Art Paris célèbre ses 25 ans sous le signe de l’art engagé

[vc_row njt-role= »people-in-the-roles » njt-role-user-roles= »administrator,editor,author,armember »][vc_column][vc_column_text]

Art Paris 2023 ouvre ses portes demain dans la capitale. Pour cette édition anniversaire, la foire, qui fête ses 25 ans, se concentre de nouveau sur des thèmes sociétaux forts et actuels. À travers des œuvres contemporaines, les artistes livreront une vision du monde engagée.

 

Une édition dans l’air du temps. Art Paris, qui fête cette année ses 25 ans, réunit 134 galeries de 25 pays du 30 mars au 2 avril 2023 au Grand Palais Éphémère. Fondée en 1999, la foire, organisée par France Conventions, propose de défricher et d’explorer l’art moderne et contemporain.

 

La sélection 2023 propose une liste d’exposants renouvelée à 33 % (soit 43 nouvelles galeries par rapport à 2022) avec toujours la présence de galeries majeures qui s’ancrent durablement dans la foire. 60 % des exposants sont français et 40 % étrangers. Cela permet de valoriser la richesse des galeries hexagonales, des enseignes incontournables aux galeries de région moins réputées.

 

Engagement et exil

 

La foire s’est tournée vers des thématiques qui traversent la société et le champ de la création contemporaine. En 2022, elle avait choisi l’art et l’environnement, pour 2023, place aux sujets de l’engagement et de l’exil. Des partis pris qui n’ont qu’un objet : célébrer l’art engagé. Marc Donnadieu, commissaire d’expositions indépendant, a ainsi composé une sélection de 20 artistes pour explorer le regard qu’ils portent à la notion d’engagement.

 

 « Si l’art ne change pas le monde, il y a des œuvres qui résistent et s’opposent à leur façon aux coups portés », déclare M. Donnadieu. « Des œuvres qui forcent à la clairvoyance, à l’émancipation, à l’empathie et nous obligent à ouvrir notre regard sur l’art comme sur le monde, leur histoire ou leur actualité. »

 

L’autre thème inspirant les œuvres de la foire est l’exil, à travers « la dépossession et la résistance ». Ce thème, confié à Amanda Abi Khalil, autre commissaire d’expositions indépendante et fondatrice de TAP (Temporary Art Platform) à Beyrouth met en avant une sélection de 18 artistes internationaux.

 

« Partir d’un endroit ne veut pas dire ne plus y être. L’exil, choisi ou forcé, est toujours subi », explique Amanda Abi Khalil. « Dans un contexte actuel de tensions migratoires exacerbées pour cause de guerres, crises économiques et climatiques, cette ligne thématique propose d’aborder l’exil comme processus complexe, poreux et personnel, pour l’entendre au-delà de sa connotation strictement géographique ou identitaire. »

 

L’art contemporain prédominant

 

Au fil du temps, Paris est devenue une place majeure pour l’art contemporain et la foire a pour vocation de rendre accessible ce dernier à un public élargi. Quelque quatre-vingts visites de « décryptage » sont organisées avec l’Observatoire de l’art contemporain. De même, Art Paris propose cette année « Promesses », un secteur dédié aux jeunes galeries de moins de six ans d’existence, offrant un éclairage prospectif sur la pointe avancée de l’art contemporain. Alors que les galeries peuvent présenter un maximum de trois artistes émergents, 45 % du coût de la participation est pris en charge par la foire. Très international et renouvelé à 67 % en 2023, ce secteur accueille cette année neuf galeries.

 

Voilà deux œuvres qui ont retenu notre attention, sur les thèmes de l’engagement et de l’exil :

 

Sans titre (2020)

 

 

On retrouve au fil du travail du français Damien Deroubaix des thèmes classiques incontournables comme la mort, le guerrier ou le nu-féminin qu’ils revisitent à partir des situations contemporaines les plus sombres comme la guerre en Irak, en Syrie ou en Ukraine. Ce tableau est emblématique de l’engagement pictural : un personnage qui rappelle une sculpture de Rodin, mi-féminin, m-masculin, amputé des deux bras sur fond de drapeau américain et d’ailes d’oiseau. Rien d’héroïque, seulement des formes symboliques sans humanité, à l’instar de rêves définitivement perdus ou d’espoirs sans retour.

