAÏLANDAIS CENTRAL GROUP ACQUIERT LES MAGASINS SELFRIDGES

 

Photo à la Une : © Neiman Marcus – Saks Fifth Avenue

Victor Gosselin
Victor Gosselin
Victor Gosselin est journaliste spécialisé luxe, RH, tech, retail et consultant éditorial. Diplômé de l’EIML Paris, il évolue depuis 9 ans dans le luxe. Féru de mode, d’Asie, d’histoire et de long format, cet ex-Welcome To The Jungle et Time To Disrupt aime analyser l’info sous l’angle sociologique et culturel.

Inscription à notre Newsletter

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir nos émissions et articles en avant-première !

Offre de lancement:

Votre participation à la Masterclass Camille Fournet réservée aux abonnés annuels !

Newletter Luxus Plus