Le CAC 40 a terminé hier en léger repli. Le monde de l’automobile était dans le rouge, quand le luxe, porté par les résultats de l’Oréal, a contenu la baisse du marché.

 

La bourse de Paris résiste. Après avoir évolué en nette baisse au cours de la séance, le CAC 40 a fini sur un repli limité de 0,14 %.

 

Concernant les valeurs, deux courants contradictoires se sont affrontés. D’un côté, l’automobile : malgré ses ventes satisfaisantes au  premier trimestre, Renault a ainsi décroché de 8 % et Stellantis de 5 %. Ces valeurs ont été désavantagées par la crainte de « guerre » de prix sur les véhicules électriques.

 

« Renault a beau publier des chiffres bons et tenir des propos rassurants, le marché retient les baisses de prix agressives de Tesla et relègue au second plan les ventes du groupe et la dynamique rassurante sur la Megane E-Tech » , explique Michael Foundoukidis, analyste pour le groupe financier, Oddo BHF.

 

Pour Tesla, les chiffres ne sont pas à la hausse. Le constructeur automobile américain a publié ses résultats du premier trimestre, avec un plongeon de sa marge opérationnelle, causé par les baisses de prix à répétition, conjuguées à la hausse des coûts. À Wall Street, l’action Tesla a reculé de 8,6 %.

 

Le luxe sauve la situation

 

A contrario, le luxe a tiré vers le haut le CAC 40, en grande partie grâce aux bons chiffres de L’Oréal (+ 2%). Le groupe a réalisé une croissance presque deux fois supérieure aux attentes au premier trimestre (13 % en données comparables à 10,38 milliards d’euros), grâce à la bonne tenue de l’Europe et de l’Amérique du Nord.

 

En Asie du nord, L’Oréal a ainsi progressé de seulement 2 % en données comparables en raison de déstockage importants en Chine sur le premier mois de l’année. Mais le leader mondial des cosmétiques est reparti sur une croissance à deux chiffres en février et mars, dans le pays.

 

Du côté des géants du luxe, Hermès a pris 2 %, LVMH 1,3 % et Kering 0,8 %. LVMH, le numéro 1 mondial du luxe a publié la semaine dernière une performance trimestrielle bien plus solide que prévu. Il a ainsi dépassé les 440 milliards d’euros de capitalisation. Sur les trois premiers mois de 2023, il a réalisé des ventes de 21 milliards d’euros, en croissance organique de 17 %. Le groupe a d’ailleurs annoncé hier lors d’une assemblée générale, le versement d’un dividende de 12 euros par action.

 

À défaut de l’automobile, les géants du luxe boostent le CAC 40. Un très bon trimestre, qui pourrait être le prélude d’une nouvelle année record pour les fleurons hexagonaux du secteur.

 

Lire aussi >Hermès, Vuitton et Chanel ont cartonné en Corée du Sud en 2022

Photo à la Une : © Presse

Picture of La rédaction
La rédaction
Grâce à une veille accrue et à une excellente connaissance de ces secteurs, la rédaction de Luxus + décrypte pour ses lecteurs les principaux enjeux économiques et technologiques de la mode, l’horlogerie, la joaillerie, la gastronomie, les parfums et cosmétiques, l’hôtellerie, et l’immobilier de prestige.

Inscription à notre Newsletter

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir nos émissions et articles en avant-première !

Newletter Luxus Plus