La réouverture des hôtels de luxe parisiens risque de ne pas être rentable

[vc_row njt-role= »people-in-the-roles » njt-role-user-roles= »administrator,armember »][vc_column][vc_column_text]

Si quelques-uns des palaces de la capitale française font le pari de l’ouverture après cinq mois et demi d’inactivité, la plupart de ces établissements ont repoussé la leur.

 

Privés de touristes étrangers et face à des carnets de réservation vides, moins d’un cinq étoiles parisien sur trois a repris son activité cet été, recense le cabinet spécialisé MKG Consulting.

 

Par ailleurs, ils sont 68% a avoir rouvert dans le reste du pays et 100% sur le littoral.

 

Nos établissements ont « une responsabilité sociétale vis-à-vis des boutiques, des chauffeurs de taxi, des boutiques qu’ils font vivre autour d’eux, et de leurs fournisseurs » , dit à l’AFP François Delahaye, patron du Meurice et du Plaza Athénée.

 

Ces deux palaces qui ont rouvert mardi, tout comme le Bristol et le Park Hyatt Paris-Vendôme, ont une clientèle majoritairement américaine. Les deux propriétés de l’opérateur hôtelier Dorchester Collection vont certes « perdre de l’argent, mais il faut jouer le jeu pour relancer la machine » , estime M. Delahaye.

 

Pour d’autres, comme le Lutetia, qui attend le 24, les portes sont pour le moment restées closes.

 

Quant au Ritz et au Crillon, ils ont été les premiers à se jeter à l’eau, le 24 août.

 

« Pour ceux qui rouvrent, il y a une vraie prise de risque, parce qu’ils vont être à des niveaux de fréquentation très bas, 30% ou 20%, ce qui n’est clairement pas suffisant pour faire tourner de si gros paquebots, qui offrent des prestations de luxe: room service 24h/24, conciergerie, voiturier… » , souligne Vanguélis Panayotis, président de MKG.

 

Tous les moyens sont donc bons pour tenter d’attirer dans leurs restaurants ou leurs spas une clientèle parisienne.

 

De son côté, le restaurant étoilé Pur du Park Hyatt (156 chambres et 300 salariés) qui rouvre le 16 septembre, proposera aux clients de créer leur menu de 3, 6 ou 8 plats signés par le chef Jean-François Rouquette.

 

« Nous avons rouvert les spas, le restaurant gastronomique -Alain Ducasse- du Plaza, qui marche bien, mais pas celui du Meurice, on attend le 22, parce qu’on n’avait pas assez de réservations » , explique M. Delahaye.

 

Il faut rappeler qu’en temps normal, Français et Européens ne représentent que 25% de la clientèle des cinq étoiles parisiens, les trois quarts venant des Etats-Unis, du Japon, de Chine, du Moyen-Orient, du Brésil ou de Russie.

 

C’est pourquoi, les établissements n’ont pas hésité aussi à avoir recours au dispositif du chômage partiel mis en place par le gouvernement. Au Meurice par exemple, sur les 550 employés, il n’y en a que 180 qui travaillent, les autres revenant une semaine sur deux

 

Pour la Fashion Week de Paris, le géant du luxe LVMH « qui réservait 1.250 nuitées, est tombé à 250, parce qu’ils invitaient des Américains, des Chinois, qui ne sortent pas de leur pays à cause de la quatorzaine » , explique aussi M Delahaye. D’autant plus que pour la prochaine fashion week parisienne, certains grands noms ont choisi de défilé hors calendrier, voire même pas du tout en optant plutôt pour des présentations virtuelles.

 

 

Lire aussi > PARIS : L​E FOUR SEASONS HOTEL GEORGE V ROUVRE SES PORTES LE 1ER SEPTEMBRE

 

Photo à la Une :  © Le Meurice[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row njt-role= »not-logged-in »][vc_column][vc_column_text]

Si quelques-uns des palaces de la capitale française font le pari de l’ouverture après cinq mois et demi d’inactivité, la plupart de ces établissements ont repoussé la leur.

