Prix LVMH 2021 : la culture et les origines omniprésentes dans les collections des 20 demi-finalistes

[vc_row njt-role= »people-in-the-roles » njt-role-user-roles= »administrator,editor,author,armember »][vc_column][vc_column_text]

À la fin du mois dernier, le prix LVMH a dévoilé le nom de ses 20 demi-finalistes pour son édition 2021. Une édition pas comme les autres puisque pour la première fois, le showroom du Prix a été mis en ligne, du 6 au 11 avril, afin que le public puisse élire lui même les 8 candidats à la finale.

 

« Cette demi-finale sera entièrement digitale, et nous avons souhaité qu’elle s’ouvre au plus grand nombre : pour la première fois, le Prix LVMH donnera la parole au public, qui aura l’opportunité, sur le site lvmhprize.com, de découvrir les vingt demi-finalistes et de voter pour le candidat de son choix. » a déclaré Delphine Arnault, commandant en second de Louis Vuitton et découvreur de talents chez LVMH Moët Hennessy Louis Vuitton.

 

«C’est toujours intéressant de toucher les tissus, de voir la qualité des produits et la créativité des coupes. Ce n’est pas aussi facile à faire en ligne » , a noté l’exécutif. «Nos équipes ont fait un travail formidable pour essayer de rendre le plus fidèlement possible une rencontre avec le designer.»

 

«Cela leur donne de la visibilité, et pour les prochaines éditions, cela nous permettra de combiner, nous l’espérons, un événement physique avec cette plate-forme numérique existante sur laquelle nous pourrons nous appuyer à l’avenir. C’est aussi formidable pour le public, donc cela nous donnera le meilleur des deux mondes » , a déclaré Arnault.

 

 

View this post on Instagram

 

A post shared by LVMHPrize (@lvmhprize)

 

Au rendez-vous cette année dans les collections, une incroyable diversité de culture et de talents, Afrique du Sud, Chine, Corée du Sud, États-Unis, France, Italie, Japon, Liban, Nigeria et Royaume-Uni, et, pour la première fois, Albanie et Colombie… des créations éclectiques enracinées dans la culture et l’identité personnelle des designers.

 

De plus, l’interdiction de voyager à l’étranger n’a fait que souligner la diversité géographique des participants, dont la première femme arabe à figurer sur la liste des finalistes.

 

« Cette année, il y avait beaucoup de couleurs et de tricots. Il y a deux ou trois ans, la grande histoire était le streetwear. C’est moins le cas maintenant. On observe une tendance croissante à une mode non sexiste, et le développement durable reste une préoccupation centrale” a poursuit Delphine Arnault. « Il reflète vraiment l’état de la mode à un moment donné. C’est comme un instantané de la société”

 

Retour sur ces designers atypiques qui, malgré leur diversité, ont dévoilé un objectif commun : proposer une mode qui se veut responsable, que ce soit à travers l’utilisation de matériaux innovants, l’artisanat ou encore l’upcycling.

 

«Ces initiatives font résolument écho au tournant pris par les industries de la mode et du luxe. Parmi les demi-finalistes, sept d’entre eux proposent des collections femme, cinq des collections homme, deux candidats, des collections femme et homme. Six d’entre eux présentent un vestiaire unisexe. Cette édition signe également le retour de la maille, des vêtements seconde peau et un parti-pris de la couleur chez certains créateurs.» poursuit Arnault.

 

Le demi-finaliste Christopher John Rogers

 

Le designer américain Christopher John Rogers, réputé notamment pour habiller des célébrités comme Cardi B, Rihanna et Lizzo dans ses créations colorées sur le tapis rouge, ainsi que la vice-présidente Kamala Harris lors de l’inauguration de Biden, a décrit l’ère de la mode comme une «expression expansive».