 

Irreversible (2018)

 

 

Cette œuvre à base de tissu, non tissé, ciment et épingles, matérialise le temps en fuite, la porosité de la mémoire et la ruine du souvenir. Tels des mirages, des éléments d’architecture se détachent par strates. La colombienne Leyla Cardenas développe dans ses créations un jeu de transparence, qui leur donne un aspect presque fantomatique.

 

 

Lire aussi >Journées Européennes des Métiers d’Art : l’édition 2023 débute aujourd’hui en France

Photo à la Une : © Galerie Oniris[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row njt-role= »not-logged-in »][vc_column][vc_column_text]

Art Paris 2023 ouvre ses portes demain dans la capitale. Pour cette édition anniversaire, la foire, qui fête ses 25 ans, se concentre de nouveau sur des thèmes sociétaux forts et actuels. À travers des œuvres contemporaines, les artistes livreront une vision du monde engagée.

 

Une édition dans l’air du temps. Art Paris, qui fête cette année ses 25 ans, réunit 134 galeries de 25 pays du 30 mars au 2 avril 2023 au Grand Palais Éphémère. Fondée en 1999, la foire, organisée par France Conventions, propose de défricher et d’explorer l’art moderne et contemporain.

 

La sélection 2023 propose une liste d’exposants renouvelée à 33 % (soit 43 nouvelles galeries par rapport à 2022) avec toujours la présence de galeries majeures qui s’ancrent durablement dans la foire. 60 % des exposants sont français et 40 % étrangers. Cela permet de valoriser la richesse des galeries hexagonales, des enseignes incontournables aux galeries de région moins réputées.

 

Engagement et exil

 

La foire s’est tournée vers des thématiques qui traversent la société et le champ de la création contemporaine. En 2022, elle avait choisi l’art et l’environnement, pour 2023, place aux sujets de l’engagement et de l’exil. Des partis pris qui n’ont qu’un objet : célébrer l’art engagé. Marc Donnadieu, commissaire d’expositions indépendant, a ainsi composé une sélection de 20 artistes pour explorer le regard qu’ils portent à la notion d’engagement.

 

 « Si l’art ne change pas le monde, il y a des œuvres qui résistent et s’opposent à leur façon aux coups portés », déclare M. Donnadieu. « Des œuvres qui forcent à la clairvoyance, à l’émancipation, à l’empathie et nous obligent à ouvrir notre regard sur l’art comme sur le monde, leur histoire ou leur actualité. »

 

L’autre thème inspirant les œuvres de la foire est l’exil, à travers « la dépossession et la résistance ». Ce thème, confié à Amanda Abi Khalil, autre commissaire d’expositions indépendante et fondatrice de TAP (Temporary Art Platform) à Beyrouth met en avant une sélection de 18 artistes internationaux.

 

« Partir d’un endroit ne veut pas dire ne plus y être. L’exil, choisi ou forcé, est toujours subi », explique Amanda Abi Khalil. « Dans un contexte actuel de tensions migratoires exacerbées pour cause de guerres, crises économiques et climatiques, cette ligne thématique propose d’aborder l’exil comme processus complexe, poreux et personnel, pour l’entendre au-delà de sa connotation strictement géographique ou identitaire. »

 

L’art contemporain prédominant

 

[…][/vc_column_text][vc_cta h2= »Cet article est réservé aux abonnés. » h2_font_container= »tag:h2|font_size:16|text_align:left » h2_use_theme_fonts= »yes » h4= »Abonnez-vous dès maintenant ! » h4_font_container= »tag:h2|font_size:32|text_align:left|line_height:bas » h4_use_theme_fonts= »yes » txt_align= »center » color= »black » add_button= »right » btn_title= »JE M’ABONNE ! » btn_color= »danger » btn_size= »lg » btn_align= »center » use_custom_fonts_h2= »true » use_custom_fonts_h4= »true » btn_button_block= »true » btn_custom_onclick= »true » btn_link= »url:https%3A%2F%2Fluxus-plus.com%2Fnouveaux-abonnements-et-newsletter%2F »]Accédez en illimité à tous les articles et vivez une expérience de lecture inédite, contenus en avant première, newsletter exclusives…

Déjà un compte ? Connectez-vous.[/vc_cta][vc_column_text]Photo à la Une : © Galerie Oniris[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row njt-role= »people-in-the-roles » njt-role-user-roles= »subscriber,customer »][vc_column][vc_column_text]

Art Paris 2023 ouvre ses portes demain dans la capitale. Pour cette édition anniversaire, la foire, qui fête ses 25 ans, se concentre de nouveau sur des thèmes sociétaux forts et actuels. À travers des œuvres contemporaines, les artistes livreront une vision du monde engagée.

