[Luxus Magazine] Regards croisés de Harold Parisot (Chinese Business Club) et Jonathan Anguelov (Aircall) sur le dynamisme de la French Tech

Jonathan Anguelov, fondateur et ex-pdg d’Aircall, licorne de la téléphonie d’entreprise devenue centaure, était, le 30 avril dernier,invité des déjeuners du Chinese Business Club, premier club d’affaires de France fondé et dirigé par Harold Parisot. Entretien croisé entre deux figures de l’entrepreneuriat français.

 

Depuis 2012, Harold Parisot, fondateur et président du Chinese Business Club, organise une quinzaine de déjeuners par an à destination de 130 sociétés membres. Un club qui, comme son nom ne le laisse pas présager, est désormais tourné vers l’écosystème hexagonal.  Chaque mois, ce premier club d’affaires de France convie au cours de repas, plusieurs typologies d’invités d’honneur, notamment des personnalités politiques (Emmanuel Macron, Nicolas Sarkozy, Albert de Monaco…), des grands patrons du CAC 40 (Total, L’Oréal, Accor, Club Med, Pernod Ricard) ainsi que des entrepreneurs à succès de la French Tech comme Blablacar, Qonto, Backmarket, Doctolib et maintenant Aircall.

 

Fondée en 2014, Aircall est une entreprise de téléphonie d’entreprise devenue sept ans plus tard, licorne, après une valorisation de plus d’un milliard d’euros. Elle a ainsi passé le cap des 100 millions de chiffre d’affaires en 2022, faisant d’elle un des premiers centaures de la French Tech. Invité à un déjeuner du Chinese Business Club, le fondateur et ex-dirigeant d’Aircall, Jonathan Anguelov, souhaitait bâtir une entreprise internationalisée tout en restant française de cœur. Aujourd’hui c’est chose faite puisque 85% du chiffre d’affaires de l’entreprise est réalisé en dehors de France, en particulier Outre-Atlantique.

 

LUXUS PLUS : Harold Parisot, vous êtes à l’origine de ce nouveau déjeuner du Chinese Business Club au sein de l’Hôtel Intercontinental Paris Le Grand. Pourquoi avoir choisi Jonathan Angelov comme invité d’honneur ?

Harold Parisot : Il faut voir le réseau du Chinese Business Club comme un accélérateur d’opportunités professionnelles. Le carnet d’adresse est extrêmement important pour développer votre business de façon exponentielle. Mon but est de faire intervenir comme invités d’honneur, des entrepreneurs porteurs de magnifiques success stories. Jonathan Angelov en est pour moi l’exemple parfait dans le sens où c’est “un ancien gamin de la DDASS qui a réussi à monter une licorne, une start-up qui est valorisée plus d’un milliard d’euros. Un effet Wahou garantie. Et les membres comme les participants du club veulent pouvoir rencontrer l’invité d’honneur et discuter avec lui. Comme vous le savez, au club, c’est assez éclectique : il y a des sénateurs, des députés, des ambassadeurs, des sportifs professionnels et même des humoristes. Et personne ne peut rester de marbre devant d’aussi belles réussites. J’en suis le premier admirateur.

 

L+ : Jonathan Anguelov, pouvez-vous en quelques mots nous présenter Aircall ? J’ai cru comprendre que vous n’étiez pas seulement dans le cloud mais aussi dans l’intelligence artificielle, technologie dans laquelle vous avez été parmi les pionniers…

Jonathan Anguelov : Notre grande innovation chez Aircall était au départ de faire communiquer la téléphonie d’entreprise avec son système d’information (CRM et autres logiciels de service client). Il y a dix ans, cette intégration n’existait tout simplement pas, au point que bien souvent le service client était dans l’incapacité de connaître le numéro de téléphone des appels entrants. Nous voulions dès le départ simplifier tout le processus et créer un système de téléphonie où la seule question qui vaille ne serait plus quel est votre numéro mais quel est votre problème ? Partir sur cette base nous a permis de créer davantage de confiance tout en permettant aux équipes de se concentrer sur la seule personnalisation de leur argumentaire commercial. Ainsi, Aircall a rendu les appels des entreprises plus productifs, plus rapides tout en améliorant l’expérience client au global. Parce que nous voulions avant tout simplifier le quotidien des équipes commerciales et des centres d’appel, nous avons misé sur l’intelligence artificielle dès 2019 afin de permettre la retranscription et le résumé des appels téléphoniques. Aujourd’hui, Aircall cherche toujours à simplifier la vie de ses clients, de les rendre plus productifs et meilleurs jour après jour et les outils analytiques permettent clairement aux équipes de progresser sur cette voie.

 

L+: Quelles analyses Aircall et son IA peuvent faire ressortir des conversations téléphoniques ?

JA : Certaines fonctionnalités ont été réalisées en direct et d’autres au moyen d’intégrations, c’est-à-dire via d’autres sociétés qui s’intègrent à nous, comme Attention.tech. L’idée derrière ça est d’être en mesure, à la fin de l’appel, de répondre à des questions telles que “est-ce que la personne était attentive ? Est-ce qu’elle a posé les bonnes questions ? Est-ce que j’ai personnellement bien répondu à ces questions ? Quel était le ton de sa voix ? Il faut une qualité sonore très supérieure afin de retranscrire avec précision une émotion dans le ton d’une voix, ce que les américains appellent le “sentiment analysis”.

 

L+: Comment avez-vous réussi à gérer cette hyper croissance soudaine ?

JA : Au moment du lancement de Aircall, le besoin était clairement identifié et particulièrement prégnant : nos clients le comprenaient, en rêvaient depuis des années, mais surtout, ils nous ont épaulé afin de faire évoluer notre proposition. C’est ce besoin qui nous a motivé à prendre le temps nécessaire pour délivrer un produit de première classe. Devant le succès rencontré, nous sommes passés de zéro à un million d’euros de chiffre d’affaires en moins de 18 mois. L’année d’après, nous étions à 3 puis 9 millions l’année suivante, avant de passer à 18 puis 30, puis 50, puis 80, puis 120. Maintenant nous sommes à plus de 150 millions d’euros à date, et nous projetons de finir l’année autour de 200 millions d’euros.

 

Cliquez ici pour l’article en entier sur Luxus Magazine

 

Photo à la Une : © Chinese Business Club/Aircall

Picture of Victor Gosselin
Victor Gosselin
Victor Gosselin est journaliste spécialisé luxe, RH, tech, retail et consultant éditorial. Diplômé de l’EIML Paris, il évolue depuis 9 ans dans le luxe. Féru de mode, d’Asie, d’histoire et de long format, cet ex-Welcome To The Jungle et Time To Disrupt aime analyser l’info sous l’angle sociologique et culturel.

Nos services

©2023 Luxus Plus. Tous droits réservé

Inscription à notre Newsletter

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir nos émissions et articles en avant-première !

Offre découverte

S’abonner à partir de 1€ le premier mois

Newletter Luxus Plus