Louis Vuitton : Une odyssée ultrastylée pour clôturer la Fashion Week virtuelle de Paris

Cette saison, Louis Vuitton clôture la semaine de la mode féminine de Paris en beauté avec la présentation de sa collection automne-hiver 2021-2022, sur le thème de l’Antiquité. Pour l’occasion, la maison de luxe rouvre les portes du Louvre au grand public dans un défilé retransmis virtuellement.

 

Le défilé qui, pour se faire, avait demandé l’ajout d’une journée supplémentaire à la Fashion Week parisienne, s’est tenu mercredi 10 mars, au musée du Louvre de Paris. Sur les notes du titre « Around the World » du groupe Daft Punk, qui annonçait récemment sa séparation, Louis Vuitton clôture la semaine de la mode avec un tour du monde culturel.

 

Dans les galeries Daru et Michel-Ange du musée du Louvre, les mannequins Louis Vuitton défilaient dans un cadre unique, entourées par les imposantes statues de la Rome et la Grèce antique. Pour cette collection, le directeur artistique des collections femmes de Louis Vuitton, Nicolas Ghesquière, a fait appel à l’atelier Fornasetti, fondé en 1940 par sculpteur, peintre, graveur et décorateur d’intérieur Piero Fornasetti.

 

Défilé Louis Vuitton automne-hiver 2021-2022

 

D’autres maisons de luxe avaient auparavant fait appel à l’atelier Fornasetti pour collaborer sur des collections, comme Valentino, ou encore Philippe Starck. Pour sa collection automne-hiver 2021-2022, Louis Vuitton s’est penché sur les pièces de l’artiste faisant référence à la mythologie antique, offrant ainsi une cohérence avec les galeries choisies.

 

« J’avais ce désir de faire quelque chose avec l’univers de Fornasetti depuis un moment », explique Nicolas Ghesquière à propos de l’artiste lors d’une interview. « J’aime son histoire, sa façon d’étendre le dessin dans de multiples techniques, partir de l’illustration pure vers le design, la décoration, l’édition, la scénographie. Tout est possible. Sa collaboration avec l’architecte Gio Ponti est passionnante. C’est un esprit libre qui a démultiplié les arts visuels. »

 

Nicolas Ghesquière a rendu hommage à trois figures emblématiques de la mythologie antique: la force de Diane, la beauté de Vénus et l’intelligence de Minerva. « Ce sont mes trois grâces », explique le designer. « En somme, le corps, le cœur et la tête. »

 

Empreinte de culture jusque dans les moindres détails, la collection comporte une robe matelassée, arborant les visages de célèbres philosophes et penseurs, rendant hommage à Minerva. La guerrière Diane est représentée dans la collection à travers les spartiates d’hivers, les parkas et les détails militaires, tandis que la déesse Vénus, elle, transparaît dans les robes brillantes ultra-chic.

 

Voir aussi


Lors de son défilé, Louis Vuitton fait le pari, souvent risqué, de l’avant-gardisme, proposant des vestes d’extérieur colorées et oversize, arborant l’œuvre de l’atelier italien, aujourd’hui dirigé par Barnaba Fornasetti, le fils du fondateur Piero. Le film du défilé prend fin sur une image symbolique: celle de la Victoire de Samothrace.

 

 

« Je suis fasciné par la manière dont Fornasetti a réinventé l’héritage issu du classicisme et de la Rome antique tout en intégrant de nouvelles références à l’imagerie historique », explique Nicolas Ghesquière. « En tant que créateur, je suis captivé depuis toujours par la capacité de la mode d’évoquer simultanément le passé, le présent et l’avenir ».

 

Lire aussi > [LUXUS+ MAGAZINE] FASHION WEEK DE PARIS : CE QU’IL FAUT RETENIR !

 

Photo à la Une : © Louis Vuitton

Comment avez vous trouvez l'article ?
Excited
0
Happy
0
In Love
0
Not Sure
0
Silly
0

COPYRIGHT 2021 LUXUS + ALL RIGHTS RESERVED

Revenir en haut