 

 

View this post on Instagram

 

A post shared by CJR ? (@christopherjohnrogers)

 

«Je veux faire partie de cette ligue de talents qui décompose cette hiérarchie esthétique traditionnelle de ce à quoi nous nous attendons des vêtements de luxe», a-t-il déclaré à WWD dans une interview Zoom à New York. «Nous sommes à une époque où quelqu’un qui fait ce très beau manteau en cachemire à double feutre gris – ce travail peut être aussi chic que ce fantasme en tricot arc-en-ciel en intarsia, vous savez? C’est un peu la même chose. Cela dépend simplement de votre préférence, et il n’est pas nécessaire que ce soit à une certaine échelle. C’est quelque chose en quoi je crois vraiment, et je pense que la récolte de demi-finalistes de cette année en est définitivement la preuve », a-t-il ajouté.

 

Comme de nombreux designers émergents, il se prépare pour une ère de liberté une fois la fin de la pandémie.

 

«Tout le monde s’attend à un autre moment des années folles où tout le monde a envie de sortir, envie de se laisser aller et de ne pas trop se soucier de l’opinion de tout le monde sur son apparence, tout le monde va vouloir se présenter différemment, mais je pense que la seule ambiance universelle va être, comme la ‘folie’.»

 

La créatrice libanaise Cynthia Merhej

 

«C’est vraiment étrange, car tout ce prix est centré sur quelque chose d’assez physique, à savoir les vêtements, et nous le faisons entièrement numériquement», a déclaré Cynthia Merhej, la créatrice libanaise à l’origine du label Renaissance Renaissance. «Je pense qu’ils ont fait un très bon travail avec la plate-forme. Ça a l’air incroyable.

 

Cérébrales mais sensuelles, les créations de cette jeune femme sont enracinées dans la rébellion contre la société patriarcale libanaise. «Les pièces ne sont pas censées être des pièces Instagram. Ce n’est pas du tout la philosophie derrière tout cela, alors ils ont vraiment besoin d’être vus et touchés », a-t-elle soutenu.

 

«Je ne veux plus jamais revoir une paire de jeans», a-t-elle proposé, défendant le fait que les femmes libanaises sont des expertes dans l’utilisation de la mode pour vaincre le blues. «La vie là-bas est assez difficile, donc la seule chose que nous avons qui nous réconforte et nous fait nous sentir bien et mieux dans notre réalité, d’une certaine manière, c’est de nous habiller.”

 

Les créations de Merhej sont stockées exclusivement chez Net-a-porter, le prix LVMH représente donc pour elle «un énorme rayon de soleil» après une année marquée par une crise économique profonde, des lock-out successifs et une explosion dévastatrice à Beyrouth en août.

 

 

«Je sais que c’est vraiment significatif pour tout le monde au Liban, car nous avons vraiment besoin d’une victoire, d’une certaine manière. Nous avons besoin de quelque chose de positif à espérer », a-t-elle déclaré. «Depuis l’année dernière, nous traversons ce que je ne peux appeler qu’un cauchemar mêlé d’enfer.»

 

Étant la première femme arabe à faire la coupe depuis le lancement du prix en 2015, elle espère ouvrir la voie à d’autres créateurs du Moyen-Orient et changer les fausses idées sur sa culture.

 

«Nous avons le sentiment que les autres racontent nos histoires d’une manière qui ne nous semble pas vraiment familière, ou nous continuons d’être enfermés dans certains récits», a-t-elle expliqué. «Le Liban signifie bonne nourriture, plage, Botox, robes ornées, tout ce qui est exagéré et fou, mais ce n’est pas le Liban que je connais personnellement. Oui, je pense que cela existe, mais il y a aussi une grande partie d’entre nous qui ne sont pas comme ça.”

 

Le créateur Nigerian Adeju Thompson

 

Adeju Thompson est le fondateur du programme spatial de Lagos et souhaite également changer l’image de la mode africaine. 

 

 

«Même si une grande partie de ce que je fais est influencée par mon identité en tant qu’Africain, je suis plus que cela. Je suis un designer mondial », a déclaré Thompson, qui cite des designers comme Yohji Yamamoto et Rei Kawakubo comme premières influences. «Dans mon travail, c’est quelque chose dont je suis toujours très conscient, vous savez – j’essaie simplement de briser les idées fausses sur ce à quoi ressemble le design venant du continent.»

