Le patron de Tesla en chair et en Musk à Vivatech 2023

[vc_row njt-role= »people-in-the-roles » njt-role-user-roles= »administrator,editor,author,armember »][vc_column][vc_column_text]

Elon Musk est l’invité surprise de cette nouvelle édition du salon Viva Technology (Vivatech). L’iconoclaste patron de Tesla, SpaceX, Twitter et Neuralink interviendra dans une conférence animée par Maurice Lévy, le vendredi 16 juin 2023 dans l’après-midi.

 

Cette visite expresse et imprévue en France n’est pas dénuée d’arrière pensée, avec la possible ouverture d’une usine Tesla sur le territoire.

La rockstar de la tech à Vivatech

 

Véritable vitrine de l’innovation tech dans l’écosystème startup et grands groupes, le salon Viva Technology (Vivatech) se tiendra du 14 au 17 juin au Parc des Expositions de Paris.

 

Si Bernard Arnault, le président directeur général de LVMH ou Nicolas Hieronimus, Directeur général de L’Oréal ont déjà été annoncés comme intervenants de marque lors de la conférence de presse du 7 juin 2023, le nom d’Elon Musk n’avait pas encore fuité.

 

Celui qui avait cédé son titre de première fortune mondiale en début d’année à Bernard Arnault avant de le reprendre début juin (avec patrimoine de 192 milliards de dollars), sera bien en chair et en os sur la grande scène de Vivatech le jeudi 16 juin 2023 en début d’après-midi, selon Le Point. C’est Maurice Levy, fondateur de l’événement et président du Conseil de surveillance de Publicis Groupe – un des leaders de la publicité mondiale – qui lui donnera la réplique.

 

Un mois après sa visite en France et son entretien avec le Président de la république Emmanuel Macron lors de l’événement Choose France – visant à attirer les investissements étrangers – le serial entrepreneur derrière Tesla, SpaceX, Twitter, Neuralink ou encore The Boring Company participera à la grand-messe de l’innovation en France.

 

Vivatech avait réussi à attirer 91 000 visiteurs sur les quatre jours en 2022 et qui table cette année sur 100 000 personnes. De quoi offrir une caisse de résonance sans pareil pour une éventuelle annonce du patron de Tesla.

 

Une possible usine Tesla en France

 

Ces derniers jours, des rumeurs ont circulé quant à la vraie raison de cette visite éclair, certains organes de presse y voyant le signe probable de l’ouverture d’une usine Tesla sur le sol français.

 

Il faut dire qu’à l’issue de son entretien avec Emmanuel Macron, en marge du sommet Choose France, Elon Musk a affirmé vouloir réaliser “un important investissement dans le pays”.

 

Disposant de quatre usines de batteries, la France a de quoi convaincre le leader des constructeurs de voitures électriques de s’implanter en France pour muscler son appareil industriel.

 

© Tesla

 

Reste qu’il convient de temporiser la nouvelle, aussi bonne soit-elle. Comme l’a déclaré le ministre de l’économie Bruno Lemaire au micro de BFM TV, « Tous les investissements qui sont faits aujourd’hui sont le fruit de mois, voire d’années de négociations« . Et Elon Musk de saluer les efforts du pays : « J’ai bon espoir que, dans le futur Tesla réalise des investissements significatifs en France ». Reuters a toutefois souligné que la France n’est pas la seule en lice.

 

Le 8 juin, l’agence de presse européenne a rapporté des discussions entre Tesla et l’Espagne pour implanter une gigafactory dans les environs de Valence, propos corroborés par le journal économique Cinco Dias. “Giga factory” si l’on en juge par la superficie de l’usine type du Nevada – 500 km² – et les effectifs nécessaires (7000 personnes).

 

La patrie de Cervantès a l’avantage de proposer un coût du travail plus faible qu’en France et d’avoir déjà accueilli plusieurs projets de voitures électriques. Fort de ces atouts, le cabinet Inovev prévoit que l’Espagne sera le plus grand producteur européen de voitures électriques en 2030, devant l’Allemagne et la France.

 

L’Inde fait également figure de favorite comme terre d’accueil de l’usine Tesla, le pays étant devenu le troisième marché de l’automobile mondial en 2022, devançant le Japon.

