Vous lisez en ce moment
Vogue Fashion Festival 2017 : Ce qu’il faut retenir du tête-à-tête entre Karl Lagerfeld et Loïc Prigent

Vogue Fashion Festival 2017 : Ce qu’il faut retenir du tête-à-tête entre Karl Lagerfeld et Loïc Prigent

Les 24 et 25 novembre derniers, le Vogue Fashion Festival 2017 a rassemblé les plus imminents acteurs du luxe. Des personnalités telles que François-Henri Pinault, Karl Lagerfeld ou encore Bruno Pavlovsky sont venues partager leur vision des enjeux actuels et futurs du luxe et de la mode. Retour sur les moments forts de ces deux journées.  

Diverses thématiques ont été abordées au Vogue Fashion Festival 2017 afin d’élaborer une cartographie de l’industrie du luxe et de la mode dans un monde en pleine mutation. La journée du 24 novembre était dédiée à « la transformation de l’écosystème de l’industrie du luxe », tandis que celle du 25 abordait les évolutions créatives qui s’opèrent dans le secteur, avec, notamment, les interventions de deux grands créateurs :  Karl Lagerfeld et Alber Elbaz.

Comme à son habitude, Karl Lagerfeld, le directeur artistique de Chanel et Fendi, n’a pas manqué d’amuser l’audience, usant de son franc parlé et d’anecdotes croustillantes pour évoquer les différentes facettes de son travail qui nourrissent son esprit créatif. La rédaction de Luxus Plus, qui était présente, vous propose une sélection des extraits les plus marquants du tête à tête entre Karl Lagerfeld et Loïc Prigent.

« Le travail d’abord. J’aime faire ça, je ne me force pas. J’aime dessiner, explique-t-il. C’est bien, on appelle ça le plein emploi […]. Tout s’enchaîne, c’est un dialogue non-stop. Il faut faire, il faut improviser. Il y a des deadlines. Le côté coup de pieds dans le derrière c’est sain. »

Selon lui, pour trouver l’inspiration, « il ne faut pas être que dans un truc. Il faut faire plusieurs choses qui puissent se nourrir mutuellement. Si je ne faisais que des collections, je perdrais le contact avec le monde extérieur et ça ce n’est pas bon. Je suis très très au courant. »

Voir aussi


« Si je n’ai pas un sentiment d’indépendance ou de liberté, je suis frustré, castré, je ne peux rien faire. Je dois avoir la possibilité de faire n’importe quoi […]. C’est l’idée que je puisse faire ce que j’ai envie de faire qui me stimule. Tout coup de frein serait une frustration stérilisante. Non, on ne peut pas me dire non, c’est dans mon contrat. »

Son dernier projet du créateur star boulimique de travail ? Le défilé Chanel Métiers d’Art 2017-2018 à Hambourg. La ville qui l’a vu naître. Organisé à la Philharmonie, un sublime lieu historique sur le Port. Une collection inspirée de la Marine, sans pour autant être rattachée à ses souvenirs d’enfance. Le créateur conclue : «Il y a plutôt une inspiration maritime, les marins d’Hambourg, des choses comme ça. Mais ce sont des allusions vagues, ce n’est pas du folklore. J’ai horreur de ça. »

Guillaume
Comment avez vous trouvez l'article ?
Excited
0
Happy
0
In Love
0
Not Sure
0
Silly
0

COPYRIGHT 2020 LUXUS + ALL RIGHTS RESERVED

Revenir en haut