 

Derrière ses créations se cache également une forte dimension politique. En effet en 2019, Thompson a été agressé par la Special Anti-Robbery Squad, une unité notoire de la police nigériane avec une longue histoire d’abus. «J’ai été détenu pendant cinq heures à cause de la façon dont je m’habillais».

 

 

«Je pense que c’est à ce moment-là que j’ai commencé à voir le programme spatial de Lagos et le travail que je fais comme une forme de protestation», a déclaré Thompson. «Quand j’explore mon identité en tant que personne queer, en Occident, c’est normal, et je suppose que tant de designers pourraient le faire. D’où je viens, je pourrais avoir des ennuis. Pour moi, c’est tellement important que je parle pour moi-même.”

 

«Je n’ai jamais été quelqu’un qui soit très à l’aise avec les feux de la rampe. Je ne veux pas être un créateur de célébrités. Je suis très heureux de ne pas être vu et que mon travail parle de lui-même », a-t-il déclaré en faisant référence à son précédent succès lors de la Fashion Week de Milan. Sa marque est d’ailleurs vendue en exclusivité au concept store de Lagos Alara.

 

Lire aussi > LE LVMH INNOVATION AWARD LANCE SON APPEL A CANDIDATURES POUR 2021

 

Photo à la Une : © LVMH[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row njt-role= »not-logged-in »][vc_column][vc_column_text]

À la fin du mois dernier, le prix LVMH a dévoilé le nom de ses 20 demi-finalistes pour son édition 2021. Une édition pas comme les autres puisque pour la première fois, le showroom du Prix a été mis en ligne, du 6 au 11 avril, afin que le public puisse élire lui même les 8 candidats à la finale.

 

« Cette demi-finale sera entièrement digitale, et nous avons souhaité qu’elle s’ouvre au plus grand nombre : pour la première fois, le Prix LVMH donnera la parole au public, qui aura l’opportunité, sur le site lvmhprize.com, de découvrir les vingt demi-finalistes et de voter pour le candidat de son choix. » a déclaré Delphine Arnault, commandant en second de Louis Vuitton et découvreur de talents chez LVMH Moët Hennessy Louis Vuitton.

 

«C’est toujours intéressant de toucher les tissus, de voir la qualité des produits et la créativité des coupes. Ce n’est pas aussi facile à faire en ligne » , a noté l’exécutif. «Nos équipes ont fait un travail formidable pour essayer de rendre le plus fidèlement possible une rencontre avec le designer.»

 

«Cela leur donne de la visibilité, et pour les prochaines éditions, cela nous permettra de combiner, nous l’espérons, un événement physique avec cette plate-forme numérique existante sur laquelle nous pourrons nous appuyer à l’avenir. C’est aussi formidable pour le public, donc cela nous donnera le meilleur des deux mondes » , a déclaré Arnault.

 

 

View this post on Instagram

 

A post shared by LVMHPrize (@lvmhprize)

 

Au rendez-vous cette année dans les collections, une incroyable diversité de culture et de talents, Afrique du Sud, Chine, Corée du Sud, États-Unis, France, Italie, Japon, Liban, Nigeria et Royaume-Uni, et, pour la première fois, Albanie et Colombie… des créations éclectiques enracinées dans la culture et l’identité personnelle des designers.

 

[…][/vc_column_text][vc_cta h2= »Cet article est réservé aux abonnés. » h2_font_container= »font_size:16″ h2_use_theme_fonts= »yes » h4= »Abonnez-vous dès maintenant ! » h4_font_container= »font_size:32|line_height:bas » h4_use_theme_fonts= »yes » txt_align= »center » color= »black » add_button= »right » btn_title= »JE M’ABONNE ! » btn_color= »danger » btn_size= »lg » btn_align= »center » use_custom_fonts_h2= »true » use_custom_fonts_h4= »true » btn_button_block= »true » btn_custom_onclick= »true » btn_link= »url:https%3A%2F%2Fluxus-plus.com%2Fabonnements-et-newsletter-2%2F||| »]Accédez en illimité à tous les articles et vivez une expérience de lecture inédite, contenus en avant première, newsletter exclusives…