 

Privés de touristes étrangers et face à des carnets de réservation vides, moins d’un cinq étoiles parisien sur trois a repris son activité cet été, recense le cabinet spécialisé MKG Consulting.

 

Par ailleurs, ils sont 68% a avoir rouvert dans le reste du pays et 100% sur le littoral.

 

Nos établissements ont « une responsabilité sociétale vis-à-vis des boutiques, des chauffeurs de taxi, des boutiques qu’ils font vivre autour d’eux, et de leurs fournisseurs« , dit à l’AFP François Delahaye, patron du Meurice et du Plaza Athénée.

 

[…][/vc_column_text][vc_cta h2= »Cet article est réservé aux abonnés. » h2_font_container= »font_size:16″ h2_use_theme_fonts= »yes » h4= »Abonnez vous dès maintenant ! » h4_font_container= »font_size:32|line_height:bas » h4_use_theme_fonts= »yes » txt_align= »center » color= »black » add_button= »right » btn_title= »JE M’ABONNE ! » btn_color= »danger » btn_size= »lg » btn_align= »center » use_custom_fonts_h2= »true » use_custom_fonts_h4= »true » btn_button_block= »true » btn_custom_onclick= »true » btn_link= »url:https%3A%2F%2Fluxus-plus.com%2Fabonnements-et-newsletter-2%2F||| »]Accédez en illimité à tous les articles et vivez une expérience de lecture inédite, contenus en avant première, newsletter exclusives…

Déjà un compte ? Connectez-vous.[/vc_cta][vc_column_text]Photo à la Une :  © Le Meurice[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row njt-role= »people-in-the-roles »][vc_column][vc_column_text]

Le groupe de vins et spiritueux Pernod Ricard se dit prudent après un exercice 2019-2020 impacté par le COVID-19.

 

Pernod Ricard s’attend à un environnement encore « volatil et incertain » pour son exercice 2020-2021 en raison de l’épidémie due au coronavirus qui a affecté son chiffre d’affaires et ses résultats en 2019-2020.

 

En effet, les revenus annuels du groupe ont reculé de 9,5% à 8,45 milliards d’euros, avec un repli de 36,2% pour le seul quatrième trimestre, clos fin juin, fortement affecté par la crise sanitaire.

 

Le résultat opérationnel courant 2019-2020 a diminué de 13,7% à 2,26 milliards d’euros et la marge brute a baissé de 140 points de base.

 

[…][/vc_column_text][vc_cta h2= »Cet article est réservé aux abonnés. » h2_font_container= »font_size:16″ h2_use_theme_fonts= »yes » h4= »Abonnez vous dès maintenant ! » h4_font_container= »font_size:32|line_height:bas » h4_use_theme_fonts= »yes » txt_align= »center » color= »black » add_button= »right » btn_title= »JE M’ABONNE ! » btn_color= »danger » btn_size= »lg » btn_align= »center » use_custom_fonts_h2= »true » use_custom_fonts_h4= »true » btn_button_block= »true » btn_custom_onclick= »true » btn_link= »url:https%3A%2F%2Fluxus-plus.com%2Fabonnements-et-newsletter-2%2F||| »]Accédez en illimité à tous les articles et vivez une expérience de lecture inédite, contenus en avant première, newsletter exclusives…

Déjà un compte ? Connectez-vous.[/vc_cta][vc_column_text]Photo à la Une :  © Le Meurice[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row]

Tags

La rédaction
La rédaction
Grâce à une veille accrue et à une excellente connaissance de ces secteurs, la rédaction de Luxus + décrypte pour ses lecteurs les principaux enjeux économiques et technologiques de la mode, l’horlogerie, la joaillerie, la gastronomie, les parfums et cosmétiques, l’hôtellerie, et l’immobilier de prestige.

Inscription à notre Newsletter

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir nos émissions et articles en avant-première !

Offre de lancement:

Votre participation à la Masterclass Camille Fournet réservée aux abonnés annuels !

Newletter Luxus Plus