Audemars Piguet embauche, tandis que le secteur des montres d’entrée de gamme souffre

[vc_row njt-role= »people-in-the-roles » njt-role-user-roles= »administrator,armember »][vc_column][vc_column_text]

Alors que la marque du Brassus a annoncé engager 250 collaborateurs en 2021, le secteur des montres d’entrée de gamme bat de l’aile.

 

L’annonce a fait l’effet d’une bombe dans le secteur horloger : Avec 2000 collaborateurs à son actif, Audemars Piguet compte embaucher 250 personnes au cours de l’année prochaine. Le directeur général de l’entreprise, François-Henri Bennahmias, compte « renforcer le personnel pour le service après-vente, pour la gestion de la marque et pour l’informatique » révélait-il dans une interview parue sur le site du journal NZZ.

 

Si le département informatique de la marque compte déjà quelques 100 personnes, Audemars Piguet n’a jamais ouvert de canal de distribution en ligne, le nombre de pièces produites étant insuffisant. En effet, la production de montres Audemars Piguet ne s’est élevée cette année qu’à 37 000 pièces, au lieu des 45 000 planifiées.

 

Néanmoins, la firme n’a pas été contrainte de modifier sa stratégie de distribution pendant la crise sanitaire. « Lors du deuxième confinement en France et en Italie, les clients ont commandé des montres par téléphone, et se sont fait livrer, même lorsque les magasins étaient fermés », précisait ainsi M. Bennahmias. À cela, le dirigeant ajoutait que « le recul de 25% du chiffre d’affaires qui était prévu après le confinement a pu être révisé à moins de 10%. »

 

S’inscrivant ainsi dans « la bonne voie », l’entreprise de la vallée du Joux a entamé une politique d’embauche. La moitié des nouveaux employés seront affectés dans les boutiques, exploitées en franchise comme des coentreprises par Audemars Piguet.

 

Cette démarche entre en contradiction avec l’état du secteur des montres d’entrée de gamme. En 2019 déjà, le volume d’exportation des montres d’entrée de gamme – valant environ 200 francs suisses à l’exportation – atteignait 11,6 millions de pièces, soit presque moitié moins que vingt ans auparavant.

 

En effet, les montres d’entrée de gamme ne cessent de reculer devant l’apparition en masse des smartwatches, comme l’Applewatch. À elle seule, la firme de Cupertino aurait écoulé 30 millions de pièces en 2019 selon les estimations de Strategy Analytics, contre 20 millions pour l’ensemble de l’horlogerie suisse.

 

Par ailleurs, les montres connectées ne sont pas les seules à dominer le marché. Des marques de mode comme Guess, Puma ou Armani commercialisent aussi des montres à moindre prix. Cette concurrence exacerbée constitue un véritable défi pour l’industrie horlogère de luxe, notamment pour ses montres premiers prix, invitant à une rapide adaptation du secteur.

 

Lire aussi > GRAND PRIX D’HORLOGERIE DE GENÈVE (GPHG) : L’AIGUILLE D’OR REVIENT À AUDEMARS PIGUET

 

Photo à la Une : © Romain Réa[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row njt-role= »not-logged-in »][vc_column][vc_column_text]

Alors que la marque du Brassus a annoncé engager 250 collaborateurs en 2021, le secteur des montres d’entrée de gamme bat de l’aile.

 

L’annonce a fait l’effet d’une bombe dans le secteur horloger : Avec 2000 collaborateurs à son actif, Audemars Piguet compte embaucher 250 personnes au cours de l’année prochaine. Le directeur général de l’entreprise, François-Henri Bennahmias, compte « renforcer le personnel pour le service après-vente, pour la gestion de la marque et pour l’informatique » révélait-il dans une interview parue sur le site du journal NZZ.

 

Si le département informatique de la marque compte déjà quelques 100 personnes, Audemars Piguet n’a jamais ouvert de canal de distribution en ligne, le nombre de pièces produites étant insuffisant. En effet, la production de montres Audemars Piguet ne s’est élevée cette année qu’à 37 000 pièces, au lieu des 45 000 planifiées.

 

[…][/vc_column_text][vc_cta h2= »Cet article est réservé aux abonnés. » h2_font_container= »font_size:16″ h2_use_theme_fonts= »yes » h4= »Abonnez-vous dès maintenant ! » h4_font_container= »font_size:32|line_height:bas » h4_use_theme_fonts= »yes » txt_align= »center » color= »black » add_button= »right » btn_title= »JE M’ABONNE ! » btn_color= »danger » btn_size= »lg » btn_align= »center » use_custom_fonts_h2= »true » use_custom_fonts_h4= »true » btn_button_block= »true » btn_custom_onclick= »true » btn_link= »url:https%3A%2F%2Fluxus-plus.com%2Fabonnements-et-newsletter-2%2F||| »]Accédez en illimité à tous les articles et vivez une expérience de lecture inédite, contenus en avant première, newsletter exclusives…

Déjà un compte ? Connectez-vous.[/vc_cta][vc_column_text]Photo à la Une: © Romain Réa[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row njt-role= »people-in-the-roles »][vc_column][vc_column_text]

Alors que la marque du Brassus a annoncé engager 250 collaborateurs en 2021, le secteur des montres d’entrée de gamme bat de l’aile.

 

L’annonce a fait l’effet d’une bombe dans le secteur horloger : Avec 2000 collaborateurs à son actif, Audemars Piguet compte embaucher 250 personnes au cours de l’année prochaine. Le directeur général de l’entreprise, François-Henri Bennahmias, compte « renforcer le personnel pour le service après-vente, pour la gestion de la marque et pour l’informatique » révélait-il dans une interview parue sur le site du journal NZZ.

 

Si le département informatique de la marque compte déjà quelques 100 personnes, Audemars Piguet n’a jamais ouvert de canal de distribution en ligne, le nombre de pièces produites étant insuffisant. En effet, la production de montres Audemars Piguet ne s’est élevée cette année qu’à 37 000 pièces, au lieu des 45 000 planifiées.

 

[…][/vc_column_text][vc_cta h2= »Cet article est réservé aux abonnés. » h2_font_container= »font_size:16″ h2_use_theme_fonts= »yes » h4= »Abonnez-vous dès maintenant ! » h4_font_container= »font_size:32|line_height:bas » h4_use_theme_fonts= »yes » txt_align= »center » color= »black » add_button= »right » btn_title= »JE M’ABONNE ! » btn_color= »danger » btn_size= »lg » btn_align= »center » use_custom_fonts_h2= »true » use_custom_fonts_h4= »true » btn_button_block= »true » btn_custom_onclick= »true » btn_link= »url:https%3A%2F%2Fluxus-plus.com%2Fen%2Fabonnements-et-newsletter-2-2%2F||| »]Accédez en illimité à tous les articles et vivez une expérience de lecture inédite, contenus en avant première, newsletter exclusives…

Déjà un compte ? <strong><a href= »https://luxus-plus.com/mon-compte/ »>Connectez-vous</a>.</strong>[/vc_cta][vc_column_text]Photo à la Une: © Romain Réa[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row]

Tags

La rédaction
La rédaction
Grâce à une veille accrue et à une excellente connaissance de ces secteurs, la rédaction de Luxus + décrypte pour ses lecteurs les principaux enjeux économiques et technologiques de la mode, l’horlogerie, la joaillerie, la gastronomie, les parfums et cosmétiques, l’hôtellerie, et l’immobilier de prestige.

Inscription à notre Newsletter

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir nos émissions et articles en avant-première !

Offre de lancement:

Votre participation à la Masterclass Camille Fournet réservée aux abonnés annuels !

Newletter Luxus Plus