 

Quoiqu’il advienne, le constructeur est bien en train d’optimiser son appareil de production et ce en dehors des seuls Etats-Unis et de sa base californienne.

 

En mars, Tesla a ainsi ouvert sa septième usine d’assemblage au Mexique, affirmant sa volonté – jugée irréaliste par beaucoup de professionnels – de produire chaque année 20 millions de véhicules. Le constructeur ne dispose actuellement que de trois sites de production en dehors des Etats-Unis, les deux autres étant à Shanghai et Berlin.

 

Produisant plus qu’il ne vend, le constructeur se heurte aussi à une concurrence accrue sur le segment des voitures électriques avec des constructeurs tels que Toyota ou encore Lucid proposant des prix toujours plus attractifs. Ainsi, entre 2021 et 2022, sa part de marché dans les véhicules électriques est tombée de 17 à 12% sur le plan mondial et de 72 à 65% sur le plan américain. Les experts pensent ainsi que le choix du Mexique, affichant des salaires ouvriers de 10 à 20 fois inférieurs à ceux pratiqués aux Etats-Unis, permettra de développer un nouveau modèle de voiture électrique avec un prix inférieur à 30 000 dollars (27 784 euros) : la model 3 Highland. Un segment de marché qui permettrait à Tesla de concurrencer les Ford Mach E, Kia et Hyundai.

 

Son modèle Y, élu au premier trimestre 2023, voiture la plus vendue au monde est pour l’heure vendue en France à 45 990 euros pour la version propulsion et 52 999 euros pour la version grande autonomie.

Un avis tranché sur l’intelligence artificielle ?

 

Pour sa 7e édition, Vivatech promet d’aborder quatre grandes thématiques dont celle qui a sans doute fait couler le plus d’encre ces derniers mois : l’intelligence artificielle. Autrement dit, il s’agit dans sa forme la plus simple d’un outil informatique programmé pour imiter les comportements humains.

 

Le marché de l’intelligence artificielle est estimé à 127 milliards d’euros en 2022, selon les données collectées par les organisateurs du salon Vivatech.

 

Une technologie que le grand public a pu découvrir à travers des applications dites “génératives” comme Chat GPT, un interface cerveau-machine capable de rédiger du texte. Des déclinaisons telles que DALL-E ou Midjourney existent pour l’univers graphique.

 

Si un communiqué initial de Tesla a été peu bavard sur le sujet de l’intervention d’Elon Musk, se contentant d’évoquer « une conversation sur la technologie et l’innovation« , un second daté du 12 juin envisage des sujets plus précis comme l’avenir de l’intelligence artificielle ou encore la modération des réseaux sociaux.

 

Sur ce dernier point, il y a aussi à redire tant la gestion erratique de Twitter a valu à Elon Musk d’être remplacé à sa tête par Linda Yaccarino en avril dernier.

 

Au même moment, Musk avait fait part de ses réserves quant à l’intelligence artificielle générative Chat GPT, celle-ci étant susceptible selon lui de « détruire la civilisation« . Reste que si l’Armageddon n’est pas pour demain selon la banque d’affaires Goldman Sachs, l’intelligence artificielle pourrait bien détruire 300 millions d’emplois dans le monde.

 

Fin mars, Elon Musk faisait partie du millier d’experts signataires d’une lettre ouverte demandant un moratoire de six mois sur son développement.

 

Des propos qui intriguent d’autant plus que l’homme fait partie des investisseurs du projet OpenAI et ce depuis 2018. Contrairement à ses promesses de départ évoquant 1 milliard de dollars, il s’était cependant “contenté” d’injecter 100 millions de dollars. Il a finalement claqué la porte à l’issue du refus du pdg de l’époque de lui confier les rênes de l’entreprise. C’est finalement Microsoft qui a apporté les milliards de financement nécessaires au développement de la startup OpenAI. 

 

Si Musk se définit comme « un absolutiste de la liberté d’expression« , il brille surtout pour son imprévisibilité. Ses comportements ces derniers mois montrent qu’il n’est pas toujours aussi tranchant sur la question de l’IA. En mars, celui-ci a créé une nouvelle entreprise spécialisée dans ce domaine, dénommée X.AI et basée dans le Nevada.

