À Dubaï, le luxe, un secteur clé de l’économie menacé

[vc_row njt-role= »people-in-the-roles » njt-role-user-roles= »administrator,armember »][vc_column][vc_column_text]

Point de rendez-vous mondial du tourisme de luxe, Dubaï est touché en son cœur par la crise du coronavirus. Réputé pour son shopping de luxe mais aussi pour son immobilier de prestige et ses hôtels 5 étoiles, l’émirat peine à se relever. Entreprises et salariés au service du luxe restent aujourd’hui plongés dans l’incertitude face à une crise d’ampleur inédite.

 

Au cœur de Marina, un quartier ultra-touristique de Dubaï, des dizaines de yachts blancs sont désespérément vissés à quai. La foule habituelle de touristes longeant le canal au milieu de la multitude de grattes-ciels a disparu.

 

La capitale mondiale du luxe n’a, elle non plus, pas échappé à la crise.

 

« C’est quasiment 95% du chiffre d’affaires qui a été perdu, pour ne pas dire 100%« , a confié à l’AFP le cogérant d’une société de location de yachts.

 

Avec l’interruption du transport aérien et les mesures de confinement, et alors que les Emirats ont officiellement enregistré plus de 546 cas et 11 décès dus à la maladie Covid-19, Dubaï a vu soudainement son activité coupé dans le vif.

 

Même si le pays a entamé un déconfinement progressif, la plupart des acteurs du luxe demeurent à ce jour dans l’incertitude la plus totale.

 

Une demande en forte baisse

 

Dès le début de la crise sanitaire, les Emirats ont annoncé des milliards pour soutenir l’économie et mis en place des mesures d’aide aux entreprises, principalement des allègements fiscaux et autorisations de licencier les employés étrangers, de réduire leur salaire ou de leur imposer des congés sans solde.

 

Mais la demande, en chute libre, ne suffit pas à inverser la courbe. « On peut tenir encore jusqu’à cette fin d’année ou début janvier » affirment les deux associés de la société de location de yachts.

 

L’entreprise a perdu « entre 200.000 et 300.000 dirhams » (environ 50.000 à 75.000 euros) depuis le début de la crise et « les salariés n’ont touché que 50% de leur salaire (en mars) et ils ont dû prendre quelques congés le mois suivant » .

 

Même perspective pour les grands groupes hôteliers comme pour les gigantesques centres commerciaux : tous les lieux qui font vivre le luxe dubaïote sont désertés depuis l’interruption du trafic aérien et les restrictions de déplacement.

 

© The Dubai Mall

 

La demande, déjà très affaiblie, l’est encore plus en ces temps de ramadan, dans une ville où l’islam est la religion officielle.

 

Or Dubaï a bâti sa renommée en devenant la vitrine par excellence du luxe et du haut-de-gamme, entre ses gigantesques centres commerciaux – les fameux « malls » – et ses innombrables grattes-ciels dont Burj Khalifa, la plus haute tour du monde.

 

Le luxe, un secteur crucial pour la cité-État

 

L’effondrement du tourisme est d’autant plus problématique que les services représentent environ 80% de l’économie de Dubaï et que « tous seront touchés par la crise du coronavirus à des degrés divers » selon James Swanston, analyste chez Capital Economics, un cabinet de conseil basé à Londres, qui cite en particulier le tourisme, le commerce et l’hôtellerie.

 

L’émirat, qui a accueilli en 2019 plus de 16 millions de visiteurs étrangers et qui en espérait 20 millions cette année, compte en effet principalement sur les flux touristiques internationaux pour stimuler son économie, à mal depuis plusieurs mois.

 

© The Dubai Mall

 

« Si les mesures de distanciation sociale et de restriction des voyages se poursuivent pendant trois à quatre mois, cela entraînerait une baisse de 5 à 6% du PIB au moins cette année » , alarme donc le spécialiste.

 

Dans le Golfe, cette situation suscite les critiques d’organisations de défense des droits humains car l’émirat emploie des centaines de milliers de travailleurs étrangers à faibles revenus. Vani Saraswathi, rédactrice en chef adjointe du site Migrant-Rights.org, s’interroge: « Quelles mesures seront mises en place pour éviter que ces personnes ne soient encore plus en détresse? »

 

À Dubaï, hub financier, commercial et touristique de luxe pour les touristes et les expatriés en mal d’extravagance et de démesure, l’incertitude reste donc de mise.

