[Luxus Magazine] James Bond : Assouline consacre un livre à ses multiples pérégrinations

Avec James Bond Destinations, l’éditeur lifestyle de luxe Assouline s’intéresse aux différents endroits, réels ou fictifs, qu’a pu visiter l’espion 007 au cours de ses trépidantes aventures cinématographiques. L’occasion de convoquer pour beaucoup des souvenirs de jeunesse et une envie d’ailleurs, pour laquelle l’agent secret au service de sa majesté a été plus influent qu’il n’y paraît.

Quand on évoque James Bond, plusieurs associations surgissent spontanément comme le champagne Bollinger, la berline Aston Martin, le pistolet Walther PPK-9, sans compter des girls plus sublimes les unes que les autres et des gadgets en tous genres.

 

Mais l’agent secret britannique est aussi celui qui jouit sans doute du passeport le mieux fourni au monde. En 50 ans et 25 aventures portées à l’écran, James Bond a ainsi visité la bagatelle de 111 lieux répartis en 50 pays, à travers le globe !

 

Aux côtés du héros, de la fille et du méchant, il faut donc ajouter un quatrième protagoniste, moins discret qu’il n’y paraît : la destination de rêve.

 

L’espion qui venait de… Jamaïque

 

Le personnage fictif créé par Ian Fleming était prédestiné au voyage au long court. En effet, son nom est celui d’un ornithologue, dont l’auteur possédait un ouvrage dans la bibliothèque de sa résidence jamaiquaine.

 

C’est à la suite d’une mission de renseignement au sein de la Royal Navy, en pleine seconde guerre mondiale que Ian Fleming découvre ce petit coin de paradis. Voulant marcher sur les traces d’Ernest Hemingway qui possède une résidence à Cuba, Finca de la Vigia, Ian Fleming acquiert la résidence en 1946.

 

La bâtisse au style colonial située à Oracabessa, donnera son nom à la première renaissance de la franchise en 1995 avec Pierce Brosnan après une césure de six longues années : GoldenEye (l’oeil d’or).

 

Goldeneye Estate, la résidence jamaicaine du père de James Bond, Ian Fleming

 

L’écrivain passe tous ses hivers jusqu’à sa disparition en 1964 dans cet ancien domaine de plantation de cannes à sucre.

C’est ici, dans les mers cristallines des Caraïbes, qu’est né sous sa plume l’espion britannique. Une saga littéraire qui débute en 1953 avec la publication de Casino Royale et qui donnera lieu à douze romans et deux recueils de nouvelles.

 

Sans surprise, la première aventure portée à l’écran en 1962, James Bond contre Dr No, emmènera l’agent 007 sur les plages de Jamaïque où il fera la rencontre de Honey Rider, une chasseuse de coquillages interprétée par Ursula Andress.

 

Sean Connery aux côtés de Ursula Andress dans James Bond contre Dr. No, 1962 © EON Production

 

Cliquez ici pour lire l’article en entier sur Luxus Magazine.

 

Photo à la Une : © Assouline

Picture of Victor Gosselin
Victor Gosselin
Victor Gosselin est journaliste spécialisé luxe, RH, tech, retail et consultant éditorial. Diplômé de l’EIML Paris, il évolue depuis 9 ans dans le luxe. Féru de mode, d’Asie, d’histoire et de long format, cet ex-Welcome To The Jungle et Time To Disrupt aime analyser l’info sous l’angle sociologique et culturel.

Nos services

©2023 Luxus Plus. Tous droits réservé

Inscription à notre Newsletter

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir nos émissions et articles en avant-première !

Offre de lancement:

Votre participation à la Masterclass Camille Fournet réservée aux abonnés annuels !

Newletter Luxus Plus