 

Le 17 avril, échaudé par la décision unilatérale de Microsoft, grand investisseur d’OpenAI – société mère de Chat GPT – de retirer Twitter de sa plateforme advertising, faisant chuter du même coup ses revenus publicitaires, l’homme d’affaires a annoncé au micro de FoxNews vouloir lancer sa propre intelligence artificielle : TruthGPT. Selon ses dires, celle-ci serait chargée de « rechercher la vérité maximale« . 

 

En marge de ses avancées dans le domaine de l’IA, Elon Musk n’est pas sans inquiéter le monde de la santé, celui-ci ayant obtenu ces derniers jours l’autorisation des autorités sanitaires américaines pour tester les implants cérébraux de sa société Neuralink sur des humains. Jusqu’ici c’était sur des cochons et des singes, lui valant au passage une accusation pour maltraitance animale. 

 

Le magnat de la tech plaide l’utilité de cette puce implantée dans le cerveau destinée (pour l’instant) à faciliter le quotidien de personnes atteintes de paralysie ou souffrant de maladies neurologiques liées au cerveau et à la moelle épinière. 

 

Des propos qui n’écartent toutefois pas certaines inquiétudes quant au devenir de la civilisation. 

 

Lire aussi > Tesla va investir des milliards pour agrandir son usine du Nevada

Photo à la Une :  © Presse[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row njt-role= »not-logged-in »][vc_column][vc_column_text]

 

Elon Musk est l’invité surprise de cette nouvelle édition du salon Viva Technology (Vivatech). L’iconoclaste patron de Tesla, SpaceX, Twitter et Neuralink interviendra dans une conférence animée par Maurice Lévy, le vendredi 16 juin 2023 dans l’après-midi.

 

Cette visite expresse et imprévue en France n’est pas dénuée d’arrière pensée, avec la possible ouverture d’une usine Tesla sur le territoire.

La rockstar de la tech à Vivatech

 

Véritable vitrine de l’innovation tech dans l’écosystème startup et grands groupes, le salon Viva Technology (Vivatech) se tiendra du 14 au 17 juin au Parc des Expositions de Paris.

 

Si Bernard Arnault, le président directeur général de LVMH ou Nicolas Hieronimus, Directeur général de L’Oréal ont déjà été annoncés comme intervenants de marque lors de la conférence de presse du 7 juin 2023, le nom d’Elon Musk n’avait pas encore fuité.

 

Celui qui avait cédé son titre de première fortune mondiale en début d’année à Bernard Arnault avant de le reprendre début juin (avec patrimoine de 192 milliards de dollars), sera bien en chair et en os sur la grande scène de Vivatech le jeudi 16 juin 2023 en début d’après-midi, selon Le Point. C’est Maurice Levy, fondateur de l’événement et président du Conseil de surveillance de Publicis Groupe – un des leaders de la publicité mondiale – qui lui donnera la réplique.

 

Un mois après sa visite en France et son entretien avec le Président de la république Emmanuel Macron lors de l’événement Choose France – visant à attirer les investissements étrangers – le serial entrepreneur derrière Tesla, SpaceX, Twitter, Neuralink ou encore The Boring Company participera à la grand-messe de l’innovation en France.

 

Vivatech avait réussi à attirer 91 000 visiteurs sur les quatre jours en 2022 et qui table cette année sur 100 000 personnes. De quoi offrir une caisse de résonance sans pareil pour une éventuelle annonce du patron de Tesla.

Une possible usine Tesla en France

 

Ces derniers jours, des rumeurs ont circulé quant à la vraie raison de cette visite éclair, certains organes de presse y voyant le signe probable de l’ouverture d’une usine Tesla sur le sol français.

 

Il faut dire qu’à l’issue de son entretien avec Emmanuel Macron, en marge du sommet Choose France, Elon Musk a affirmé vouloir réaliser “un important investissement dans le pays”.

 

Disposant de quatre usines de batteries, la France a de quoi convaincre le leader des constructeurs de voitures électriques de s’implanter en France pour muscler son appareil industriel.

