Vous lisez en ce moment
Geoffroy Roux conseille aux entreprises de “résister au chantage” après l’appel au boycott des produits français

Geoffroy Roux conseille aux entreprises de “résister au chantage” après l’appel au boycott des produits français

Geoffroy Roux conseille aux entreprises de “résister au chantage” après l’appel au boycott des produits français

Geoffroy Roux de Bézieux, le président du mouvement MEDEF, était l’invité d’Apolline de Malherbe sur RMC. Il a appelé les entreprises à résister au chantage, suite à l’appel au boycott des produits français par plusieurs pays musulmans.

 

Interrogé sur le boycott des produits français dans un certain nombre de pays musulmans, Geoffroy Roux estime que « bien sûr c’est une mauvaise nouvelle pour les entreprises qui sont implantées là-bas, dans l’agroalimentaire, dans le luxe, dans les cosmétiques, mais il n’est pas question de céder au chantage, il y a un moment où on doit faire passer les principes avant la possibilité de développer nos affaires, et donc on est évidemment totalement solidaire du gouvernement français, et évidemment, j’appelle les entreprises à résister à ce chantage, et malheureusement à subir ce boycott » .

 

Le président du MEDEF met en garde contre un reconfinement total qui, selon lui, aurait des conséquences désastreuses sur l’économie. Il encourage donc les pouvoirs publics en place à trouver un juste-milieu en matière de restrictions, tout en permettant à l’économie de garder la tête hors de l’eau.

 

En effet, face au contexte actuel et à la recrudescence des cas de COVID-19 sur le territoire français, la menace d’un reconfinement total est davantage évoquée dans les médias. Geoffroy Roux de Bézieux considère que « si on reconfine totalement, comme on l’a fait en mars, ce n’est pas -10 % de récession qu’on risque, c’est un écroulement de l’économie. Pourquoi ? Parce que quand on a confiné en mars, on avait une économie qui était en très bonne santé, on était en pleine croissance, les entreprises étaient plutôt en bonne santé financière, elles se portaient bien, et donc elles ont résisté aux chocs, (…) aujourd’hui, elles sont très endettées et on risque d’aller vers quelque chose de très très dur » .

 

Pour le président du MEDEF Geoffroy Roux, il est donc primordial « de trouver le bon niveau de restrictions, intelligent, qui permette à l’économie de continuer« .

Voir aussi


 

Lire aussi > ACCOR : UN CHIFFRE D’AFFAIRES EN BAISSE DE – 63,7 % POUR LE T3

 

Photo à la Une : © Baltel/SIPA

Comment avez vous trouvez l'article ?
Excited
0
Happy
0
In Love
0
Not Sure
0
Silly
0

COPYRIGHT 2021 LUXUS + ALL RIGHTS RESERVED

Revenir en haut