Vous lisez en ce moment
Comment Pantin a séduit le monde du luxe?

Comment Pantin a séduit le monde du luxe?

Ali Zahi, Vice-président d’Est Ensemble, Bertrand Kerm (maire de Pantin) et Olivier Fournier, représentant d’Hermès, se sont accordés pour la signature d’une nouvelle charte entreprise « Engagés ensemble pour le territoire » le 9 mai dernier, renouvellant ainsi un partenariat engagé en 2013 lors de la signature d’une première charte. Focus sur l’attrait des entreprises du luxe pour ce « mini-Brooklyn » qui renaît « à toute vitesse« .

Depuis l’arrivée d’Hermès à Pantin en 1992, le dynamisme de cette dernière a également séduit Chanel, implantée dans la Seine-Saint-Denis de manière historique. Si Pantin attire désormais les grands noms du luxe, c’est parce qu’elle représente, après Montreuil, la plus forte concentration d’entreprises d’Est Ensemble (Etablissement public territorial composée par neuf villes parmi lesquelles Bobigny, Bondy, Pantin…).

Elle se voit aujourd’hui pourvue d’un profil de ville dite « active » économiquement grâce à l’implantation et au développement de grands établissements ou de TPE dans le secteur de l’artisanat, de la mode, de la distribution, des services aux entreprises.

Le no man’s land industriel est ainsi devenu banlieue à la mode. La ville accueille notamment D’Days, le festival du design du Grand Paris  et de grands noms du monde de l’art tels que la Galerie Thaddaeus Ropac. Venue du Marais, cette dernière a ouvert en 2013, dans une ancienne chaudronnerie, un espace aux dimensions muséales qui attire le gratin parisien. « Parfois, certains riches collectionneurs arrivent par jet privé au Bourget, font une escale à Pantin pour visiter la galerie et repartent déjeuner à Paris! » s’enorgueillit le maire socialiste Bertrand Kern, flatté lorsqu’on lui rappelle que sa ville a été qualifiée de « nouveau Brooklyn » par le Financial Times.

Dès 1992, Hermès a choisi de s’installer à Pantin avant de doubler par la suite la surface de ses locaux en 2013. Lorsque la décision de s’agrandir a été prise, l’entreprise et la mairie se sont accordés sur un projet commun : en échange des permis de construire – pour 27 000 mètres carrés tout de même – et de quelques facilités administratives, Hermès devra contribuer à la montée en gamme de la ville. ​

« Nous avions besoin d’étendre nos surfaces au début des années 1990 et avons trouvé des opportunités de terrains disponibles dans cette commune. Une étude faite auprès des salariés de l’entreprise ayant montré qu’ils habitaient majoritairement dans le Nord Est parisien », avait expliqué à l’époque Bernhardt Eichner, directeur général d’Hermès Services Groupe.

Aujourd’hui, le groupe accueille plus de 1400 salariés sur ce site parmi ses équipes administratives et créatives ainsi que le plus important atelier de maroquinerie. Et la signagture de la « chartes entreprises et territoire », renouvellée en mai dernier, l’oblige à faire du recrutement local, sa priorité.

L’objectif de cette charte est la mise en place d’un dispositif de partenariat qui harmonise le développement des grands comptes tels que Hermès avec celui des neuf villes qui composent Est Ensemble (Bagnolet, Bobigny, Bondy, Le Pré-Saint-Gervais, les Lilas, Montreuil, Noisy-le-Sec, Pantin et Romainville) autour de 7 thèmes principaux : emploi, insertion, handicap, liens avec les établissements de formation, développement local et durable, cadre de vie de l’entreprise, services aux salariés et implication de l’entreprise dans la vie locale.

Voir aussi


Les industries du luxe voient en Pantin une ville attractive qui s’inscrit dans une certaine dynamique : proche du centre de Paris, facilement accessible en transport, plus sécurisée qu’auparavant… et dirigée par un maire très convaincaint. « Dès que j’ai su que la maison (Chanel) cherchait des terrains, je suis allé les voir, brandissant leurs racines pantinoises, raconte Bertrand KernJ’ai même fait une visioconférence avec certains salariés du sud de la France pour les rassurer sur la Seine-Saint-Denis!« .

Il est fort à parier que les grands noms du luxe vont continuer de s’implanter dans cette ville à la réputation encore compliquée il y a quelques années, et plus encore avec le projet du Grand Paris qui va donner aux banlieues une visibilité et une accessibilité accentuées.

Rappelons d’ailleurs que ce projet de réorganisation en Île-de-France est estimé à 27 millions d’euros, dont 13 millions pour la seule opération pantinoise!

Marine
Comment avez vous trouvez l'article ?
Excited
0
Happy
0
In Love
0
Not Sure
0
Silly
0

COPYRIGHT 2020 LUXUS + ALL RIGHTS RESERVED

Revenir en haut