Vous lisez en ce moment
Quel avenir pour l’industrie de la croisière de luxe?

Quel avenir pour l’industrie de la croisière de luxe?

Voir la galerie

L’industrie du tourisme et de la croisière de luxe figurent parmi les secteurs les plus durement touchés par la crise mondiale du coronavirus. Les navires de plaisance, véritables hôtels sur l’eau, devront relever demain le défi de nouvelles problématiques sanitaires et sécuritaires hors-normes. Objectif? Se réinventer pour ne pas être refoulés des ports où ils trouvent refuge.

 

L’industrie de la croisière de luxe connaissait ces dernières années une prospérité grandissante, avec un nombre de croisiéristes dans le monde qui n’a cessé d’augmenter : de 13 millions en 2004, il est passé à 19 millions en 2010 puis à 30 millions en 2020. Selon l’association internationale des compagnies de croisière (CLIA), l’impact économique de cette activité s’élevait en 2018 à 150 milliards de dollars pour un total de près d’1.2 million d’emplois directs et induits.

 

Mais tout cela, c’était avant qu’une épidémie connue sous le nom de SARS-CoV-2 ne sévisse aux quatre coins du globe.

 

Hier fructueuse, aujourd’hui exsangue, l’industrie de la croisière doit faire face à la plus grande crise de son histoire.

 

Son redémarrage dépendra de sa capacité à relever de multiples défis sanitaires, mais surtout à surmonter de nombreux bouleversements sociaux et économiques.

Cet article est réservé aux abonnés.

Abonnez vous dès maintenant !

Accédez en illimité à tous les articles et vivez une expérience de lecture inédite, contenus en avant première, newsletter exclusives…

Déjà un compte ? Connectez-vous.

Photo à la Une : © MSC Seaview cruise / Facebook

Comment avez vous trouvez l'article ?
Excited
0
Happy
0
In Love
0
Not Sure
0
Silly
0

COPYRIGHT 2020 LUXUS + ALL RIGHTS RESERVED

Revenir en haut