 

Lire aussi > Le marché mondial du luxe devrait se contracter de 20% à 35% en 2020, selon Bain

 

Photo à la Une : © The Dubai Mall / Facebook[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row njt-role= »not-logged-in »][vc_column][vc_column_text]

Point de rendez-vous mondial du tourisme de luxe, Dubaï est touché en son cœur par la crise du coronavirus. Réputé pour son shopping de luxe mais aussi pour son immobilier de prestige et ses hôtels 5 étoiles, l’émirat peine à se relever. Entreprises et salariés au service du luxe restent aujourd’hui plongés dans l’incertitude face à une crise d’ampleur inédite.

 

Au cœur de Marina, un quartier ultra-touristique de Dubaï, des dizaines de yachts blancs sont désespérément vissés à quai. La foule habituelle de touristes longeant le canal au milieu de la multitude de grattes-ciels a disparu.

 

La capitale mondiale du luxe n’a, elle non plus, pas échappé à la crise.

 

« C’est quasiment 95% du chiffre d’affaires qui a été perdu, pour ne pas dire 100%« , a confié à l’AFP le cogérant d’une société de location de yachts.

[/vc_column_text][vc_cta h2= »Cet article est réservé aux abonnés. » h2_font_container= »font_size:16″ h2_use_theme_fonts= »yes » h4= »Abonnez vous dès maintenant ! » h4_font_container= »font_size:32|line_height:bas » h4_use_theme_fonts= »yes » txt_align= »center » color= »black » add_button= »right » btn_title= »JE M’ABONNE ! » btn_color= »danger » btn_size= »lg » btn_align= »center » use_custom_fonts_h2= »true » use_custom_fonts_h4= »true » btn_button_block= »true » btn_custom_onclick= »true » btn_link= »url:https%3A%2F%2Fluxus-plus.com%2Fabonnements-et-newsletter-2%2F||| »]Accédez en illimité à tous les articles et vivez une expérience de lecture inédite, contenus en avant première, newsletter exclusives…

Déjà un compte ? Connectez-vous.

[/vc_cta][vc_column_text]Photo à la Une : © The Dubai Mall / Facebook[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row njt-role= »people-in-the-roles » njt-role-user-roles= »customer »][vc_column][vc_column_text]

Point de rendez-vous mondial du tourisme de luxe, Dubaï est touché en son cœur par la crise du coronavirus. Réputé pour son shopping de luxe mais aussi pour son immobilier de prestige et ses hôtels 5 étoiles, l’émirat peine à se relever. Entreprises et salariés au service du luxe restent aujourd’hui plongés dans l’incertitude face à une crise d’ampleur inédite.

 

Au cœur de Marina, un quartier ultra-touristique de Dubaï, des dizaines de yachts blancs sont désespérément vissés à quai. La foule habituelle de touristes longeant le canal au milieu de la multitude de grattes-ciels a disparu.

 

La capitale mondiale du luxe n’a, elle non plus, pas échappé à la crise.

 

« C’est quasiment 95% du chiffre d’affaires qui a été perdu, pour ne pas dire 100%« , a confié à l’AFP le cogérant d’une société de location de yachts.

[/vc_column_text][vc_cta h2= »Cet article est réservé aux abonnés. » h2_font_container= »font_size:16″ h2_use_theme_fonts= »yes » h4= »Abonnez vous dès maintenant ! » h4_font_container= »font_size:32|line_height:bas » h4_use_theme_fonts= »yes » txt_align= »center » color= »black » add_button= »right » btn_title= »JE M’ABONNE ! » btn_color= »danger » btn_size= »lg » btn_align= »center » use_custom_fonts_h2= »true » use_custom_fonts_h4= »true » btn_button_block= »true » btn_custom_onclick= »true » btn_link= »url:https%3A%2F%2Fluxus-plus.com%2Fabonnements-et-newsletter-2%2F||| »]Accédez en illimité à tous les articles et vivez une expérience de lecture inédite, contenus en avant première, newsletter exclusives…

Déjà un compte ? Connectez-vous.

[/vc_cta][vc_column_text]Photo à la Une : © The Dubai Mall / Facebook[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row]

Tags

Picture of La rédaction
La rédaction
Grâce à une veille accrue et à une excellente connaissance de ces secteurs, la rédaction de Luxus + décrypte pour ses lecteurs les principaux enjeux économiques et technologiques de la mode, l’horlogerie, la joaillerie, la gastronomie, les parfums et cosmétiques, l’hôtellerie, et l’immobilier de prestige.

Inscription à notre Newsletter

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir nos émissions et articles en avant-première !

Offre de lancement:

Votre participation à la Masterclass Camille Fournet réservée aux abonnés annuels !

Newletter Luxus Plus