Fashion Week : New York célèbre la nature et les multiples facettes de la féminité

De la longueur et des imprimés de Tory Burch aux strings et PVC de Namilia, la Fashion Week de New York a vu dimanche la féminité exprimée sur différents registres.

Par Luxus Plus

 

Pour ouvrir la journée, Tory Burch a présenté une collection inspirée de la porcelaine, sous les yeux des actrices Julianne Moore et Lucy Liu.

 

Il était à la fois question des versions française, turque et anglaise de cet art, mais aussi des sculptures de la New-Yorkaise Francesca DiMattio, qui utilise ce matériau.

 

L’artiste a dessiné les imprimés utilisés pour la collection, à la demande de Tory Burch, qui apprécie chez elle la capacité de ses dessins à « brouiller les frontières entre féminité et masculinité », a-t-elle expliqué à l’AFP.

 

Certains de ces motifs ont apporté une touche de radicalité auquel est peu habituée la créatrice américaine, dont l’univers bohème chic reste d’ordinaire tout en retenue.

 

De manière générale, Tory Burch a pris plus de risques cette saison, notamment avec ces robes hybrides, entre fraîche composition florale et totale noirceur.

 

À quelques années-lumière du raffinement de Tory Burch, la maison Namilia a livré une vision beaucoup plus outrancière de la féminité avec, en vedette, des actrices pornographiques.

 

Asa Akira, Marica Hase et Jade Kush ont ainsi été les vedettes de ce défilé dont la plateforme de vidéo pornographique Pornhub était le partenaire.

 

Rien de révolutionnaire pour le duo de designer berlinois Nan Li et Emilia Pfohl, dont la première collection, en 2015, était intitulée My Pussy, My Choice.

 

« Notre marque est tournée vers la positivité du sexe et la remise en cause des frontières », a expliqué à l’AFP, après le défilé, Nan Li.

 

Pour cette collection, baptisée Herotica, Namilia s’est amusé avec l’imagerie porno telle que définie par les hommes, mais aussi avec la représentation qu’ont les Occidentaux de l’Asie, dont est originaire Nan Li.

 

Femme boîte de nouilles, avec des franges qui tombent en cascade, cuissardes façon motarde, ultra-mini-jupe et haut de pom pom girl avec les pompons brodés sur la poitrine, Namilia a ravi l’assistance survoltée.

 

Balade dans le désert

 

Installé à New York, le designer originaire d’Iowa aux allures de mannequin Jeffrey Dodd s’est inspiré cette saison d’une virée dans le sud-ouest des États-Unis.

 

« Pour moi, le désert est un lieu utopique où je baisse la garde et où je me sens le plus à l’aise », a expliqué le créateur à l’AFP, après le défilé.

 

Il a notamment décliné les couleurs argile du sol et turquoise du ciel qu’il a pu observer là-bas.

 

Habitué d’un style sans excentricité, Jeffrey Dodd a davantage osé cette saison, notamment avec des franges en pagaille et de l’asymétrie.

 

« J’en suis enfin arrivé au point où je n’ai plus peur d’être moi-même », a-t-il confié.

 

La Fashion Week de New York se poursuit jusqu’au mercredi 12 Février 2020.

 

Lire aussi: Fashion Week haute couture Printemps-Été 2020 : Ce qu’il faut retenir

 

 

 

Article précédent Article suivant