Vous lisez en ce moment
Kering : ce nouveau business model qui lui rapporte déjà gros

Kering : ce nouveau business model qui lui rapporte déjà gros

Voir la galerie

Après un repositionnement luxe aux débuts des années 2000, le groupe Kering a su, en deux décennies, bâtir un solide modèle d’affaires basé sur l’acquisition de maisons d’exception, la création de valeur et une culture de la responsabilité. Un business model unique qui ne cesse de porter ses fruits : au dernier trimestre de 2019, le groupe enregistrait toujours une croissance forte et rentable malgré les crises. Analyse d’un archétype de réussite.

 

Un virage à 360° vers le luxe

 

Tout commence en 1999 lorsque le groupe Pinault-Printemps-Redoute (PPR) fondé en 1962 par François Pinault décide de se désengager de la grande distribution et de s’investir dans le secteur du luxe. Le groupe vend alors une à une ses filiales (Printemps, Conforama, la Fnac, La Redoute, etc.) puis rachète – totalement ou partiellement – de grands groupes de luxe tels que Gucci et Sanofi Beauté (qui détient Yves Saint-Laurent).

 

Cet article est réservé aux abonnés.

Abonnez-vous GRATUITEMENT pendant 1 mois avec le code promotionnel TELEWORK!

Accédez en illimité à tous les articles et vivez une expérience de lecture inédite, contenus en avant-première, newsletters exclusives…

Je m’abonne!

Déjà un compte? Connectez-vous.

 

 

 

 

 

Photo à la Une: © François-Henri Pinault / Wikipédia

Comment avez vous trouvez l'article ?
Excited
0
Happy
0
In Love
0
Not Sure
0
Silly
0

COPYRIGHT 2020 LUXUS + ALL RIGHTS RESERVED

Revenir en haut