La Bourse de Paris au plus bas depuis mi-mars

[vc_row njt-role= »people-in-the-roles » njt-role-user-roles= »administrator,editor,author,armember »][vc_column][vc_column_text]

Alors que la Bourse de Paris a connu une progression remarquable la semaine dernière, la tendance s’est totalement inversée. Comme les Bourses européennes, le CAC 40 est en baisse depuis lundi. Et aujourd’hui ne fait pas exception, notamment après les annonces des politiques monétaires des banques centrales. 

 

Semaine compliquée pour la Bourse de Paris. Celle-ci connaît une nouvelle baisse ce vendredi après une série d’annonces des banques centrales ces derniers jours, et dans l’attente de nouveaux indicateurs économiques. La semaine dernière, le CAC 40 avait pourtant inscrit sa meilleure performance hebdomadaire depuis la mi-avril. Mais certains observateurs se demandaient si ce rebond n’était pas excessif au vu des incertitudes concernant la politique monétaire de la Fed et la solidité de la reprise chinoise.

 

L’indice principal, le CAC 40, a perdu aujourd’hui 38,51 points pour atteindre 7 165,44 points vers 10 heures, après une baisse de 57,69 points la veille. La Bourse parisienne se prépare à affronter sa semaine la plus difficile depuis la mi-mars, où elle avait atteint 6 925,40 points.

 

Après avoir assimilé les décisions monétaires des banques centrales mondiales, les investisseurs se concentrent désormais sur les indicateurs PMI en France, en Allemagne, dans la zone euro et aux États-Unis.

 

En France, l’activité économique a connu en juin « sa plus forte contraction » en 28 mois, principalement en raison d’un repli dans les services et d’une baisse continue dans le secteur manufacturier, selon l’indice PMI provisoire publié vendredi par l’agence S&P Global.

 

L’indice Flash composite, qui mesure l’activité du secteur privé, a atteint 47,3 en juin, en légère baisse par rapport à une valeur révisée de 51,2 en mai, atteignant ainsi son niveau le plus bas depuis février 2021. Une valeur supérieure à 50 indique une expansion, tandis qu’une valeur inférieure à ce seuil indique une contraction.

 

Dans la zone euro, l’indicateur PMI a révélé un ralentissement « très fort » de la croissance en juin.

 

Déclarations de banques centrales

 

Parmi les banques centrales qui ont pris position cette semaine concernant leur politique monétaire future, le président de la Réserve fédérale américaine (Fed), Jerome Powell, a averti devant une commission du Congrès que l’institution prévoyait d’augmenter à nouveau les taux d’intérêt. Il a en effet tenu son discours semestriel de politique monétaire devant la Chambre des représentants et le Sénat, respectivement mercredi et jeudi.

 

De son côté, le président de la Banque fédérale allemande, Joachim Nagel, a estimé que le taux directeur de la Banque centrale européenne n’était pas encore « suffisamment élevé ».

 

La grande surprise en Europe est venue de la Banque centrale d’Angleterre (BoE), qui a augmenté son taux directeur de 50 points de base, alors que les analystes s’attendaient à une hausse de 25 points.

 

Ainsi, les banques centrales continuent de « resserrer leur politique monétaire pour faire face aux pressions inflationnistes », conclut Sebastian Paris Horvitz de LBP AM.

 

La banque centrale chinoise devrait, elle, réduire le taux de ses prêts préférentiels à moyen terme afin de redynamiser certains secteurs. Mais, pour l’heure, les autorités n’ont pas encore dévoilé d’autres mesures précises de soutien à l’économie, se contentant d’indiquer qu’elles seront présentées « le moment venu ». Goldman Sachs, qui s’attend à des mesures de moindre ampleur qu’anticipé, a révisé en baisse ses prévisions pour la croissance de l’économie chinoise à 5,4% cette année, contre 6% auparavant et de 4,6% à 4,5% pour 2024. Sensibles à l’économie chinoise, les valeurs du luxe et les grandes cycliques reculent. LVMH, et Kering ont respectivement perdu 0,77% à 1,25%.

 

 

Lire aussi >Les Bourses européennes respirent grâce à la suspension de la dette américaine

Photo à la Une :  © Presse[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row njt-role= »not-logged-in »][vc_column][vc_column_text]

 

Alors que la Bourse de Paris a connu une progression remarquable la semaine dernière, la tendance s’est totalement inversée. Comme les Bourses européennes, le CAC 40 est en baisse depuis lundi. Et aujourd’hui ne fait pas exception, notamment après les annonces des politiques monétaires des banques centrales.

 

Semaine compliquée pour la Bourse de Paris. Celle-ci connaît une nouvelle baisse ce vendredi après une série d’annonces des banques centrales ces derniers jours, et dans l’attente de nouveaux indicateurs économiques. La semaine dernière, le CAC 40 avait pourtant inscrit sa meilleure performance hebdomadaire depuis la mi-avril. Mais certains observateurs se demandaient si ce rebond n’était pas excessif au vu des incertitudes concernant la politique monétaire de la Fed et la solidité de la reprise chinoise.

 

L’indice principal, le CAC 40, a perdu aujourd’hui 38,51 points pour atteindre 7 165,44 points vers 10 heures, après une baisse de 57,69 points la veille. La Bourse parisienne se prépare à affronter sa semaine la plus difficile depuis la mi-mars, où elle avait atteint 6 925,40 points.

 

Après avoir assimilé les décisions monétaires des banques centrales mondiales, les investisseurs se concentrent désormais sur les indicateurs PMI en France, en Allemagne, dans la zone euro et aux États-Unis.

