Brexit : Bentley sécurise son approvisionnement

[vc_row njt-role= »people-in-the-roles » njt-role-user-roles= »administrator,armember »][vc_column][vc_column_text]

Le mercredi 2 décembre, le constructeur automobile de luxe Bentley annonçait avoir réservé cinq avions-cargos Antonov pour continuer de s’approvisionner dans la perspective du Brexit. Au vue de l’incertitude des futures relations commerciales entre la Grande-Bretagne et l’Union Européenne, Bentley a effectivement préféré sécuriser ses réseaux d’approvisionnement.

 

Tandis que Westminster et Bruxelles négocient les conditions juridiques de la sortie de la Grande-Bretagne de l’UE, l’heure est à la prévision chez Bentley. Adrian Hallmark, le PDG de l’entreprise, a ainsi affirmé que Bentley a passé « deux ans à planifier » et dispose de « cinq Antonov en réserve pour transporter les carrosseries à Manchester. »

 

De plus, le constructeur automobile a augmenté le niveau des pièces détachées stockées pour la production. « Nous avions l’habitude de fonctionner en juste-à-temps avec un stock de deux jours. Maintenant, nous avons un stock de 14 jours. C’est 14 jours ouvrables, donc cela fait trois semaines de stock » précisait Adrian Hallmark คามากร้า ราคา.

 

La société a par ailleurs réservé des entrepôts supplémentaires et repensé ses itinéraires logistiques au cas où les voies traditionnelles d’approvisionnement seraient largement entravées par les accords juridiques en cours.

 

D’après le président de Bentley, « Arrêter les flux est bien plus dangereux que les droits de douane de Brexit. » Et pour cause : le fabricant de voitures de sport haut de gamme s’approvisionne à hauteur de 90% en Europe continentale et y vend environ 24% de ses voitures. Une rupture d’approvisionnement serait en ce sens lourdes de conséquences. Si la Grande-Bretagne ne parvenait pas à négocier sa sortie de l’Europe à son avantage, Bentley serait en revanche en mesure de compenser une augmentation des droits de douane en augmentant ses prix et réduisant ses coûts.

 

En outre, si la situation relative au Brexit demeure incertaine, les ventes en Europe et aux États-Unis ont augmenté de 15%, sans parler des ventes chinoises, en hausse de 35% par rapport à la période précédant la crise sanitaire. Ce rebond de la demande permet à Adrian Hallmark de conclure que « Dans l’ensemble, nous sommes dans une position qui nous permettra de réaliser plus de 10 000 ventes cette année osterreichische-apotheke.com. » D’après le dirigeant, Bentley serait dès lors « sur le point de dépasser le seuil de rentabilité. »

 

Lire aussi > L’OPTIMISME DU GROUPE RÉMY COINTREAU MALGRÉ DES RÉSULTATS EN BAISSE

 

Photo à la Une : © Le Dauphiné Libéré[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row njt-role= »not-logged-in »][vc_column][vc_column_text]

Le mercredi 2 décembre, le constructeur automobile de luxe Bentley annonçait avoir réservé cinq avions-cargos Antonov pour continuer de s’approvisionner dans la perspective du Brexit. Au vue de l’incertitude des futures relations commerciales entre la Grande-Bretagne et l’Union Européenne, Bentley a effectivement préféré sécuriser ses réseaux d’approvisionnement.

 

Tandis que Westminster et Bruxelles négocient les conditions juridiques de la sortie de la Grande-Bretagne de l’UE, l’heure est à la prévision chez Bentley. Adrian Hallmark, le PDG de l’entreprise, a ainsi affirmé que Bentley a passé « deux ans à planifier » et dispose de « cinq Antonov en réserve pour transporter les carrosseries à Manchester. »

 

De plus, le constructeur automobile a augmenté le niveau des pièces détachées stockées pour la production. « Nous avions l’habitude de fonctionner en juste-à-temps avec un stock de deux jours. Maintenant, nous avons un stock de 14 jours. C’est 14 jours ouvrables, donc cela fait trois semaines de stock » précisait Adrian Hallmark.

