[Luxus Magazine] Javier Milei, le Trump de la Pampa élu à la Présidence de l’Argentine

Les élections présidentielles argentines du 19 novembre se sont conclues par la victoire écrasante de Javier Milei, le candidat d’extrême droite, avec 55,7 % des voix. Cette surprise marque un rejet massif du gouvernement péroniste et de la classe politique dominante, dans un contexte de crise économique aiguë. Les idées radicales de Milei ont séduit une partie de la population, tandis que des inquiétudes persistent quant à la mise en œuvre de son programme.

 

Les instituts de sondages argentins, qui avaient prédit un second tour serré,  se sont trompés. Javier Milei, le candidat d’extrême droite à l’élection présidentielle, a remporté une victoire écrasante avec 55,7 % des voix le dimanche 19 novembre, face à Sergio Massa, le candidat péroniste et ministre de l’économie sortant. « C’est une nuit historique pour l’Argentine », s’est réjoui le nouveau président.

 

Cette victoire écrasante est interprétée comme un rejet sans équivoque du gouvernement péroniste et, plus largement, de la classe politique qui a dominé le pouvoir ces dernières années. Dans le contexte d’une crise économique persistante, marquée par une inflation de 143 %, des dévaluations successives et la menace constante de défaut de paiement, les Argentins ont opté pour une voie politique résolument nouvelle.

 

« C’en est fini du modèle appauvrissant de la caste, aujourd’hui nous adoptons le modèle de la liberté, pour redevenir une puissance mondiale », a commenté le candidat anti-système.

 

 

Agé de 53 ans, Javier Milei est apparu sur la scène politique il y a deux ans en tant que député de Buenos Aires. Ayant fait carrière en tant qu’économiste, il était souvent invité sur les plateaux de télévision et apprécié pour ses déclarations passionnées et ses colères devant les caméras. Lors de ses meetings, il proclamait fréquemment : « Je suis le lion, je suis le roi. »

 

Son entrée en politique a été soutenue par Sergio Massa lui-même, dont l’entourage a financé son parti, La Liberté Avance (LLA). L’objectif de Massa était de contrecarrer la candidature de Patricia Bullrich du parti de droite de l’ancien président Mauricio Macri, qui est arrivée troisième au premier tour. Massa espérait que l’exubérance et les provocations de Javier Milei empêcheraient Mauricio Macri de soutenir le candidat libertarien. Cependant, sa manœuvre s’est retournée contre lui, car dès le soir du premier tour, Patricia Bullrich et Mauricio Macri ont apporté leur soutien à Javier Milei, rendant possible la victoire de celui qui était considéré il y a encore quelques mois comme un candidat peu crédible et marginal.

 

 

Cliquez ici pour lire l’article en entier sur Luxus Magazine.

Photo à la Une : ©Presse

Picture of Hugues Reydellet
Hugues Reydellet
Hugues Reydellet est un jeune journaliste passionné, dont les sujets de prédilection sont l'économie, la culture, la gastronomie, mais aussi l'automobile et le sport. Avec une plume acérée et une curiosité insatiable, Hugues est constamment à la recherche de nouvelles informations brûlantes à rapporter.

Nos services

©2023 Luxus Plus. Tous droits réservé

Inscription à notre Newsletter

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir nos émissions et articles en avant-première !

Offre de lancement:

Votre participation à la Masterclass Camille Fournet réservée aux abonnés annuels !

Newletter Luxus Plus