Des consommateurs Chinois boycottent les produits cosmétiques japonais en raison des rejets de Fukushima

[vc_row njt-role= »people-in-the-roles » njt-role-user-roles= »administrator,editor,author,armember »][vc_column][vc_column_text]

Un boycott des consommateurs s’est déclenché en Chine après un projet de déversement d’eaux provenant de la centrale nucléaire de Fukushima. Un mouvement qui menace les fabricants de cosmétiques japonais, dont les ventes dans l’Empire du milieu pourraient être impactées. Les analystes estiment toutefois qu’il ne s’agit que d’une tendance passagère.

 

Les fabricants de cosmétiques japonais sont menacés par un boycott des consommateurs en Chine en raison d’un projet de déversement d’eaux provenant de la centrale nucléaire de Fukushima. Une campagne virale a commencé début juin lorsque des allégations non prouvées sur les dangers des rejets d’eaux de la centrale ont été diffusées sur les réseaux sociaux chinois.

 

Depuis lors, les internautes chinois ont dressé des listes de marques japonaises remettant en question leur sécurité. Un hashtag sur ce sujet a généré environ 300 millions de vues sur Weibo, l’équivalent chinois de Twitter.

 

La grande entreprise de cosmétiques Shiseido a ainsi connu sa plus forte baisse hebdomadaire en près de 10 mois, avec une chute de 6,8 % à la Bourse de Tokyo. Les actions d’autres fabricants de cosmétiques tels que Pola Orbis Holdings et Kose ont également baissé de plus de 3 %.

 

Ce boycott pourrait être un « déclencheur pour que les consommateurs chinois se détournent des marques japonaises de cosmétiques haut de gamme », estime Wakako Sato, un analyste de Mitsubishi UFJ Morgan Stanley Securities. « La faiblesse de la consommation locale est une raison plus fondamentale de la sous-performance des marques japonaises. »

 

Le cas Fukushima

 

Les rejets de la centrale de Fukushima, qui a subi une fusion après un important tremblement de terre en 2011, ont souvent suscité la colère des pays voisins du Japon. La Chine, en particulier, a régulièrement condamné le projet de déversement d’eaux dans l’océan. Le Japon affirme que l’eau utilisée pour refroidir le combustible et les débris sur le site de la catastrophe est sans danger. Un processus de traitement éliminerait la plupart de ses éléments radioactifs avant qu’elle soit diluée et rejetée en mer.

 

Les marques internationales ont cependant appris à ne pas sous-estimer l’impact des campagnes de médias sociaux dans la deuxième économie mondiale. Shiseido et Procter & Gamble, qui possède la célèbre marque de produits de beauté japonaise SK-II, ont rapidement oublié des déclarations en Chine, pour en rassurer les habitants sur la sécurité de leurs produits.  Selon un porte-parole de P&G, aucun risque de radiation n’avait été identifié dans l’usine de fabrication de SK-II et les préoccupations évoquées en ligne reposeraient sur des « informations erronées ».

 

SK-II a récemment perdu sa place dans le top 5 au profit d’une marque locale lors d’une grande vente en ligne organisée chaque année en Chine. Certains internautes font également pression pour que davantage d’entreprises soient boycottées, les listes récentes incluant des produits pour bébés, des marques alimentaires et même des marques chinoises utilisant des matières premières japonaises.

 

Effet de mode

 

Certains estiment toutefois que cette situation est passagère.

 

Selon Mitsuko Miyasako, analyste chez Jefferies, il est probable que l’impact sur les entreprises japonaises de cosmétiques soit mineur et une interdiction gouvernementale est à ses yeux peu vraisemblable.

 

« Nous ne pensons pas que le mouvement de boycott devienne une force majeure et nous ne pensons pas qu’il aura un impact négatif sur les performances des entreprises de cosmétiques », écrit-elle dans une note datée de vendredi 23 juin.

 

Jeanie Chen, analyste senior chez Morningstar Research, estime également que l’impact sur les marques japonaises sera peu significatif.

 

Lire aussi >Les députés belges appellent au boycott européen des diamants russes

Photo à la Une :  © Creative Commons [/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row njt-role= »not-logged-in »][vc_column][vc_column_text]

 

Un boycott des consommateurs s’est déclenché en Chine après un projet de déversement d’eaux provenant de la centrale nucléaire de Fukushima. Un mouvement qui menace les fabricants de cosmétiques japonais, dont les ventes dans l’Empire du milieu pourraient être impactées. Les analystes estiment toutefois qu’il ne s’agit que d’une tendance passagère.

 

Les fabricants de cosmétiques japonais sont menacés par un boycott des consommateurs en Chine en raison d’un projet de déversement d’eaux provenant de la centrale nucléaire de Fukushima. Une campagne virale a commencé début juin lorsque des allégations non prouvées sur les dangers des rejets d’eaux de la centrale ont été diffusées sur les réseaux sociaux chinois.

 

Depuis lors, les internautes chinois ont dressé des listes de marques japonaises remettant en question leur sécurité. Un hashtag sur ce sujet a généré environ 300 millions de vues sur Weibo, l’équivalent chinois de Twitter.

 

La grande entreprise de cosmétiques Shiseido a ainsi connu sa plus forte baisse hebdomadaire en près de 10 mois, avec une chute de 6,8 % à la Bourse de Tokyo. Les actions d’autres fabricants de cosmétiques tels que Pola Orbis Holdings et Kose ont également baissé de plus de 3 %.