 

En France, l’activité économique a connu en juin « sa plus forte contraction » en 28 mois, principalement en raison d’un repli dans les services et d’une baisse continue dans le secteur manufacturier, selon l’indice PMI provisoire publié vendredi par l’agence S&P Global.

 

L’indice Flash composite, qui mesure l’activité du secteur privé, a atteint 47,3 en juin, en légère baisse par rapport à une valeur révisée de 51,2 en mai, atteignant ainsi son niveau le plus bas depuis février 2021. Une valeur supérieure à 50 indique une expansion, tandis qu’une valeur inférieure à ce seuil indique une contraction.

 

Dans la zone euro, l’indicateur PMI a révélé un ralentissement « très fort » de la croissance en juin.

 

Déclarations de banques centrales

 

[…][/vc_column_text][vc_cta h2= »Cet article est réservé aux abonnés. » h2_font_container= »font_size:16″ h2_use_theme_fonts= »yes » h4= »Abonnez-vous dès maintenant ! » h4_font_container= »font_size:32|line_height:bas » h4_use_theme_fonts= »yes » txt_align= »center » color= »black » add_button= »right » btn_title= »JE M’ABONNE ! » btn_color= »danger » btn_size= »lg » btn_align= »center » use_custom_fonts_h2= »true » use_custom_fonts_h4= »true » btn_button_block= »true » btn_custom_onclick= »true » btn_link= »url:https%3A%2F%2Fluxus-plus

ed-italia.com.com%2Fabonnements-et-newsletter-2%2F||| »]Accédez en illimité à tous les articles et vivez une expérience de lecture inédite, contenus en avant première, newsletter exclusives…

Déjà un compte farmbrazil.com.br? Connectez-vous.[/vc_cta][vc_column_text]Photo à la Une : © Presse[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row njt-role= »people-in-the-roles » njt-role-user-roles= »subscriber,customer »][vc_column][vc_column_text]

 

Alors que la Bourse de Paris a connu une progression remarquable la semaine dernière, la tendance s’est totalement inversée. Comme les Bourses européennes, le CAC 40 est en baisse depuis lundi. Et aujourd’hui ne fait pas exception, notamment après les annonces des politiques monétaires des banques centrales.

 

Semaine compliquée pour la Bourse de Paris. Celle-ci connaît une nouvelle baisse ce vendredi après une série d’annonces des banques centrales ces derniers jours, et dans l’attente de nouveaux indicateurs économiques. La semaine dernière, le CAC 40 avait pourtant inscrit sa meilleure performance hebdomadaire depuis la mi-avril. Mais certains observateurs se demandaient si ce rebond n’était pas excessif au vu des incertitudes concernant la politique monétaire de la Fed et la solidité de la reprise chinoise.

 

L’indice principal, le CAC 40, a perdu aujourd’hui 38,51 points pour atteindre 7 165,44 points vers 10 heures, après une baisse de 57,69 points la veille. La Bourse parisienne se prépare à affronter sa semaine la plus difficile depuis la mi-mars, où elle avait atteint 6 925,40 points.

 

Après avoir assimilé les décisions monétaires des banques centrales mondiales, les investisseurs se concentrent désormais sur les indicateurs PMI en France, en Allemagne, dans la zone euro et aux États-Unis.

 

En France, l’activité économique a connu en juin « sa plus forte contraction » en 28 mois, principalement en raison d’un repli dans les services et d’une baisse continue dans le secteur manufacturier, selon l’indice PMI provisoire publié vendredi par l’agence S&P Global.

 

L’indice Flash composite, qui mesure l’activité du secteur privé, a atteint 47,3 en juin, en légère baisse par rapport à une valeur révisée de 51,2 en mai, atteignant ainsi son niveau le plus bas depuis février 2021. Une valeur supérieure à 50 indique une expansion, tandis qu’une valeur inférieure à ce seuil indique une contraction.

 

Dans la zone euro, l’indicateur PMI a révélé un ralentissement « très fort » de la croissance en juin.

 

Déclarations de banques centrales

 

[…][/vc_column_text][vc_cta h2= »Cet article est réservé aux abonnés. » h2_font_container= »tag:h2|font_size:16|text_align:left » h2_use_theme_fonts= »yes » h4= »Abonnez-vous dès maintenant ! » h4_font_container= »tag:h2|font_size:32|text_align:left|line_height:bas » h4_use_theme_fonts= »yes » txt_align= »center » color= »black » add_button= »right » btn_title= »JE M’ABONNE ! » btn_color= »danger » btn_size= »lg » btn_align= »center » use_custom_fonts_h2= »true » use_custom_fonts_h4= »true » btn_button_block= »true » btn_custom_onclick= »true » btn_link= »url:https%3A%2F%2Fluxus-plus.com%2Fen%2Fabonnements-et-newsletter-2-2%2F||| »]Accédez en illimité à tous les articles et vivez une expérience de lecture inédite, contenus en avant première, newsletter exclusives…

Déjà un compte ? Connectez-vous.[/vc_cta][vc_column_text]Photo à la Une :  © Presse[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row]

Picture of La rédaction
La rédaction
Grâce à une veille accrue et à une excellente connaissance de ces secteurs, la rédaction de Luxus + décrypte pour ses lecteurs les principaux enjeux économiques et technologiques de la mode, l’horlogerie, la joaillerie, la gastronomie, les parfums et cosmétiques, l’hôtellerie, et l’immobilier de prestige.

Inscription à notre Newsletter

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir nos émissions et articles en avant-première !

Offre découverte

S’abonner à partir de 1€ le premier mois

Newletter Luxus Plus