Déjà un compte ? Connectez-vous.[/vc_cta][vc_column_text]Photo à la Une : © LVMH[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row njt-role= »people-in-the-roles » njt-role-user-roles= »subscriber,customer »][vc_column][vc_column_text]

À la fin du mois dernier, le prix LVMH a dévoilé le nom de ses 20 demi-finalistes pour son édition 2021. Une édition pas comme les autres puisque pour la première fois, le showroom du Prix a été mis en ligne, du 6 au 11 avril, afin que le public puisse élire lui même les 8 candidats à la finale.

 

« Cette demi-finale sera entièrement digitale, et nous avons souhaité qu’elle s’ouvre au plus grand nombre : pour la première fois, le Prix LVMH donnera la parole au public, qui aura l’opportunité, sur le site lvmhprize.com, de découvrir les vingt demi-finalistes et de voter pour le candidat de son choix. » a déclaré Delphine Arnault, commandant en second de Louis Vuitton et découvreur de talents chez LVMH Moët Hennessy Louis Vuitton.

 

«C’est toujours intéressant de toucher les tissus, de voir la qualité des produits et la créativité des coupes. Ce n’est pas aussi facile à faire en ligne » , a noté l’exécutif. «Nos équipes ont fait un travail formidable pour essayer de rendre le plus fidèlement possible une rencontre avec le designer.»

 

«Cela leur donne de la visibilité, et pour les prochaines éditions, cela nous permettra de combiner, nous l’espérons, un événement physique avec cette plate-forme numérique existante sur laquelle nous pourrons nous appuyer à l’avenir. C’est aussi formidable pour le public, donc cela nous donnera le meilleur des deux mondes » , a déclaré Arnault.

 

 

View this post on Instagram

 

A post shared by LVMHPrize (@lvmhprize)

 

Au rendez-vous cette année dans les collections, une incroyable diversité de culture et de talents, Afrique du Sud, Chine, Corée du Sud, États-Unis, France, Italie, Japon, Liban, Nigeria et Royaume-Uni, et, pour la première fois, Albanie et Colombie… des créations éclectiques enracinées dans la culture et l’identité personnelle des designers.

 

[…][/vc_column_text][vc_cta h2= »Cet article est réservé aux abonnés. » h2_font_container= »tag:h2|font_size:16|text_align:left » h2_use_theme_fonts= »yes » h4= »Abonnez-vous dès maintenant ! » h4_font_container= »tag:h2|font_size:32|text_align:left|line_height:bas » h4_use_theme_fonts= »yes » txt_align= »center » color= »black » add_button= »right » btn_title= »JE M’ABONNE ! » btn_color= »danger » btn_size= »lg » btn_align= »center » use_custom_fonts_h2= »true » use_custom_fonts_h4= »true » btn_button_block= »true » btn_custom_onclick= »true » btn_link= »url:https%3A%2F%2Fluxus-plus.com%2Fen%2Fabonnements-et-newsletter-2-2%2F||| »]Accédez en illimité à tous les articles et vivez une expérience de lecture inédite, contenus en avant première, newsletter exclusives…

Déjà un compte ? Connectez-vous.[/vc_cta][vc_column_text]Photo à la Une : © LVMH[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row]

Tags

Picture of La rédaction
La rédaction
Grâce à une veille accrue et à une excellente connaissance de ces secteurs, la rédaction de Luxus + décrypte pour ses lecteurs les principaux enjeux économiques et technologiques de la mode, l’horlogerie, la joaillerie, la gastronomie, les parfums et cosmétiques, l’hôtellerie, et l’immobilier de prestige.

Inscription à notre Newsletter

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir nos émissions et articles en avant-première !

Offre de lancement:

Votre participation à la Masterclass Camille Fournet réservée aux abonnés annuels !

Newletter Luxus Plus