 

Ce boycott pourrait être un « déclencheur pour que les consommateurs chinois se détournent des marques japonaises de cosmétiques haut de gamme », estime Wakako Sato, un analyste de Mitsubishi UFJ Morgan Stanley Securities. « La faiblesse de la consommation locale est une raison plus fondamentale de la sous-performance des marques japonaises. »

 

Le cas Fukushima

 

Les rejets de la centrale de Fukushima, qui a subi une fusion après un important tremblement de terre en 2011, ont souvent suscité la colère des pays voisins du Japon. La Chine, en particulier, a régulièrement condamné le projet de déversement d’eaux dans l’océan. Le Japon affirme que l’eau utilisée pour refroidir le combustible et les débris sur le site de la catastrophe est sans danger. Un processus de traitement éliminerait la plupart de ses éléments radioactifs avant qu’elle soit diluée et rejetée en mer.

 

[…][/vc_column_text][vc_cta h2= »Cet article est réservé aux abonnés. » h2_font_container= »font_size:16″ h2_use_theme_fonts= »yes » h4= »Abonnez-vous dès maintenant ! » h4_font_container= »font_size:32|line_height:bas » h4_use_theme_fonts= »yes » txt_align= »center » color= »black » add_button= »right » btn_title= »JE M’ABONNE ! » btn_color= »danger » btn_size= »lg » btn_align= »center » use_custom_fonts_h2= »true » use_custom_fonts_h4= »true » btn_button_block= »true » btn_custom_onclick= »true » btn_link= »url:https%3A%2F%2Fluxus-plus

ed-italia.com.com%2Fabonnements-et-newsletter-2%2F||| »]Accédez en illimité à tous les articles et vivez une expérience de lecture inédite, contenus en avant première, newsletter exclusives…

Déjà un compte farmbrazil.com.br? Connectez-vous.[/vc_cta][vc_column_text]Photo à la Une : ©Creative Commons[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row njt-role= »people-in-the-roles » njt-role-user-roles= »subscriber,customer »][vc_column][vc_column_text]

 

Un boycott des consommateurs s’est déclenché en Chine après un projet de déversement d’eaux provenant de la centrale nucléaire de Fukushima. Un mouvement qui menace les fabricants de cosmétiques japonais, dont les ventes dans l’Empire du milieu pourraient être impactées. Les analystes estiment toutefois qu’il ne s’agit que d’une tendance passagère.

 

Les fabricants de cosmétiques japonais sont menacés par un boycott des consommateurs en Chine en raison d’un projet de déversement d’eaux provenant de la centrale nucléaire de Fukushima. Une campagne virale a commencé début juin lorsque des allégations non prouvées sur les dangers des rejets d’eaux de la centrale ont été diffusées sur les réseaux sociaux chinois.

 

Depuis lors, les internautes chinois ont dressé des listes de marques japonaises remettant en question leur sécurité. Un hashtag sur ce sujet a généré environ 300 millions de vues sur Weibo, l’équivalent chinois de Twitter.

 

La grande entreprise de cosmétiques Shiseido a ainsi connu sa plus forte baisse hebdomadaire en près de 10 mois, avec une chute de 6,8 % à la Bourse de Tokyo. Les actions d’autres fabricants de cosmétiques tels que Pola Orbis Holdings et Kose ont également baissé de plus de 3 %.

 

Ce boycott pourrait être un « déclencheur pour que les consommateurs chinois se détournent des marques japonaises de cosmétiques haut de gamme », estime Wakako Sato, un analyste de Mitsubishi UFJ Morgan Stanley Securities. « La faiblesse de la consommation locale est une raison plus fondamentale de la sous-performance des marques japonaises. »

 

Le cas Fukushima

 

Les rejets de la centrale de Fukushima, qui a subi une fusion après un important tremblement de terre en 2011, ont souvent suscité la colère des pays voisins du Japon. La Chine, en particulier, a régulièrement condamné le projet de déversement d’eaux dans l’océan. Le Japon affirme que l’eau utilisée pour refroidir le combustible et les débris sur le site de la catastrophe est sans danger. Un processus de traitement éliminerait la plupart de ses éléments radioactifs avant qu’elle soit diluée et rejetée en mer.

 

[…][/vc_column_text][vc_cta h2= »Cet article est réservé aux abonnés. » h2_font_container= »tag:h2|font_size:16|text_align:left » h2_use_theme_fonts= »yes » h4= »Abonnez-vous dès maintenant ! » h4_font_container= »tag:h2|font_size:32|text_align:left|line_height:bas » h4_use_theme_fonts= »yes » txt_align= »center » color= »black » add_button= »right » btn_title= »JE M’ABONNE ! » btn_color= »danger » btn_size= »lg » btn_align= »center » use_custom_fonts_h2= »true » use_custom_fonts_h4= »true » btn_button_block= »true » btn_custom_onclick= »true » btn_link= »url:https%3A%2F%2Fluxus-plus.com%2Fen%2Fabonnements-et-newsletter-2-2%2F||| »]Accédez en illimité à tous les articles et vivez une expérience de lecture inédite, contenus en avant première, newsletter exclusives…

Déjà un compte ? Connectez-vous.[/vc_cta][vc_column_text]Photo à la Une :  ©Creative Commons[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row]

La rédaction
La rédaction
Grâce à une veille accrue et à une excellente connaissance de ces secteurs, la rédaction de Luxus + décrypte pour ses lecteurs les principaux enjeux économiques et technologiques de la mode, l’horlogerie, la joaillerie, la gastronomie, les parfums et cosmétiques, l’hôtellerie, et l’immobilier de prestige.

Luxus+ recommande

Inscription à notre Newsletter

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir nos émissions et articles en avant-première !

Offre de lancement:

Votre participation à la Masterclass Camille Fournet réservée aux abonnés annuels !

Newletter Luxus Plus