 

[ viagra femenina preu…][/vc_column_text][vc_cta h2= »Cet article est réservé aux abonnés. » h2_font_container= »font_size:16″ h2_use_theme_fonts= »yes » h4= »Abonnez-vous dès maintenant ! » h4_font_container= »font_size:32|line_height:bas » h4_use_theme_fonts= »yes » txt_align= »center » color= »black » add_button= »right » btn_title= »JE M’ABONNE ! » btn_color= »danger » btn_size= »lg » btn_align= »center » use_custom_fonts_h2= »true » use_custom_fonts_h4= »true » btn_button_block= »true » btn_custom_onclick= »true » btn_link= »url:https%3A%2F%2Fluxus-plus.com%2Fen%2Fabonnements-et-newsletter-2-2%2F||| »]Accédez en illimité à tous les articles et vivez une expérience de lecture inédite, contenus en avant-première, newsletter exclusives…

Déjà un compte ? Connectez-vous.[/vc_cta][vc_column_text]Photo à la Une: © Le Dauphiné Libéré[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row njt-role= »people-in-the-roles »][vc_column][vc_column_text]

Le mercredi 2 décembre, le constructeur automobile de luxe Bentley annonçait avoir réservé cinq avions-cargos Antonov pour continuer de s’approvisionner dans la perspective du Brexit. Au vue de l’incertitude des futures relations commerciales entre la Grande-Bretagne et l’Union Européenne, Bentley a effectivement préféré sécuriser ses réseaux d’approvisionnement.

 

Tandis que Westminster et Bruxelles négocient les conditions juridiques de la sortie de la Grande-Bretagne de l’UE, l’heure est à la prévision chez Bentley. Adrian Hallmark, le PDG de l’entreprise, a ainsi affirmé que Bentley a passé « deux ans à planifier » et dispose de « cinq Antonov en réserve pour transporter les carrosseries à Manchester. »

 

De plus, le constructeur automobile a augmenté le niveau des pièces détachées stockées pour la production. « Nous avions l’habitude de fonctionner en juste-à-temps avec un stock de deux jours. Maintenant, nous avons un stock de 14 jours. C’est 14 jours ouvrables, donc cela fait trois semaines de stock » précisait Adrian Hallmark.

 

[…][/vc_column_text][vc_cta h2= »Cet article est réservé aux abonnés. » h2_font_container= »font_size:16″ h2_use_theme_fonts= »yes » h4= »Abonnez-vous dès maintenant ! » h4_font_container= »font_size:32|line_height:bas » h4_use_theme_fonts= »yes » txt_align= »center » color= »black » add_button= »right » btn_title= »JE M’ABONNE ! » btn_color= »danger » btn_size= »lg » btn_align= »center » use_custom_fonts_h2= »true » use_custom_fonts_h4= »true » btn_button_block= »true » btn_custom_onclick= »true » btn_link= »url:https%3A%2F%2Fluxus-plus.com%2Fen%2Fabonnements-et-newsletter-2-2%2F||| »]Accédez en illimité à tous les articles et vivez une expérience de lecture inédite, contenus en avant-première, newsletter exclusives…

Déjà un compte ed-danmark.com?<strong> <a href= »https://luxus-plus.com/en/my-account/ »>Connectez-vous</a></strong>.[/vc_cta][vc_column_text]Photo à la Une: © Le Dauphiné Libéré[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row]

Tags

Picture of La rédaction
La rédaction
Grâce à une veille accrue et à une excellente connaissance de ces secteurs, la rédaction de Luxus + décrypte pour ses lecteurs les principaux enjeux économiques et technologiques de la mode, l’horlogerie, la joaillerie, la gastronomie, les parfums et cosmétiques, l’hôtellerie, et l’immobilier de prestige.

Inscription à notre Newsletter

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir nos émissions et articles en avant-première !

Offre de lancement:

Votre participation à la Masterclass Camille Fournet réservée aux abonnés annuels !

Newletter Luxus Plus