 

© Tesla

 

Reste qu’il convient de temporiser la nouvelle, aussi bonne soit-elle. Comme l’a déclaré le ministre de l’économie Bruno Lemaire au micro de BFM TV, « Tous les investissements qui sont faits aujourd’hui sont le fruit de mois, voire d’années de négociations« . Et Elon Musk de saluer les efforts du pays : « J’ai bon espoir que, dans le futur Tesla réalise des investissements significatifs en France ». Reuters a toutefois souligné que la France n’est pas la seule en lice.

 

Le 8 juin, l’agence de presse européenne a rapporté des discussions entre Tesla et l’Espagne pour implanter une gigafactory dans les environs de Valence, propos corroborés par le journal économique Cinco Dias. “Giga factory” si l’on en juge par la superficie de l’usine type du Nevada – 500 km² – et les effectifs nécessaires (7000 personnes).

 

La patrie de Cervantès a l’avantage de proposer un coût du travail plus faible qu’en France et d’avoir déjà accueilli plusieurs projets de voitures électriques. Fort de ces atouts, le cabinet Inovev prévoit que l’Espagne sera le plus grand producteur européen de voitures électriques en 2030, devant l’Allemagne et la France.

 

L’Inde fait également figure de favorite comme terre d’accueil de l’usine Tesla, le pays étant devenu le troisième marché de l’automobile mondial en 2022, devançant le Japon.

 

[…][/vc_column_text][vc_cta h2= »Cet article est réservé aux abonnés. » h2_font_container= »font_size:16″ h2_use_theme_fonts= »yes » h4= »Abonnez-vous dès maintenant ! » h4_font_container= »font_size:32|line_height:bas » h4_use_theme_fonts= »yes » txt_align= »center » color= »black » add_button= »right » btn_title= »JE M’ABONNE ! » btn_color= »danger » btn_size= »lg » btn_align= »center » use_custom_fonts_h2= »true » use_custom_fonts_h4= »true » btn_button_block= »true » btn_custom_onclick= »true » btn_link= »url:https%3A%2F%2Fluxus-plus

ed-italia.com.com%2Fabonnements-et-newsletter-2%2F||| »]Accédez en illimité à tous les articles et vivez une expérience de lecture inédite, contenus en avant première, newsletter exclusives…

Déjà un compte farmbrazil.com.br? Connectez-vous.[/vc_cta][vc_column_text]Photo à la Une : © Presse[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row njt-role= »people-in-the-roles » njt-role-user-roles= »subscriber,customer »][vc_column][vc_column_text]

Elon Musk est l’invité surprise de cette nouvelle édition du salon Viva Technology (Vivatech). L’iconoclaste patron de Tesla, SpaceX, Twitter et Neuralink interviendra dans une conférence animée par Maurice Lévy, le vendredi 16 juin 2023 dans l’après-midi.

 

Cette visite expresse et imprévue en France n’est pas dénuée d’arrière pensée, avec la possible ouverture d’une usine Tesla sur le territoire.

 

La rockstar de la tech à Vivatech

 

Véritable vitrine de l’innovation tech dans l’écosystème startup et grands groupes, le salon Viva Technology (Vivatech) se tiendra du 14 au 17 juin au Parc des Expositions de Paris.

 

Si Bernard Arnault, le président directeur général de LVMH ou Nicolas Hieronimus, Directeur général de L’Oréal ont déjà été annoncés comme intervenants de marque lors de la conférence de presse du 7 juin 2023, le nom d’Elon Musk n’avait pas encore fuité.

 

Celui qui avait cédé son titre de première fortune mondiale en début d’année à Bernard Arnault avant de le reprendre début juin (avec patrimoine de 192 milliards de dollars), sera bien en chair et en os sur la grande scène de Vivatech le jeudi 16 juin 2023 en début d’après-midi, selon Le Point. C’est Maurice Levy, fondateur de l’événement et président du Conseil de surveillance de Publicis Groupe – un des leaders de la publicité mondiale – qui lui donnera la réplique.

