Vous lisez en ce moment
Business France: l’heure est à l’international pour les entreprises du luxe

Business France: l’heure est à l’international pour les entreprises du luxe

« C’est le moment d’oser l’international ! » : tels étaient les mots du ministre délégué du gouvernement chargé du commerce extérieur, Franck Riester, lors de la conférence Business France, affirmant sa volonté de renforcer l’exportation française.

 

Jeudi 18 mars, lors de la conférence Business France, le ministre délégué du gouvernement chargé du commerce extérieur, Franck Riester annonçait la direction que prendrait sa politique dans les mois à venir, tournée vers une plus grande ouverture à l’internationale et favorisant les exportations.

 

« Le plan de relance export est monté en charge avec des dispositifs plébiscités en 2020« , a expliqué Franck Riester. « Tout est mobilisé pour vous aider à aller plus loin à l’export. Il faut saisir cette opportunité d’utiliser ces moyens financiers et humains. Il y a des marchés qui bougent. Nous sommes convaincus qu’il y a des opportunités formidables en ce moment » .

 

Accompagné de Christophe Lecourtier, le directeur général de Business France, Pedro Novo, le directeur exécutif export de BPIFrance, et Guillaume de Seynes, le président du comité stratégique de la filière Mode et Luxe, plusieurs dispositifs ont été mis en place afin d’inciter les marques de luxe à suivre ces directives.

 

L’État a ainsi détaillé ses solutions d’accompagnement lors de la conférence Business France, comme le Chèque Relance Export, qui soutiendra les PME et ETI françaises qui souhaitent s’implanter sur de nouveaux marchés. Franck Riester a également annoncé la mise en place de 15,000 chèques, cumulables avec les aides déjà accordées par les régions.

 

Ces chèques proposent notamment la prise en charge de 50% des dépenses pour accompagner les entreprises dans leur déploiement à l’international. Ces aides sont de 1,500€ pour les accompagnements sur des marchés, 2,000€ pour les accompagnements individuels et de 2,500€ pour participer à un pavillon France sur un salon à l’étranger.

 

Même dans la période la plus noire, l’an dernier, nous ne sommes pas restés inertes. L’opération French Fashion Corner aux États-Unis a été emblématique de cette nouvelle offre avec 55 entreprises du prêt-à-porter, de la chaussure, de la bijouterie qui ont pu être en contact avec des clients potentiels. Au total 200 entreprises sont allées à l’international avec les différents dispositifs” , souligne Christophe Lecourtier.

 

Nous accélérons avec le plan de relance. Nous allons poursuivre la mise sur pied des rencontres avec les acheteurs, des rendez-vous vont être digitalisés, par exemple sur la thématique de la mode éthique et éco-responsable” , ajoute t-il.

 

Voir aussi

De plus, afin de favoriser le recrutement de jeunes cherchant à s’engager dans le volontariat international en entreprise, un chèque VIE a été mis en place. Business France a également annoncé le développement de mesures spécifiques pour les start-up de luxe, ainsi que la création d’un catalogue listant les déstockeurs européens. La pluralité de nouveaux outils numériques et physiques déployés devraient permettre aux marques françaises de s’étendre plus facilement à l’international.

 

« Nous avons pu voir un basculement vers la dynamique de l’Asie, qui a traversé la crise de manière plus rapide que nous et a généré des opportunités extrêmement variées et importantes”, explique Guillaume de Seynes, président du CSF Mode et Luxe. « La France bénéficie d’une prééminence dans nos secteur, que l’on a pu constater avec la place de Paris durant la dernière Fashion Week, là où d’autres places concurrentes ont pâti du contexte”.

 

Lire aussi > EN FRANCE, LE PREMIER LOT DE BITCOINS VENDU AUX ENCHÈRES CINQ FOIS AU PRIX DU MARCHÉ

 

Photo à la Une : © Presse

Comment avez vous trouvez l'article ?
Excited
0
Happy
0
In Love
0
Not Sure
0
Silly
0

COPYRIGHT 2021 LUXUS + ALL RIGHTS RESERVED

Revenir en haut