 

Une édition dans l’air du temps. Art Paris, qui fête cette année ses 25 ans, réunit 134 galeries de 25 pays du 30 mars au 2 avril 2023 au Grand Palais Éphémère. Fondée en 1999, la foire, organisée par France Conventions, propose de défricher et d’explorer l’art moderne et contemporain.

 

La sélection 2023 propose une liste d’exposants renouvelée à 33 % (soit 43 nouvelles galeries par rapport à 2022) avec toujours la présence de galeries majeures qui s’ancrent durablement dans la foire. 60 % des exposants sont français et 40 % étrangers. Cela permet de valoriser la richesse des galeries hexagonales, des enseignes incontournables aux galeries de région moins réputées.

 

Engagement et exil

 

La foire s’est tournée vers des thématiques qui traversent la société et le champ de la création contemporaine. En 2022, elle avait choisi l’art et l’environnement, pour 2023, place aux sujets de l’engagement et de l’exil. Des partis pris qui n’ont qu’un objet : célébrer l’art engagé. Marc Donnadieu, commissaire d’expositions indépendant, a ainsi composé une sélection de 20 artistes pour explorer le regard qu’ils portent à la notion d’engagement.

 

 « Si l’art ne change pas le monde, il y a des œuvres qui résistent et s’opposent à leur façon aux coups portés », déclare M. Donnadieu. « Des œuvres qui forcent à la clairvoyance, à l’émancipation, à l’empathie et nous obligent à ouvrir notre regard sur l’art comme sur le monde, leur histoire ou leur actualité. »

 

L’autre thème inspirant les œuvres de la foire est l’exil, à travers « la dépossession et la résistance ». Ce thème, confié à Amanda Abi Khalil, autre commissaire d’expositions indépendante et fondatrice de TAP (Temporary Art Platform) à Beyrouth met en avant une sélection de 18 artistes internationaux.

 

« Partir d’un endroit ne veut pas dire ne plus y être. L’exil, choisi ou forcé, est toujours subi », explique Amanda Abi Khalil. « Dans un contexte actuel de tensions migratoires exacerbées pour cause de guerres, crises économiques et climatiques, cette ligne thématique propose d’aborder l’exil comme processus complexe, poreux et personnel, pour l’entendre au-delà de sa connotation strictement géographique ou identitaire. »

 

L’art contemporain prédominant

 

[…][/vc_column_text][vc_cta h2= »Cet article est réservé aux abonnés. » h2_font_container= »tag:h2|font_size:16|text_align:left » h2_use_theme_fonts= »yes » h4= »Abonnez-vous dès maintenant ! » h4_font_container= »tag:h2|font_size:32|text_align:left|line_height:bas » h4_use_theme_fonts= »yes » txt_align= »center » color= »black » add_button= »right » btn_title= »JE M’ABONNE ! » btn_color= »danger » btn_size= »lg » btn_align= »center » use_custom_fonts_h2= »true » use_custom_fonts_h4= »true » btn_button_block= »true » btn_custom_onclick= »true » btn_link= »url:https%3A%2F%2Fluxus-plus.com%2Fnouveaux-abonnements-et-newsletter%2F »]Accédez en illimité à tous les articles et vivez une expérience de lecture inédite, contenus en avant première, newsletter exclusives…

Déjà un compte ? Connectez-vous.[/vc_cta][vc_column_text]Photo à la Une : ©Galerie Oniris[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row]

Tags

Picture of La rédaction
La rédaction
Grâce à une veille accrue et à une excellente connaissance de ces secteurs, la rédaction de Luxus + décrypte pour ses lecteurs les principaux enjeux économiques et technologiques de la mode, l’horlogerie, la joaillerie, la gastronomie, les parfums et cosmétiques, l’hôtellerie, et l’immobilier de prestige.

Luxus+ recommande

Inscription à notre Newsletter

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir nos émissions et articles en avant-première !

Newletter Luxus Plus