 

Un mois après sa visite en France et son entretien avec le Président de la république Emmanuel Macron lors de l’événement Choose France – visant à attirer les investissements étrangers – le serial entrepreneur derrière Tesla, SpaceX, Twitter, Neuralink ou encore The Boring Company participera à la grand-messe de l’innovation en France.

 

Vivatech avait réussi à attirer 91 000 visiteurs sur les quatre jours en 2022 et qui table cette année sur 100 000 personnes. De quoi offrir une caisse de résonance sans pareil pour une éventuelle annonce du patron de Tesla.

Une possible usine Tesla en France

 

Ces derniers jours, des rumeurs ont circulé quant à la vraie raison de cette visite éclair, certains organes de presse y voyant le signe probable de l’ouverture d’une usine Tesla sur le sol français.

 

Il faut dire qu’à l’issue de son entretien avec Emmanuel Macron, en marge du sommet Choose France, Elon Musk a affirmé vouloir réaliser “un important investissement dans le pays”.

 

Disposant de quatre usines de batteries, la France a de quoi convaincre le leader des constructeurs de voitures électriques de s’implanter en France pour muscler son appareil industriel.

 

© Tesla

 

Reste qu’il convient de temporiser la nouvelle, aussi bonne soit-elle. Comme l’a déclaré le ministre de l’économie Bruno Lemaire au micro de BFM TV, « Tous les investissements qui sont faits aujourd’hui sont le fruit de mois, voire d’années de négociations« . Et Elon Musk de saluer les efforts du pays : « J’ai bon espoir que, dans le futur Tesla réalise des investissements significatifs en France ». Reuters a toutefois souligné que la France n’est pas la seule en lice.

 

Le 8 juin, l’agence de presse européenne a rapporté des discussions entre Tesla et l’Espagne pour implanter une gigafactory dans les environs de Valence, propos corroborés par le journal économique Cinco Dias. “Giga factory” si l’on en juge par la superficie de l’usine type du Nevada – 500 km² – et les effectifs nécessaires (7000 personnes).

 

La patrie de Cervantès a l’avantage de proposer un coût du travail plus faible qu’en France et d’avoir déjà accueilli plusieurs projets de voitures électriques. Fort de ces atouts, le cabinet Inovev prévoit que l’Espagne sera le plus grand producteur européen de voitures électriques en 2030, devant l’Allemagne et la France.

 

L’Inde fait également figure de favorite comme terre d’accueil de l’usine Tesla, le pays étant devenu le troisième marché de l’automobile mondial en 2022, devançant le Japon.

 

[…][/vc_column_text][vc_cta h2= »Cet article est réservé aux abonnés. » h2_font_container= »tag:h2|font_size:16|text_align:left » h2_use_theme_fonts= »yes » h4= »Abonnez-vous dès maintenant ! » h4_font_container= »tag:h2|font_size:32|text_align:left|line_height:bas » h4_use_theme_fonts= »yes » txt_align= »center » color= »black » add_button= »right » btn_title= »JE M’ABONNE ! » btn_color= »danger » btn_size= »lg » btn_align= »center » use_custom_fonts_h2= »true » use_custom_fonts_h4= »true » btn_button_block= »true » btn_custom_onclick= »true » btn_link= »url:https%3A%2F%2Fluxus-plus.com%2Fen%2Fabonnements-et-newsletter-2-2%2F||| »]Accédez en illimité à tous les articles et vivez une expérience de lecture inédite, contenus en avant première, newsletter exclusives…

Déjà un compte ? Connectez-vous.[/vc_cta][vc_column_text]Photo à la Une :  © Presse[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row]

Victor Gosselin
Victor Gosselin
Victor Gosselin est journaliste spécialisé luxe, RH, tech, retail et consultant éditorial. Diplômé de l’EIML Paris, il évolue depuis 9 ans dans le luxe. Féru de mode, d’Asie, d’histoire et de long format, cet ex-Welcome To The Jungle et Time To Disrupt aime analyser l’info sous l’angle sociologique et culturel.

Inscription à notre Newsletter

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir nos émissions et articles en avant-première !

Offre de lancement:

Votre participation à la Masterclass Camille Fournet réservée aux abonnés annuels !

Newletter Luxus Plus